Canalblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Just one more page

28 janvier 2024

Jennifer Chambliss Bertman - « Détonnantes détectives »

Chambliss Bertman

CHAMBLISS BERTMAN Jennifer - « Détonnantes détectives »

336 pages.

Éditions Robert Laffont - R Jeunesse (2023)

« Une enquête littéraire bourée de péripétie et d'humour, par l'autrice de la série à succès Chasseurs de livres. Maizy croyait tout savoir de sa grand-mère Jacuzzi… Lorsqu’elle découvre un carton rempli de vieilles éditions de la série Alice laissé sur le seuil du magasin d’antiquité de sa mère, elle flaire aussitôt un mystère. Pourquoi l’un des exemplaires contient-il une photo de sa grand-mère ? Et pourquoi Jacuzzi prétend-elle ne pas s’y reconnaître ? Déterminée à découvrir la vérité, Maizy décide de mener sa propre enquête. Elle et ses amies s’aventurent alors au coeur de secrets surgis du passé, qui impliquent trois générations de femmes. »

INCIPIT : « Depuis quelques temps, traîner avec Izzy s'apparente à porter un t-shirt adoré dans lequel on est plus tout à fait à l'aise.» 

 

Le nom de Jennifer Chambliss Bertman ne vous dit peut-être rien, mais si vous lisez de la littérature jeunesse, elle est l'auteure de la série « Chasseurs de livres » qu'elle a malheureusement laissée inachevée. Peut-être y reviendra-t-elle plus tard ? Elle reprend des ingrédients qui marchent bien à savoir des enfants pleins d'énergie et de curiosité, qui n'ont pas les 2 pieds dans la même basket et les livres. CuiCui et PiouPiou ne sont pas encore tout à fait prêts pour lire des romans à la taille aussi impressionnnante pour un jeune lecteur. Que cela ne tienne, c'est moi qui vais m'y plonger, top !

Maizy et Izzy sa meilleure amie sont un peu en froid en ce moment et la jeune fille n'a pas particulièrement le moral. Mais quand elle remarque un carton de livres à la porte du magasin d'antiquités de sa mère, elle ne peut s'empêcher d'y jeter un coup d'œil. Sa curiosité s'éveille lorsqu'elle remarque que la photo de l'auteur est celle de sa grand-mère, Jacuzzi. Il y a là un mystère à éclaircir. Ni une, bi deux, la jeune fille se lance à fond.

Détail intéressant Jennifer Chambliss Bertman prend pour sujet une série littéraire « Alice détective » qui existe vraiment. Cette collection de romans jeunesse écrite par Caroline Quine a été plubliée dans la bibliothèque verte puis rose. Maizy va soulever beaucoup de questions autour de cette œuvre littéraire, ainsi que certains secrets familiaux à propos de sa grand-mère. 

Ce roman jeunesse propose une intrigue intéressante et bien menée. Son héroïne, Maizy qui vient d'entrer au collège commence à vivre certains changements associés à l'adolescence, notamment le départ de son frère pour l'université ou encore son amitié jusque là indéfectible avec Izzy qui est en train de prendre l'eau. L'auteure aborde les changements liés à cet âge charnière de la vie. Les personnages sont attachants portée par une écriture fluide et agréable. Et le dernier paragraphe du roman est juste parfait...

 

étoileétoileétoileétoileétoileétoileétoile

 

Je remercie les Éditions Robert Laffont et surtout toute l'équipe de La Collection R Jeunesse de leur confiance. Ce roman jeunesse est une belle découverte qui mèle les problèmes de l'adolescence à une enquête tout à fait passionnante. Cela me donne également envie de découvrir ou redécouvrir les aventures d'Alice détective que je ne connais absolument pas. Je le proposerai à CuiCui et PiouPiou c'est certain. 

EXCIPIT : « Mais le truc avec le changement, c'est qu'on ne peut rien contre.
Même si on se tient immobile sans rien faire, les saisons changent autour de nous.
Si cela doit arriver, autant continuer à marcher et profiter du chemin.»

 

 

R jeunesse

Signature

Publicité
Publicité
24 janvier 2024

Kent Haruf - « Ces liens qui nous enchaînent »

Haruf

HARUF Kent - « Ces liens qui nous enchaînent »

342 pages.

Éditions Robert Laffont (2022).

« Bouleversant, résolument authentique, Ces liens qui nous enchaînent est un hommage puissant aux terribles contraintes de l’Amérique rurale et à la ténacité de l’esprit humain. Colorado, janvier 1977. À l’hôpital où elle est alitée, Edith Goodnough, quatre-vingt-huit ans, reçoit la visite d’un officier de police. Elle est accusée de meurtre. Un sac d’aliments pour volaille éventré et un vieux chien attaché dehors un froid après-midi de décembre constituent les indices qui l’accablent. Ses mobiles ? La dureté du milieu agricole et une famille aussi impitoyable que la prairie en hiver.
Kent Haruf nous livre dans son premier roman, acclamé par la critique, l’histoire bouleversante d’une femme des Hautes Plaines à travers les mots de son voisin, Sanders Roscoe : une enfance marquée par les corvées, la mort d’une mère, la violence d’un père enchaîné à ses enfants. L’histoire d’une femme qui a sacrifié son bonheur à sa famille et qui, enfin, reprend sa liberté. »

 

INCIPIT - « Éddith Goodnough n'est plus à la campagne. »

 

J'ai eu mon premier coup de cœur de l'année — il était temps — pour le roman qui m'a fait découvrir Kent Haruf, le très beau « Nos âmes la nuit ». J'avais hâte de lire un autre des romans de cet auteur, décédé en 2014. C'est pourquoi j'ai entamé celui-ci, qui est en fait sa toute première œuvre.

Éddith Goodnough est accusée d'un meurtre. Le shérif trépigne d'impatience de l'arrêter. Pourtant l'accusée est un peu particulière, d'une part, elle est hospitalisée depuis plusieurs mois. D'autre part, elle n'est plus de la première jeunesse, avec ces 80 printemps. Comment une grand-mère comme elle pourrait avoir tué quelqu'un ? Mais vous ne connaissez pas tous les dessous de l'affaire, à commencer par la rude vie d'Éddith qui n'a pas été rose tous les jours.

La plume de Kent Haruf est fine psychologue, et elle décrit avec justesse les personnages qui vont se croiser dans cette histoire de cette vie torturée. L'auteur montre la rudesse de l'existence au cœur de ce Colorado aride et dur. En tant que femme, Éddith a fait de nombreux sacrifices, et notamment l'amour de sa vie, par loyauté familiale. Les thèmes traités par Kent Haruf sont forts, comme la solitude, la vieillesse, la violence voire la dégénérescence, la mort. 

À cette lecture, le lecteur va être bousculé par les drames qui parsèment la vie de cette femme, qui n'a pas eu d'autres choix que de se tenir droite dans la tempête. Adroitement, Kent Haruf tisse les destinées de ses personnages, et c'est juste poignant, dramatique et beau. 

 

étoileétoileétoileétoileétoileétoileétoile

 

Je remercie les Éditions Robert Laffont de leur confiance. Cette seconde lecture me conforte dans mon appréciation de la plume de Kent Haruf. Sa finesse d'esprit, la façon dont il traite de sujets poignants sans tomber dans la guimauve ou l'indifférence, avec justesse, font qu'il se place dans mon top 5 des auteurs préférés. J'aimerai beaucoup découvrir d'autres titres de son œuvre, comme « Colorado Blues » ou encore « Le chant des plaines ». 

 

                           EXCIPIT -  « Tout ça il y a presque cinquante-cinq ans maintenant, sans qu'elle ait jamais appris depuis à faire preuve d'un tout petit peu d'égoïsme. »

 

 

Robert Laffont

 

Signature 

20 janvier 2024

Agathe & Étienne Lecaron - « Titom au pays des Granpetits »

Lecaron

 

LECARON Agathe et Étienne - « Titom chez les Granpetits »

5 ans

40 pages

Éditions Robert Laffont - R Jeunesse (2023)

« Un voyage initatique illustré de couleurs vibrantes, pour aider les plus jeunes à grandir. Par Agathe Lecaron, célèbre animatrice des Maternelles du France 2, son père Etienne, et la talentueuse Maguelone du Fou. Titom, petit garçon qui vit dans la montagne, brave l'interdit et prend le télésiège qui va le faire passer de l'autre côté, dans un monde imaginaire. Il y rencontrera de mystérieux habitants qui lui feront des cadeaux improbables, lui donnant toute la force dont il a besoin pour grandir. Titom reviendra tout chamboulé - et un peu plus grand peut-être - au matin dans son chalet. »

 

INCIPIT - « Titom habite dans une belle ferme en bois sur une immense montagne. » 

 

Cela fait un moment que l'on a pas lu de vrais albums jeunesse avec CuiCui et PiouPiou, ce qui me fait constaté qu'imperceptiblement, ils ont grandi. La lecture de celui-ci, c'est eux qui me l'ont fait, ça change. Et, je dois admettre que j'adore toujours que l'on me lise des histoires, mais surtout que l'on m'en raconte. Et dans le récit de celle-ci, j'ai vraiment eu l'impression d'entendre mon père lorsqu'il me racontair des histoires le soir. C'est d'ailleurs une jolie mise en abîme et un retour en droite ligne en enfance. Quel plaisir. 

Titom vit dans une grande maison à la montagne. De chez lui, il aperçoit le téléphérique qui toute la journée emmène les skieurs tout en haut, pour les voir redescendre plus vite. Un soir pour l'endormir, son papa lui raconte l'histoire d'un enfant qui prend le télésiège pour se rendre sur la lune. Titom s'endort, puis au matin, lorsqu'il se lève, il décide de prendre lui aussi le télésiège pour se rendre sur la lune. Son voyage va être totalement dépaysant. 

Cette lecture est un vrai plaisir, surtout en tant que parent car c'est un retour direct en enfance. Le lecteur se souvient avec plaisir de ces tendres moments où il se blotissait au chaud dans son lit pour écouter une histoire, de ses journées sur des skis, de cet air si revigorant, de ce chocolat chaud et réconfortant, de son imagination qui l'entraînait dans des aventures plus folles les unes que les autres. C'est tout ça que fait revivre l'aventure de Titom, au travers de grands thèmes comme le fait de braver sa peur. 

 

étoileétoileétoileétoileétoileétoile

 

Je remercie les Éditions Robert Laffont et surtout toute l'équipe de La Collection R Jeunesse de leur confiance. Cet album jeunesse est une bouchée de madeleine de Proust. C'est un plaisir de la partager à son tour avec ses enfants et de se dire que plus grands, ils se souviendront de ces instants. ^^

 

EXCIPIT - « « J'ai bien le temps d'y retourner. » se dit-il. »

 

 

R jeunesse

 

Signature

12 janvier 2024

Challenge #readchristie2024

 

 

 

Image 14-01-2024 à 19

 

#readchristie2024

 

 

Je me lance une nouvelle fois dans le challenge #readchristie, car c'est le seul auquel j'aime participé. J'espère faire mieux que les fois précédentes. Petit point stats : en 2022, j'ai lu 7 romans et en 2023 : 9. Je suis sur la bonne voie. Cette année la thématique se base sur les années des premières publications des romans d'Agatha Christie. Pour janvier, février et mars, on part en 1920. Pour avril, mai et juin, nous voilà en 1930. Pour juillet, août et septembre, on est dans les 40's & 50's. Et pour finir l'année, on passe en 60's & 70's. Good luck à toutes et tous. 

 

    readchristie2023-octobre  

      

       readchristie2023-décembre

 

 

 

Image 14-01-2024 à 21

 

Janvier  – « Les quatre »

Février  – « Associés contre le crime »

Mars — « Le meurtre de Roger Ackroyd »

 

Image 14-01-2024 à 21

 

 

Avril — « Miss Marple au club du mardi »

Mai — « Le club du mardi continu »

Juin — « Drame en 3 actes »

 

Image 14-01-2024 à 22

  

Juillet — « Les travaux d'Hercule »

Août — « Les écuries d'Augias »

Septembre — « Le vallon »

 

Image 14-01-2024 à 22

 

Octobre — « Le train de 16h50 »

Novembre — « La troisième fille »

Décembre — « La dernière énigme »

 

 

 

Total :   0  lectures sur 12. 

 

https://i.la-croix.com/x/smart/2021/12/28/1201192103/Agatha-Christie-photographiee-cheza-Wallingford-Berkshire-1950_0.jpg

 

 

Signature

8 janvier 2024

Hiro Kashiwaba - « Le gros chat et la sorcière grincheuse, tome 1 »

Hiro

KASHIWABA Hiro  - « Le gros chat et la sorcière grincheuse »

160 pages

10 ans

Éditions Les livres du dragon d'or (2023)

« Jeanne est une vieille femme solitaire, qui vit recluse au fin fond d’une forêt d’un monde fantastique. Elle qui a autrefois vaincu le Roi démon, grâce à ses pouvoirs de sorcière, vit aujourd’hui dans l’oubli le plus total. Pire, elle est considérée avec méfiance et dédain par tous les villageois. Pour briser sa solitude, elle décide un jour d’invoquer une créature d’un autre monde. Et cette créature qui vient d’apparaître ne vole pas et ne crache pas du feu, comme son dragon de compagnie d’antan… Il s’agit d’un gros chat particulièrement mignon, mais qui n’en fait qu’à sa tête ! Voici l’histoire d’un matou maousse et d’une sorcière grincheuse, qui va voir les réminiscences du passé frapper à sa porte et bousculer son existence. »

 

INCIPIT« An 1206 de l'ère Sainte, royaume de Grifford. » 

 

Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu de manga. Je suis un peu exigeante quand au graphisme que je n'ai pas trop agressif. Idem, je n'aime pas tous les styles et le shōjo est mon préféré. Donc, on ne peut pas dire que ce livre parte avec tous les avantages. 

Jeanne est une sorcière pas très aimable qui vit seule au fond de la forêt d'un monde fantastique. Sa solitude lui pèse et elle décide de se trouver un nouveau familier en invoquant un animal d'un autre monde. Seulement celui-ci, bien loin de ressembler à l'ancien dragon de la sorcière n'a aucun pouvoir particulier, c'est juste un gros chat tout mignon. Mais finalement, heureusement qu'il est là, parce que le passé de Jeanne ne va pas tardé à se manifester à nouveau. 

Dès les premières pages, le lecteur se pose déjà de nombreuses questions : quel est le lien entre ce gros matou et cette sorcière grincheuse ? Pourquoi lui en particulier et pas un familier de son univers ? Hiro Kashiwaba fait de nombreux allers-retours dans le temps pour expliquer les raisons de cette association plutôt instable. Le lecteur comprend le passé de Jeanne, mais s'interroge sur son déshonneur. De même pour le chat.

Les illustrations sont sobres, elles vont à l'essentiel et sont assez épurées dans les détails pour davantage mettre en valeur l'histoire et les propos des personnages. D'ailleurs, la sorcière Jeanne n'est pas particulièrement attachante, elle ne fait rien pour se faire apprécier, mais elle fait ce qu'il faut, même si c'est dur. C'est une femme qui semble dure et forte à la fois. 

 

étoileétoileétoileétoileétoile

 

 

Je remercie Babelio ainsi que les éditions Doki-Doki de leur confiance.  Ce premier tome m'a permis de m'imerger dans l'univers de Hiro Kashiwaba.  Même s'il y a trop d'allers-retours à mon goût, au lieu d'expliquer d'abord pour l'un puis pour l'autre, la façon dont le récit est amené permet au lecteur de se plonger facilement dans cet univers. Il existe déjà 3 autres tomes à cette histoire. 

 Excipit - « Tu es vraiment un familier particulier.  »

  

babelio      doki-doki

 

 

  

 

Signature

Publicité
Publicité
3 janvier 2024

J.K. Rowling - « Jack et la grande aventure du cochon de Noël »

Rowling

 

ROWLING J.K. - « Jack et la grande aventure du cochon de Noël »

339 pages

Éditions Le livre de poche (2021)

« Jack est très attaché à son cochon en peluche de petit garçon. Ils ont tout vécu ensemble, les bons comme les mauvais moments. Jusqu'à cette veille de Noël où arrive la catastrophe : le cochon est perdu !Mais la nuit de Noël n'est pas une nuit comme les autres : c'est celle des miracles et des causes perdues, où même les jouets peuvent prendre vie. Alors, Jack et le Cochon de Noël - une peluche de remplacement un peu agaçante - embarquent pour une aventure magique et périlleuse au pays des Choses perdues. Jusqu'où iront-ils pour sauver le meilleur ami que Jack ait jamais eu ? »

 

INCIPIT - « Lo cochon était un petit cochon en peluche fabriqué dans un tissu éponge semblable à celui d'une serviette de toilette. »

 

Avec CuiCui et PiouPiou, nous avions découvert le récit du cochon de Noël en version audio l'hiver dernier. L'histoire m'a tellement plû que j'ai récupéré le roman en version papier. Ce fut une lecture parfaite en cette période de Noël où je choisis mes livres pour leur esprit noëlesque. 

Jack est un petit garçon tout ce qu'il y a de plus heureux avec son meilleur ami Lo cochon son doudou. Jusqu'au jour où ses parents se séparent. Jack et sa mère partent habiter dans une nouvelle maison. Du coup, l'enfant intègre une nouvelle école. Il y fait la connaissance de Holly, une grande, championne de gym. Mais quelle n'est pas la surprise de Jack lorsqu'il découvre que le nouveau copain de sa mère n'est autre que le père d'Holly. Les voilà frère et sœur, et leur bonne entente commence à vaciller. Et un soir, c'est le drame, furieuse, Holly jette le doudou de Jack sur l'autoroute. C'est alors le début d'une formidable aventure pour le garçon. 

L'univers que développe J.K. Rowling est très intéressant et fouillé. Son idée de donner une âme aux jouets réveille l'enfant qui est en chacun de nous, et qui s'est déjà imaginé donné vie à ses peluches. Seulement, au pays des choses perdues, il y a des règles très strictes et des régulateurs de perte. La quête de Jack permet au lecteur de découvrir ce monde assez rude finalement, mais tout de même emprunt de belles valeurs. C'est le nuit de Noël tout de même. 

Le fil rouge du roman est le lien affectif qui relie Jack à Lo cochon, mais également le lien sentimental qui unit chaque être humain a un ou plusieurs objets. C'est cet état de fait qui régit le pays, et qui met en rage le Grand Perdeur, car lui personne ne l'aime... Jack est un petit garçon très courageux, et bien entouré finalement. Divers objets perdus — dont certains personnages secondaires restent marquants — vont l'aider au fil de sa quête. Et le lecteur aura aussi le droit à son petit miracle de Noël.

 

étoileétoileétoileétoileétoileétoileétoileétoileétoile

 

C'est un vrai plaisir de relire cette histoire durant la période de Noël. Les chapitres sont courts et peuvent tout à fait être lu par un enfant en toute autonomie. Le livre malgré sa grosseur qui peut un peu effrayer au début, est agrémenté de jolies illustrations monochromes. Une lecture cocooning qui je relirai très sûrement. 

 

 EXCIPIT - « À toi aussi, joyeux Noël ! »



Signature

30 décembre 2023

David Sundin - « Le livre qui ne voulait vraiment mais alors vraiment pas être lu »

david-sundin

SUNDIN David - « Le livre qui ne voulait vraiment mais alors vraiment pas être lu »

40 pages.

Éditions Robert Laffont - R Jeunesse (2023).

« Reposez ce livre immédiatement ! • Avertissement • Ce livre ne veut vraiment, mais alors vraiment pas être lu. Il semblerait que vous le lisiez quand même ? Comportement étrange, si je puis me permettre. Vous n’avez peut-être pas lu la couverture ? Il s’agit d’un livre qui ne veut vraiment, mais alors vraiment pas être lu – et qui multiplie les subterfuges pour qu’on lui fiche la paix. Un conseil : replacez le livre là où vous l’avez trouvé et on n’en parle plus. Voilà ! Ou sinon, faites fi des avertissements et savourez cet album magique, impertinent et génialissime imaginé par un sympathique petit bonhomme nommé David Sundin. »

 

INCIPIT - « Oyez oyez braves gens, je ne me répéterais PAS. Posez ce livre immédiatement. » 

 

Voici le troisième opus de la série créée par David Sundin, et qui amuse toujours autant CuiCui & PiouPiou. Même les cousins plus petits, et même plus grands se sont prêtés au jue. L'album est tout aussi beau que ces frères, dans un bleu breton. mis en valeur par l'écriture dorée de la couverture. Les enfants ont, du coup, ressorti les 2 autres livres qui ne voulaient pas être lu : le vert et le rouge.

Un soir comme un autre, une grande personne lit un livre à son enfant, sauf que ce livre ne veut vraiment, mais alors vraiment pas être lu. Malgré les avertissements, l'enfant souhaite ardemment découvrir ce livre et demande à la grande personne d'en tourner toutes les pages. Face à cette mutinerie, le livre va mettre en place toutes sortes de ruses et autres techniques machiavéliques pour empêcher ces 2 curieux de lire. 

Les illustrations sont dans un bel esprit vintage extraites d'archives historiques. La mise en couelur est très belle elle aussi. Le jeune lecteur va devoir faire preuve de beaucoup de volonté pour comprendre le sens des mots qui se déroulent sous ses yeux. Il y aura des éclats de rires et un peu de réflexion car ce livre n'a pas dit son dernier mot ! 

Toujours dans l'esprit des livres d'Hervé Tullet le livre transgresse toutes les normes et autres règles implicites de la lecture pour le plus grand bonheur des enfants. Les jeux de typographies et autres diversions sont bien trouvées, mais pour éviter tous spoilers, cette chronique n'en dira pas plus.

 

étoileétoileétoileétoileétoileétoileétoile

 

Je remercie les Éditions Robert Laffont et surtout toute l'équipe de La Collection R Jeunesse de leur confiance. Cette série a beaucoup de succès auprès de CuiCui & PiouPiou. Elle est aussi intéressante à utiliser pour pousser un enfant à lire et à dépasser la frontière de la norme pour explorer la diversité de la langue et rendre cette activité amusante, si elle avait besoin de l'être. Une belle découverte. 

 

EXCIPIT - « Bon couvage ! »

 

 

R jeunesse

 

Signature

26 décembre 2023

Kiran Millwood Hargrave - « La danse des damnés »

kiran-millwood-hargrave 

MILLWOOD HARGRAVE Kiran - « La danse des damnées »

360 pages.

Éditions Robert Laffont (2023).

« Strasbourg, 1518. Au pied de la cathédrale, dans la chaleur étouffante de l’été, une femme se met à danser. Elle danse des jours durant, infatigable, possédée, avant d’être rejointe, petit à petit, par des centaines d’autres femmes. Non loin de là, Lisbet récolte le miel de ses ruches. Auprès des abeilles, elle oublie l’atmosphère oppressante et son angoisse de perdre, une fois encore, l’enfant qu’elle porte. Alors que la ville semble s’effondrer sous la chaleur et les pas des danseuses, le retour d’Agnethe, après sept ans d’exil pour un crime que tout le monde tait, promet de faire voler en éclats le monde tel que Lisbet le connaît. Déterminée à découvrir le secret de sa belle soeur, la voilà bientôt prise dans un tourbillon d’interdits et de passion, une mélodie à en perdre la raison… Ancré dans une époque de superstition, ce roman, inspiré de faits réels, est le récit enivrant de ces femmes, grandes damnées de l’Histoire, mais surtout une bouleversante histoire d’amour et de résilience. »

 

INCIPIT - « Elle a entendu dire qu'il y avait du pain sur la place. »

 

Il y a des livres comme ça qui vous marquent, par l'histoire qu'ils délivrent, par la plume de leur auteur.e, par les personnages qu'ils portent. Ce fut le cas, il y a 3 ans, avec le premier livre de Kiran Millwood Hargrave. Alors quand j'ai vu qu'elle sortait un nouveau roman, je n'ai pas hésité une seconde à prendre le risque d'être une nouvelle fois chamboulée. 

Strasbourg, 1518. L'atmosphère est électrique et la damnation n'est pas loin. Après avoir vécu des années de famines, d'épidémines, de révoltes paysannes et autres calamités, la canicule est un nouveau signe que l'empreinte de la malédiction divine est sur la ville et ses habitants. Au loin, la guerre gronde de nouveau. C'est dans ces conditions extrêmement tendues qu'un jour, seule, sans tambours ni trompettes, une femme se met à danser au pied de la cathédrale. La folie ne semble pas loin.

C'est avec un grand plaisir que le lecteur retrouve cette plume si puissante et si belle qui esquisse des paysages et des histoires tout à fait simples et ordinaires de prime abord, mais le drame n'est jamais très loin. Ce qui est déconcertant, c'est que Kiran Millwood Hargrave donne vie à des personnages à la psychologie assez brute de pomme, du genre minérale et immuable, soit tout blanc, soit tout noir. Malgré cette dimension unilatérale, l'auteure modèle des destinées tragiques en creusant les failles et les secrets de chacun de ses protagonistes, dont cela devient le moteur, la raison du passage à l'acte. 

Sur un fond historique particulier et à travers des personnages féminins marquants, Kiran Millwood Hargrave entraîne le lecteur dans une épopée romanesque et totalement immersive. Cette plume est toujours aussi fine et poétique. Le lecteur se laisse hypnotiser par cette histoire tout en en redoutant la fin qu'il pressent tragique... ou pas.  

 

étoileétoileétoileétoileétoileétoileétoileétoile

 

Je remercie les Éditions Robert Laffont de leur confiance. Encore une fois, la plume de Kiran Millwood Hargrave m'a ensorcellée. Fascinée comme en face d'un magnifique serpent, la piqure n'en est pas moins redoutable comme le destin plus ou moins tragique de ces personnages. Un récit qui ne laisse pas indifférent et une plume à suivre avec attention. 

 

 

                           EXCIPIT -  « Nethe et elle se mettent à danser. »

 

 

Robert Laffont

 

Signature 

22 décembre 2023

Simon Tudhope - « Mon bloc d'activités : Noël »

usborne

TUDHOPE Simon - « Mon bloc d'activités : Noël »

150 pages

6 ans

Éditions Usborne (2023)

« Les enfants qui attendent impatiemment Noël seront très occupés avec ce livre contenant plus de 100 jeux. Ils pourront faire des mots mêlés pour retrouver des cadeaux de Noël, chercher leur chemin dans le labyrinthe d'un palais de glace, répondre à un quiz... »    

 

11 

 

Pendant les vacances de Noël, les enfants sont plus qu'excités. Ils ont du mal à tenir en place et à trouver une occupation. Ce bloc d'activités sur la thématique de Noël est arrivée à point. Les Éditions Usborne propose toute une collection du même genre, sur des thématiques variées : sur les licornes, les pirates, mais aussi l'espace ou encore les jeux de voyage, etc. 

usborne    usborne

 

Dans ce bloc au format très pratique qui se glisse dans n'importe quel sac, l'enfant peut détacher les pages, soit pour partager cette occupation avec d'autres enfants, soit pour être plus à l'aise. Il dispose ainsi d'une centaine de jeux assez variés sur le thème de Noël. Le niveau n'est pas trop compliqué. Seulement pour certaines pages, le petit curieux a besoin de lire, mais un grand peut tout à fait l'aider pour ce type d'exercice. 

 

usborne    usborne

 

Les jeux sont très variés et les illustrations très colotées et joyeuses. Il y a des occupations pour tous les goûts, telles que des jeux d'observation, de différences, de labyrinthes, d'algorithme, de déduction, des mots cachés, des petits problèmes de math, de calcul, de dessins, des mots placés, des sudokus, de logique, de grammaire, etc. 

 

11

 

Je remercie les Éditions Usborne de leur confiance.  Ce bloc d'activités a passionné CuiCui & PiouPiou, il est peut-être un peu plus adapté à des enfants à partir du CP/ CE1. Les plus petits pourront toutefois faire les labyrinthes et les jeux d'observation. C'est en tout cas un très bon moyen d'occuper les impatients avant l'arrivée des invités. ^^
Vous pouvez également suivre les Éditions Usborne sur IG et FB.

 

 

 

usborne

 

Signature

 

18 décembre 2023

Rebecca West - « Au cœur de la nuit »

rebecca-west

WEST Rebecca - « Au cœur de la nuit »

400 pages.

Éditions Robert Laffont (2023).

« Dans le Grand Londres des années 1910, les petites filles Aubrey sont devenues de jeunes femmes : les corsets et les robes sont plus serrés, les coiffures plus sophistiquées et l’oisiveté des jours d’été n’est plus qu’un doux et lointain souvenir. Après la disparition de leur père, joueur invétéré, Rose, ses soeurs et son frère, Richard Quin, doivent désormais affronter le monde adulte, ses dédales et ses conventions. Mais tout cela n’est rien face à la guerre qui menace de tout emporter sur son passage… Parfaite porte d’entrée dans l’univers extraordinaire de Rebecca West, Au coeur de la nuit, deuxième volet de la trilogie Aubrey après La Famille Aubrey mais écrit comme un roman indépendant, est un chef d’oeuvre à découvrir enfin en français, près de quarante ans après sa parution originale. « Je n’ai jamais réussi à savoir précisément ce qu’était le féminisme. Tout ce que je sais, c’est qu’on dit de moi que je suis féministe chaque fois que j’exprime des opinions qui me distinguent d’un paillasson. » Rebecca West »

 

INCIPIT - « La journée était si charmante que j'aurais aimé qu'on puisse vivre au rythme piano, comme on le fait en musique. »

 

J'ai découvert la plume de Rebecca West à travers son roman « La famille Aubrey ». L'autrice est une femme à la vie bien remplie, journaliste de métier, elle a un esprit fin et aiguisé, un peu comme les membres de la famille Aubrey. « Au cœur de la nuit » est le second opus de la trilogie écrite autour de cette famille à la tournure d'esprit si particulière. 

Les enfants Aubrey ont bien grandi. Au cœur de Londres, au début du XXe siècle, chacun va devoir faire face à son destin. Leur père a quitté le foyer, et la famille a ainsi pu se remettre à flot. Cordélia, l'aînée de la fratrie est en âge de se marier, les jumelles Rose & Mary sont toujours aussi enthousiastes quant à leur carrière de pianistes, tandis que Richard, le petit dernier et unique garçon de la maisonnée se prépare à entrer au lycée. Et au milieu de tout ça, la guerre se profile en Europe.

Le lecteur apprécie la finesse des descriptions de Rebecca West, de même que les traits psychologiques des personnages. Ici, les stéréotypes littéraires ne sont pas de mise, de même qu'un esprit terre à terre. Le lecteur garde irrémédiablement l'impression que la famille Aubrey est au dessus du commun des mortels par sa façon d'appréhender la vie. En effet, il est plus grave de ne pas avoir de don musical, que la ruine financière. Leur hiérarchie des catastrophes peut sembler tout à fait fantaisiste à de pauvres individus étouffés sous les injonctions sociales de réussite.De même les personnages qui gravitent autour de ce cercle familial sont-ils plus d'extravagants.

 

étoileétoileétoileétoileétoileétoile

 

Je remercie les Éditions Robert Laffont de leur confiance. Malgré quelques longueurs, surtout à l'ouverture du roman, j'ai fini par retrouver mes marques et ma place dans la famille Aubrey. C'est avec quelques traces de mostalgie que j'ai refermé les pages de ce livre écrit par une femme forte et intelligente, à l'esprit curieux et à l'humour parfois piquant. Je suis assez curieuse de découvrir le dernier tome des aventures de ces personnages finalement assez attachants. 

 

                         

EXCIPIT - « Kate et Constance se remirent debout et levèrent les mains en l'air en signe de stupeur, et Rosamund serra la relique contre son cœur, en souriant. »

 

 

Robert Laffont

Signature

Publicité
Publicité
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>
Publicité
Newsletter
Derniers commentaires
Archives
Visiteurs
Depuis la création 241 227
Publicité