Just one more page

20 septembre 2018

Estelle Billon-Spagnol - "Piouh, petit habitant du grand bois".

6

BILLON-SPAGNOL Estelle - "Piouh".

5 ans.

64 pages.

Editions Grasset (2018).

« Attention: livre adorable! Piouh, petit habitant du Grand Bois, nous fait découvrir son quotidien: sa Champimaison, ses deux meilleures amies pour la vie, ses humeurs grizzly ou fourmi... Une jolie histoire de vie et d'amitié!»

12

Cet album d'Estelle Billon-Spagnol est juste un concentré tendre et lumineux, où le jeune lecteur va découvrir la vie et l'oeuvre de Piouh, un adorable poussin hibou avec des  plumes douces aux effluves de pomme de pin, petit habitant du Grand Bois. On en croquerait.

Piouh est un petit poussin au duvet jaune-qui-pique-les-yeux, et à l'univers adorable. Entouré de ses meilleures amies Coxi la coccinelle et Guernoule la grenouille, le jeune lecteur va découvrir le monde de Piouh dans ce Grand Bois, son super pouvoir, sa champimaison mais aussi partager des moments aimés ou détestés. Piouh va aussi révélé à son nouvel ami son grand rêve. 

L'album se découpe en petits chapitres, rempli d'adorables illustrations colorées et légendées sur le même principe que la couverture. Estelle Bignon-Spagnol croque ses personnages et l'univers du Grand Bois avec humour et espièglerie. Le quotidien de Piouh est une agréable surprise à découvrir et à redécouvrir. 

11


La rencontre avec Piouh est une agréable surprise. C'est une lecture lumineuse et adorable, qui a mis en joie CuiCui & PiouPiou. C'est vraiment un moment ensoleillé avant le coucher. Une très chouette histoire.

Je remercie les Éditions Grasset Jeunesse de leur confiance et leurs choix judicieux.

grassetjeunesse

Signature


Antoine Jaunin & Romain Quirot - "Gary Cokk, tome 1: le pont des oubliés".

6 

JAUNIN Antoine et QUIROT Romain - "Le pont des oubliés".

393 pages.

Éditions Nathan (2017).

« Dans un monde recouvert par les flots, une seule chance de survie : embarquer à bord de gigantesques navettes spatiales. Gary Cook a grandi sous le pont des Oubliés, l'un des derniers refuges sur cette Terre condamnée. À quinze ans, il passe le plus clair de son temps avec Max et Elliot à bord du Neptune, leur modeste bateau de pêche. Les trois amis rêvent de prises fabuleuses et d'aventure. Autour d'eux pourtant, le monde touche à sa fin. Chaque année, d'immenses navettes surgissent de la mer pour fuir dans l'espace. Des navettes auxquelles les Oubliés n'ont pas accès - jusqu'au jour où Gary apprend que, pour la première fois, l'équipage vainqueur de la terrible course fantôme gagnera sa place à bord du Deucalion VII. S'ils veulent faire partie du voyage, Gary, Elliot et Max vont devoir prendre tous les risques... Une trilogie à l'univers ultra-visuel, poétique et cinématographique, en Miyasaki et Mad Max.»
INCIPIT: "Au loin, les orages nocturnes poussaient leurs ultimes rugissements."

11

Dans mes très récentes lectures et même celle en cours, la dystopie sur la fin du monde a de l'avenir. En même temps, me direz-vous, c'est jouer sur la corde sensible du lecteur puisque c'est tout à fait réaliste, avec le réchauffement climatique et les températures estivales pour un fin de mois de septembre. 

Le monde dans lequel vit Gary a totalement été ravagé. Le jeune garçon survit avec toute une communauté de laissés pour compte sous le pont des oubliés. Chaque jour, il sort en mer avec ses deux meilleurs amis afin de ramener des prises et ainsi éviter le percepteur. Mais progressivement, des changements vont s'opérer. Ainsi, on entend se murmurer qu'il y aurait peut-être une place dans le prochain vaisseau en partance, pour le vainqueur de la terrible course fantôme. L'arrivée d'une mystérieuse fille prénommée Lou va confirmer ce chamboulement. 

A travers cet univers post-apocalyptique - dont le lecteur ne connaît pas franchement la cause, ce qui manque un peu - les auteurs lancent une critique plus que fondée de la mauvaise gestion de l'écosystème que représente la Terre, et finalement sa destruction. La plume est fluide, et le lecteur se laisse embarqué dans ce récit aux descriptions très visuelles - Romain Quirot est scénariste et réalisateur. 

Gary est au départ, un genre d'anti-héros, qui vit tranquille en prenant ce que la vie lui offre malgré le manque de confort et de sécurité. Il est généreux en amitié mais à part ça, il ne faut pas lui en demander plus. Mais les péripéties qu'il va vivre avec ses amis, vont l'endurcir peu à peu. L'amitié des trois garçons est très forte, et est un peu la seule lueur au bout du chemin, mais même ça va être mis à mal par l'arrivée d'un nouveau personnage.

Romain Quirot et Antoine Jaunin ont réussi à créer des personnages attachants, pour lesquels le lecteur va avoir quelques suées. Les descriptions sont immersives à souhait et le rythme de l'intrigue est soutenu, même si le récit est un peu lent au départ. Le jeune héros va devoir faire face à des choix difficiles et à des situations délicates. 

étoileétoileétoileétoileétoile

"Le pont des oubliés" est le premier tome d'une trilogie dystopique plutôt accrocheuse. Certains seront d'un avis plus mitigé, et à ceux-là le lecteur rétorquera que pour un bon récit, la mise en place est essentielle, ce qui explique la lenteur des premières pages. C'est avec curiosité et un brin d'effroi par moment, que l'on suit les aventures de Gary Cook et ses amis, dans cet univers dystopique et déroutant. Curieuse de lire la suite. Chouette, elle m'attend sagement dans ma PAL. ^^

Je remercie les Éditions Nathan de leur confiance.

image001

 

Signature

Posté par Felinana à 07:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

18 septembre 2018

Emily Brontë - "Les hauts de Hurle-vent".

13

BRONTË Emily - "Les hauts de Hurle-vent".

592 pages.

Éditions Robert Laffont (2018).

«Les Hauts de Hurle-Vent sont des terres balayées par les vents du nord. Une famille y vivait, heureuse, quand un jeune bohémien attira le malheur. Mr. Earnshaw avait adopté et aimé Heathcliff. Mais ses enfants l'ont méprisé. Cachant son amour pour Catherine, la fille de son bienfaiteur, Heathcliff prépare une vengeance diabolique. Il s'approprie la fortune de la famille et réduit les héritiers en esclavage. La malédiction pèsera sur toute la descendance jusqu'au jour où la fille de Catherine aimera à son tour un être misérable et fruste.»

INCIPIT: "Je viens de rentrer après une visite à mon propriétaire, l'unique voisin dont j'aie à m'inquiéter." 

6 - Bon moment de lecture

Qui ne connaît pas les soeurs Brontë, papesses encore aujourd'hui d'un certain romantisme. Elles sont trois, Charlotte l'ainée qui a écrit le superbe "Jane Eyre", Emily qui écrivit "Les hauts de Hurle-vent" et Anne, l'auteure de "Agnès Grey" que je n'ai pas lu. "Les hauts de Hurle-vent" est un roman choc que j'ai découvert au collège, et que j'ai relu avec beaucoup de plaisir et une vision d'adulte.

Heathcliff est un jeune garçon lorsqu'il est recueilli par Mr Earnshaw. Cet homme bon, pensant faire le bien, apporta ainsi le malheur dans sa maison. Détesté par Hindley, le fils de la famille, le jeune bohémien, une fois adulte et rejeté par sa famille adoptive, s'enfuit avec dans le coeur une immense envie de vengeance qu'il mettra en branle des années plus tard, et dont la mécanique bien huilée, écrasera tout sur son passage, apportant la désolation sur les hauts de Hurle-vent.

La question que tout lecteur se pose, en refermant ce roman, est: mais comment une jeune fille de bonne famille n'ayant que peu fréquenté la bonne société et probablement pas connu le grand amour, a pu écrire un récit aussi fort et percutant sur le plan émotionnel. Car ses personnages ne sont pas des bisounours et elle leur faire ressentir des sentiments extrêmement forts. 

D'une plume fluide et d'un oeil plutôt moderne, Emily Brontë - dont c'est l'unique roman, la jeune femme étant tout d'abord une poétesse - permet au lecteur de s'immerger dans la vie d'une famille, qui au départ est plutôt calme et tranquille. Puis progressivement pointent, sous le coup des évènements, les aléas de la nature humaine: la jalousie, l'envie, la haine, l'amour, les non-dits et j'en passe. 

Le cadre se prête parfaitement aux sentiments qui vont détruire cette famille, cette lande aride et battue par les vents, peut être aussi froide et cruelle que le sera Heathcliff dans sa vengeance, véritable tsunami que rien ne pourra endiguer. La psychologie des personnages est aussi complexe et tourmentée que l'âme humaine, et le lecteur ne peut qu'être admiratif de l'habileté avec laquelle cette jeune femme la rendu dans son roman. Mais il n'y a pas que les personnages qui sont émotionnellement maltraités par l'auteure, le lecteur passe lui aussi par divers sentiments, qui vont de l'attendrissement à la détestation la plus grande. 

étoileétoileétoileétoileétoileétoileétoile

 

Ce roman est un classique qu'il faut avoir au moins lu une fois dans sa vie. C'est une fresque familiale complexe, torturée totalement captivant autour d'un amour passionnel et surtout d'une vengeance qui ravagera tout sur son passage. Les personnages y sont aussi rustres et arides que le paysage dans lequel ils évoluent. L'atmosphère si particulière et sombre du roman, laissera une trace dans l'esprit de tout lecteur. Une lecture dont on ne ressort pas indemne. 

Je remercie les Éditions Robert Laffont de leur confiance.

              Robert Laffont              

Signature

Posté par Felinana à 07:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

15 septembre 2018

Javier Martinez - "La maison de Célia".

6

MARTINEZ Javier - "La maison de Célia"

34 pages

3 ans.

Éditions Nathan (2018).

« Un album très émouvant sur le thème du déménagement. Célia aime beaucoup sa maison, elle a des tuiles qui brillent quand il pleut, deux balançoires, un escalier sur lequel son ours fait sa sieste. Mais Célia doit déménager, elle est triste de quitter sa maison. Au début, elle n’aime pas trop la nouvelle maison mais Papa installe un toboggan et son ours trouve un bel endroit où faire la sieste… Un joli texte qui transmet plein d’émotions en très peu de mots.»

12

"La maison de Célia" est un album grand format aux belles illustrations colorées qui aborde un sujet qui peut, lorsque l'on est enfant et même plus grand d'ailleurs, chambouler une vie: le déménagement. 

Le tout-petit est ancré dans ses habitudes, ce sont des points de repère dans sa journée qui lui permettent de découvrir le monde et son environnement proche, à son rythme. Un déménagement peut être très bien vécu, mais peut également être la source d'une certaine anxiété face à l'inconnu. A travers cet album coloré, le tout-petit va pouvoir suivre une petite fille, nommée Célia, qui va aller habiter dans une nouvelle maison. 

L'élément intéressant est que Javier Martinez a donné vie à la maison. Le lecteur s'en bien compte en regardant la couverture, la maison de Célia a des yeux. C'est plutôt bien trouvé, car dans l'imaginaire des tout-petits, beaucoup de choses inanimées prennent vie. Donc c'est tout à fait crédible pour eux. 

Bien que triste de quitter sa maison et ses repères, Célia est quand même contente de sa nouvelle maison qui lui offre elle aussi sécurité et bonheur, même si elle est contrainte de changer quelqu'unes de ses habitudes. 

11

 

Un bel album pour dédramatiser un événement qui peut parfois être difficile à vivre, et drainer de l'angoisse. Une histoire bien tournée qui conviendra parfaitement pour le rituel du coucher. Une belle découverte pour CuiCui & PiouPiou.
Je remercie les Éditions Nathan de leur confiance.

Nathan

Signature

Posté par Felinana à 07:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

14 septembre 2018

Nathalie Lescaille - "Robot trains: Victor à la rescousse" & "Robot trains: la grande course".

8  8

LESCAILLE Nathalie - "Victor à la rescousse"

32 pages.

4 ans.

Éditions Les livres du Dragon d'or (2018).

«Le robot train Victor parvient enfin à rejoindre ses amis ! Tout est redevenu calme dans le monde des trains, mais le terrible Karl commence à se réveiller. Il attaque l’équipe des Robot trains, qui l’affronte dans un combat épique ! Mais alors qu’ils sont en mauvaise posture, leur ami robot train Victor vient les sauver !»    

LESCAILLE Nathalie - "La grande course"

12 pages.

4 ans.

Éditions Les livres du Dragon d'or (2018).

«Le jour de la grande course est arrivé ! Robot trains, à vos marques… prêts, partez ! C’est l’effervescence au pays des trains. C’est le jour de la grande course ! Kay, Alf et Duck se mettent en place sur la ligne de départ. Cette année, Alf est bien décidé à gagner, il s’est beaucoup entraîné. Mais parviendra-t-il à dépasser Kay, le train le plus rapide ?»    

12

 

La collection Robot trains CuiCui & PiouPiou s'enrichie d'un nouvel opus. Elle compte déjà, en plus d'albums de collage et de coloriage, trois albums: "Le défi de Kay", "Le voleur d'énergie" et "Un amour de train".  Comme beaucoup d'enfants, ils sont captivés par les trains et tout ce qui se met en mouvement. Succès garanti pour cette série. 

Comme tout les ans, la grande course est organisée dans le monde des trains. Le but du jeu, se faire prêter un maximum de wagons et franchir le premier la ligne d'arrivée. Et comme tous les ans, Kay risque de remporter la course. Mais Alf n'a pas dit son dernier mot. Qui remportera la grande course?

Depuis que j'ai découvert cette série, avec CuiCui & PiouPiou, je trouve l'univers assez limité. Au travers de cet album, le jeune lecteur va pouvoir en découvrir un peu plus, ainsi que de nouveaux personnages qui entrent en scène. Mais les préférés sont toujours là, et Jeanne est toujours amoureuse de Kay...

Dans un opus précédent, "Le voleur d'énergie", un train très puissant mais égocentrique avait tenté de devenir le plus puissant de tous les Robot trains. Heureusement, il avait été stoppé juste à temps dans sa soif de pouvoir. Ce second opus signe le retour de Karl, toujours armé de ses intentions malveillantes, le robot trains va une nouvelle fois mettre l'équilibre de la petite ville en danger. 

Cet album met en scène une vrai guerre des tranchées à coup de tornades magnétiques et de boules d'énergie. Les personnages sont malmenés et les enfants devraient frémir et se régaler. Victor, un personnage que l'on avait peu rencontré jusqu'à présent est mis en avant. L'album se ferme sur une nouvelle question qui secoue le monde des trains...

 

11

 

En tout cas, ces deux albums vont certainement beaucoup plaire à CuiCui & PiouPiou, étant donné le suspense et l'action qu'ils renferment. Une chouette lecture du soir en perspective. En plus des bons sentiments et des valeurs véhiculées par ces albums, mes doutes quant à l'univers développé sont en partie levés.  
Je remercie les Éditions Les Livres du Dragon d'Or de leur confiance.

 

les_livres_du_dragon_d_or

 

Signature


13 septembre 2018

Jeanne Ryan - "Charisma".

11

RYAN Jeanne - "Charisma".

389 pages.

Éditions Robert Laffont - R (2018).

« Prêt(e) à tout pour devenir populaire ? Aislyn est d’une timidité maladive : impossible pour elle de prendre la parole en public, et c’est encore pire quand il s’agit de discuter avec un garçon… Alors quand on lui propose du Charisma, drogue de thérapie génique supposée la guérir, elle n’hésite pas bien longtemps. Du jour au lendemain, la voilà devenue charmante et populaire. Mais Aislyn n’est pas la seule à avoir subi l’injection, et il s’avère que ce traitement miracle a de terribles effets secondaires…»
INCIPIT: "J'ai beau faire partie de l'équipe première de natation du lycée, je connais très bien la sensation de se noyer." 

6 - Bon moment de lecture

 

Jeanne Ryan est l'auteure d'un premier roman "Addict", lu il y a quelques années mais qui était bien pensé et que j'avais plutôt apprécié. Le résumé de "Charisma" est très accrocheur de par son postulat de départ un peu dingue: se guérir par la drogue. Alors addiction ou pas?

Aislyn est d'une timidité telle que cela lui gâche la vie, même si ce n'est rien en comparaison de la grave maladie de son  frère, mais quand même, à son échelle s'est handicapant. La jeune fille ne peut refuser lorsqu'on lui propose une injection, qui pourrait contrebalancer cette inhibition, et la voilà devenir charmante et populaire en un rien de temps. Elle n'est bien sûr pas la seule à avoir accepter cette thérapie génique, et le problème se complique quand de graves effets secondaires sont révélés. 

La plume de Jeanne Ryan est convaincante, et cette idée totalement folle pousse le lecteur à tourner les pages pour rassasier sa curiosité. Car mine de crayon, cette thérapie génique pourrait ne pas être si éloignée de nous que çà finalement, et les conséquences sont pour le moins terribles. La tension monte mais un élan plus dynamique aurait été le bienvenu. Le récit reste assez basique dans l'ensemble, même si le tout est bien amené et que le lecteur reste accroché aux pas d'Aislyn.

Certains pourront trouvé Aislyn un peu lente, mais la mise en avant de son extrême timidité (avec un avant/après très éclairant) est tout à fait compréhensible, et peu expliquer son choix; même si beaucoup pourront la traiter de folle. En même temps, pas de charisma, pas d'histoire... Le personnage principal souhaite comprendre le pourquoi de ces effets secondaires tragiques et sa persévérance la transforme totalement. Le questionnement que tout ce récit soulève est très intéressant. 

étoileétoileétoileétoileétoileétoile

 

Même si "Charisma" reste une trame prévisible, le questionnement éthique posé par l'utilisation faite par cette drogue est plus qu'intéressante. L'évolution de l'héroïne est bien prenante et le dénouement apporte toutes les réponses aux questions que le lecteur a pu se poser, même si le récit en lui-même manque un peu de rythme. Une lecture agréable. 
Je remercie les Éditions Robert Laffont et surtout toute l'équipe de La Collection R de leur confiance.

 

R

 

Signature

Posté par Felinana à 07:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

12 septembre 2018

Florence Langlois - "Ouistiti fait rire les petits"

6  6

6  6

 

LANGLOIS Florence - "La petite histoire des couleurs"

 

18 pages

 

1 an.

 

Éditions Nathan (2018).

 

« Une histoire pleine de fantaisie pour apprendre les couleurs en créant une tartine d’animaux colorés ! L'humour adapté aux bébés pour apprendre une notion clé : les couleurs. Un moment de complicité et de jeu avec son enfant. Grand loup noir attrape un cochon rose, une grenouille verte, un écureuil orange… à chaque fois qu’il s’apprête à croquer dans sa tartine, on lui fait remarquer qu’il manque une couleur. A la fin, alors que le loup cherche un animal violet, les animaux en profitent pour filer et lui laissent en échange une tartine végétarienne : un bonbon rose, un haricot vert, une orange orange, etc.»

 

LANGLOIS Florence - "L'imagier rigolo des vacances"

 

18 pages

 

1 an.

 

Éditions Nathan (2018).

 

« Un imagier plein de surprises pour apprendre les premiers mots sur le thème des vacances. L'humour adapté aux bébés pour apprendre ses premiers mots. Un moment de complicité et de jeu avec son enfant. Une double imagier et une devinette : "A ton avis, petit ouistiti, que va-t-il se passer maintenant?" L'enfant peut s'amuser à faire plein de propositions… Et quand il tourne la page, il découvre une scène loufoque avec tous les mots présentés sens dessus dessous. 8 doubles pages avec une alternance imagiers et scènes pour découvrir les mots en s'amusant.»

LANGLOIS Florence - "La petite histoire des émotions"

18 pages

1 an.

Éditions Nathan (2018).

«Une histoire pleine de fantaisie pour apprendre les émotions en attendant le grand Croque-Tout ! Tac-tac-tac ! quel est ce bruit effrayant ? C’est sûrement le grand Croque-tout ! La tortue a peur, le poisson se montre courageux, alors que le crabe se met en colère… le bruit se rapproche : c’est la maîtresse. Tout le monde est rassuré et bien content.»

LANGLOIS Florence - "L'imagier rigolo de la ferme"

18 pages

1 an.

Éditions Nathan (2018).

« Un imagier plein de surprises pour apprendre les premiers mots autour de la ferme. Des imagiers surprise pour apprendre les premiers mots :
Une double-page d’imagier et une devinette : "A ton avis, petit ouistiti, que va-t-il se passer maintenant ?" L'enfant peut s'amuser à faire plein de propositions… Et quand il tourne la page, il découvre une scène loufoque, avec tous les mots présentés sens dessus dessous. 8 doubles pages avec une alternance imagiers et scènes pour découvrir les mots en s'amusant.»

12

Les éditions Nathan proposent aux tout-petits d'un an environ, une nouvelle collection "Ouistiti fait rire les petits",  qui se compose déjà, de quatre albums très colorés et pleins d'humour, qui sont pensés pour se faire remarquer et amuser ces tous jeunes lecteurs.

"L'imagier rigolo des vacances" et "L'imagier rigolo de la ferme" sont de petits albums en carton bien costaud et aux angles arrondis. Dans une tonalité rigolote, ils présentent une première double page de vocabulaire avec des personnages, des animaux et des objets légendés. Au bas une question est posée: "A ton avis, que va-t-il se passer petit ouistiti?", et lorsque le tout-petit tourne la page, c'est comme si on venait de lui montrer les ingrédients et que ceci venaient d'être passer au blender. Le résultat est très rigolo, et ne manquera pas de faire rire ou sourire les enfants, car ils font vraiment n'importe quoi dans ces albums. 

Les deux autres petits livres "la petite histoire des émotions" et "La petite histoire des couleurs" sont des récits. Le premier s'attarde sur les émotions. Sous la mer, un bruit étrange surprend puis effraye les habitants du grand fond, un bruit qui s'approche de plus en plus. C'est peut-être le grand croque-tout? La peur puis la colère monte en eux, pour finir par une grande rigolade. Dans la seconde histoire, grand loup noir a très faim. Il se fait une grande tartine composée de plusieurs animaux de couleurs différentes, mais à chaque fois qu'il veut les manger, un cochon rusé l'envoie cherché un animal d'un autre couleur. Tout ça se termine face à une grande tartine végétarienne. 

Les petites histoires sont vraiment bien faites. Elles sont bien structurées et développées avec soin tout en restant assez courtes pour être écouter par des tout-petits. Et même si la chute est attendue par les plus grands, cela reste néanmoins très amusant. Les imagiers proposent un concept intéressant, différent de ce que l'on peut voir en littérature jeunesse, et la note humoristique plaira sûrement. 

11

 

Cette nouvelle collection, basée sur le rire propose des albums de format tout à fait adapté aux tout-petits, et mis en valeur par des couleurs vives et joyeuses. Un peu différentes, ces petits albums plairont beaucoup aux tout-petits. Une belle découverte. 
Je remercie les Éditions Nathan de leur confiance.

Nathan

Signature

Posté par Felinana à 07:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

11 septembre 2018

Gaël Aymon - "La planète des sept dormants".

6

AYMON Gaël - "La planète des sept dormants".

272 pages.

Éditions Nathan (2018).

« Leur vaisseau endommagé, des explorateurs spatiaux se retrouvent coincés sur une planète inconnue. Lorsqu'ils découvrent les ruines d'une civilisation disparue, cela ravive l'espoir de la capitaine : cette nouvelle planète pourrait-elle être habitable ? L'équipage, lui, est profondément divisé. Vaut-il mieux prendre le risque de rester dans cet environnement désertique, ou bien repartir malgré l'état du vaisseau ? La rencontre soudaine d'un peuple d'humanoïdes primitifs qui les prend pour leurs divinités, les Sept Dormants, les place devant un choix crucial : jouer les usurpateurs ou détromper les indigènes...»

11

La couverture de ce Space Opéra est juste très réussie avec cette association de noir mat et d'argenté. L'image ne lui rend absolument pas justice. Mais ce roman, très narratif, ne plaira probablement pas à tout le monde.

A bord de leur vaisseau spatial très endommagé, un équipage se pose en catastrophe sur la planète des 7 dormants, pour procéder aux réparations. La capitaine est enthousiaste car des traces d'une civilisation sont encore apparents, et peut-être que cette planète pourrait être habitable. Comme dans de nombreuses situations, il y a à ceux qui sont pour aller explorer cette planète et les autres qui préféreraient redécoller malgré l'état du vaisseau. Mais très vite, la rencontre avec des humanoïdes va changer la donne. 

En peu de mots, Gaël Aymon dresse un univers futuriste complexe et captivant, sur une planète. Les visages, immenses, de divinités taillés dans la pierre sont absolument frappants. En plus de la découverte de ce monde assez riche, le lecteur va découvrir, durant le récit, un nombre important de personnages, aux relations quelques fois compliquées. Il faut donc rester attentif pendant cette lecture pour ne pas se mélanger les pinceaux, et ne plus rien comprendre.

En plus, le texte étant court - moins de 300 pages - l'auteur n'a pas le temps de développer correctement chacun des personnages, ce qui est dommage. Il reste en surface de toute chose, sans approfondir un tant soit peu l'ensemble du récit. Cela manque de détails. Le rythme du roman est assez lent, et descriptif. Il y a peu d'action et de dialogue, pour relancer l'intérêt du lecteur. L'intrigue du roman, fait quant à elle réfléchir. C'est très intéressant de traiter une idée qui soit d'actualité dans notre société, et de la transposer dans un univers totalement fictif.

étoileétoileétoileétoile

Une lecture qui possède un univers riche et intéressant, que l'auteur aurait plus développer davantage. Davantage de détails auraient rendu le roman plus attrayant et permis d'épaissir les traits de caractères des personnages. Malgré un dénouement un peu expéditif, il faut espérer qu'un second tome permettra d'en apprendre davantage sur cette planète des 7 dormants.

Je remercie les Éditions Nathan de leur confiance.

image001

 

Signature

Posté par Felinana à 07:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

10 septembre 2018

Arthur Miller - "Les misfits".

14

MILLER Arthur - "Les misfits".

224 pages.

Éditions Robert Laffont (2018).

« Années 50, Reno, Nevada, capitale de l’industrie matrimoniale et des machines à sous. Divorcée et désenchantée, Roslyn Taber se lie d’amitié avec un groupe de « désaxés » composé d’un cow-boy vieillissant, d’un mécanicien au coeur brisé et d’un cavalier de rodéo usé par le temps. À travers leur mode de vie, Roslyn éprouve ses premières sensations de liberté, d’euphorie et de passion. Mais lorsque son idéalisme innocent se heurte à une réalité plus brutale, elle doit prendre le risque de perdre ses amis… et le seul véritable amour qu’elle ait connu. « Ni roman, ni pièce de théâtre, ni découpage cinématographique », comme l’auteur en convient dans sa préface, l’histoire des Misfits a été conçue comme un film. Écrit pour Marilyn Monroe, ce texte dense met en scène des personnages marginaux, aux prises avec leurs rêves, perdus dans la société marchande de l’American way of life. Quand l’Amérique mythique du passé est confrontée à son étouffante modernité…»

INCIPIT: "A venir." 

6 - Bon moment de lecture

J'ai failli découvrir la plume d'Arthur Miller il y a quelques années lorsqu'une amie enthousiaste m'a offert "Death of a Salesman". Sur le moment j'étais très enthousiaste, puis j'ai craqué. Je ne lis absolument pas couramment l'anglais, alors associé à la plume de ce grand nom américain. J'ai été vaincue. Grâce aux Éditions Robert Laffont, j'ai pu retenté ma chance avec "Les misfits". Et maintenant Arthur et moi, ça roule. ^^

Fraîchement divorcée, Roslyn devient amie avec Guido, l'homme qui la conduite au tribunal, et Gay Layland. Sur la route qui les mène vers un havre de paix selon la notion masculine, c'est-à-dire au milieu de nulle part, dans la nature sauvage; ils rencontrent un cavalier de rodéo usé par les chutes, malgré son jeune âge. Ensemble, ils vont vivre la fin d'une époque, celle des cow-boys du grand ouest sauvage. 

Comme le lecteur s'en rend compte assez rapidement en voyant la couverture, "Les misfits" a été écrit pour Marilyn Monroe. Le roman, presque une nouvelle, fut écrit comme un scénario de film "Les désaxés", dans lequel la star tient l'affiche avec Clark Gable et Montgomery Cliff, en 1961. La version a d'ailleur été remasterisée en 2017. Petit détail biographique, ce film sera le dernier dans lequel apparaîtra Clark Gable. Ce sera également le cas pour Marylin Monroe, qui "se suicidera" lors du tournage  "Des derniers jours" qui restera l'un des films inachevés les plus célèbres du cinéma. 

Ces inadaptés sociaux vont s'unir, le temps de quelques jours, et le lecteur ne peut s'empêcher de plonger dans cette légende du grand ouest, les chevaux, les cow boys, les western, la nature rude et désertique. Cette bande de loosers reflète parfaitement la fin d'une époque, sans pour autant laisser entre voir au lecteur le début d'une nouvelle ère. La plume d'Arthur Miller retranscrit parfaitement cet état d'esprit, jusque dans le registre langagier des personnages, si caractéristique. Une certaine nostalgie imprègne toute l'histoire. Tous les personnages sont atypiques et représentatif d'un état d'esprit  particulier. Toutes ces individualités composent ce que représente le grand ouest. Seul Gay Layland laisse le lecteur dubitatif, car trop mystérieux.

Un autre aspect, plus qu'intéressant, est qu'il l'a pensé comme un film. A la lecture de ce roman - qualifié par certains de nouvelle, mais comme il fait plus de 200 pages, je continue à le classer dans la catégorie roman - le lecteur imagine parfaitement les acteurs dans leur rôle, les plongés de la caméra, les travelling, les effets de lumière, le coucher du soleil sur la nature sauvage...

étoileétoileétoileétoileétoileétoile

 

Cette lecture,  où la nostalgie est très prégnante, est une immersion au coeur du grand ouest. Il plonge le lecteur dans la fin d'une époque. Ce récit d'Arthur Miller sera le dernier film de deux légendes du cinéma américain. Roslyn, Guido, Gay et Perce sont les derniers témoins d'une époque, des paumés imprégnés de solitude. Très curieuse de découvrir le film, même si l'oeuvre littéraire en est très proche. Une belle lecture. 

Je remercie les Éditions Robert Laffont de leur confiance.

              Robert Laffont              

Signature

Posté par Felinana à 07:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 septembre 2018

Nathalie Choux - "Bonjour petit papillon!" & "Bonjour petit avion".

6  6

CHOUX Nathalie - "Bonjour bébé manchot!"

10 pages

1 an.

Éditions Nathan (2018).

« Ma première histoire pour découvrir la naissance de bébé manchot grâce aux animations. Maman fait rouler l'œuf jusqu'à papa manchot, on fait éclore l'œuf, on nourrit bébé manchot, on le fait glisser sur la banquise et à la fin, bébé manchot a le droit à un câlin géant ! Une histoire courte adaptée aux bébés.»

CHOUX Nathalie - "Bonjour petite voiture!"

14 pages

1 an.

Éditions Nathan (2018).

« Ma première histoire pour découvrir la journée de petite voiture grâce aux animations. Ma première histoire pour découvrir la journée de petite voiture grâce aux animations : On ouvre le garage, on avance au feu vert, on fait le plein, on allume les phare… et le soir, on rentre à la maison ! Une histoire courte adaptée aux bébés.»

12

Nathalie Choux est une des illustratrice favorite deCuiCui & PiouPiou. La série "Bonjour!" présente de courtes histoires animées au tout-petit. Il existe déjà plusieurs ouvrages tels que "Bonjour petit oiseau!", "Bonjour petit ourson", "Bonjour petite abeille!",  "Bonjour  petite voiture!", "Bonjour bébé lion!"...

Dans ces deux opus, le tout-petit va découvrir l'existence d'un papillon, de son stade d'oeuf en passant par celui de petite chenille. Il va également découvrir la journée de petit avion, du moment où les passagers s'installent dans l'avion, que les bagages sont chargés et qu'il s'envole dans le ciel; jusqu'à son attérissage. Le trait de Nathalie Choux, tout en rondeur et en tendresse accompagne parfaitement la découverte du petit obervateur. 

Ces petits albums, comme la plupart de ceux s'adressant aux tout-petits, chez les Éditions Nathan, possèdent des pages cartonnées et rigides aux bord arrondis. Elles sont bien épaisses et peuvent être manipuler sans peur de se faire mal ou d'abîmer les livres. Quoi qu'ils ne résistent pas aux traces de morsures, c'est certain. Sur chaque double page, l'illustration s'anime à l'aide d'un rabat que le tout-petit peut faire coulisser en posant son doigt sur la pastille de couleur. Une autre partie de la scène apparaît alors. Les thémes abordés sont simples, mais tout à fait dans ce qui peut capter l'attention d'un tout-petit. 

11

 

Cette collection est toujours autant appréciée, et très bien adaptée aux tout-petits. Elle aborde des sujets qui touchent le quotidien de l'enfant, qui est d'une nature très curieuse et avide de découvertes. Un bon moyen également, de le familiariser avec les livres. Une jolie série à mettre entre toutes les petites mains. 
Je remercie les Éditions Nathan de leur confiance.

Nathan

Signature

Posté par Felinana à 07:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,