Just one more page

21 septembre 2022

Solène Daoudal - « Hypnocontes »

solene-daoudal

DAOUDAL Solène - « Hypnocontes »

160 pages.

Éditions Robert Laffont (2022).

« Les neurosciences au service de votre sommeil. En s’appuyant sur l’hypnose et sur la compréhension de l’esprit humain que nous offrent les neurosciences, Solène Daoudal a imaginé 18 histoires qui vous permettront de retrouver le sommeil. Chacune propose une approche spécifique fondée sur des mécanismes profonds et méconnus de notre cerveau. À leur lecture, vous oublierez les ruminations, les soucis qui vous agitent, vous apprendrez à vous servir de la rêverie, à modifier votre rapport à votre corps. Chaque hypnoconte est suivi d’une présentation des ressources employées pour vous aider à changer le fonctionnement de votre esprit. »

INCIPIT - « La scène est familière. »

 

Avec le stress ambiant de la vie et les contraintes du quotidien, il est parfois difficile le soir de s'endormir. La méditation et la pleine conscience trouvent aujourd'hui de plus en plus d'adeptes pour revenir à soi. À travers 18 histoires, Solène Daoudal plonge le lecteur dans le bien-être avant l'assoupissement. 

Une lecture toute en douceur. Avec un conte par soir, le lecteur trouve un rythme qui lui permet de profiter de chacune de ses lectures, mais également de se rendre compte de l'impact des mots choisis par Solène Daoudal pour mettre le cerveau en veille. Les neurosciences n'en sont qu'aux prémices et leurs bénéfices se font déjà sentir.

L'auteure utilise les mots pour insufler à l'esprit les prémices du sommeil.  Ce jeu avec la langue française est subtil. Pour les lecteurs attentifs et sensibles à ce qu'ils ressentent, les effets de ces histoires ne devraient pas tarder à se faire sentir. 

étoileétoileétoileétoileétoileétoile

 

Je remercie les Éditions Robert Laffont de leur confiance. J'aime particulièrement le pouvoir des mots. Et encore une fois, à travers une lecture de ce type, leur puissance est démontrée. À mettre entre toutes les mains des réfractaires au sommeil, si l'effet n'est pas concluant du moins aurez-vous passé un bon moment à vous immerger dans ces récits divers et variés, mais toujours agréables à lire. ^^

              

EXCIPIT - « Aujourd'hui, comme toujours j'imagine, je me tiens simplement quelque part sur le cercle, juste au début de l'éternel recommencement. »

 

Nil

Signature


06 septembre 2022

Benoît Dutertre - « Dictionnaire amoureux de la Belle Époque et des Années folles »

dutertre-benoit

DUTERTRE Benoît - « Dictionnaire amoureux de la Belle Époque et des Années folles »

656 pages.

Editions Plon (2022).

« La plongée amoureuse de Benoit Duteurtre au coeur de la Belle Epoque et des Années folles : un âge d’or pour les artistes et les inventeurs en tous genres, avec la France comme théâtre emblématique de ce temps où Paris fut le cœur battant du monde artistique. « Ma passion pour le début du XXe siècle s’est éveillée très jeune en écoutant Debussy et Duke Ellington, en regardant Claude Monet et Raoul Dufy, en lisant Alphonse Allais et Maurice Leblanc, puis Apollinaire et les surréalistes... C’est donc tout naturellement que je me suis plongé dans ce dictionnaire où j’ai voulu souligner la continuité entre Belle Époque et Années folles, telles deux « mi-temps » séparées par le gouffre terrible de la grande guerre. Malgré tout ce qui les oppose, les années 1920 seront, par maints aspects, l’accomplissement de cet esprit moderne qui germait en 1900. On y retrouve souvent les mêmes protagonistes à deux âges de leur vie, tels Guitry, Colette, Ravel, Stravinski, Picasso… Face à un sujet immense, j’ai privilégié la France comme théâtre emblématique de ce temps où Paris fut le cœur battant du monde artistique. Sans négliger pour autant les riches échanges qui se développèrent avec New York, Vienne, Londres, où se produisaient des évolutions comparables, j’ai tenu à remettre à l’honneur une certaine légèreté française. Enfin, même si la civilisation toute entière est présente avec ses hommes politiques, ses scientifiques, ses expositions universelles ou ses villégiatures, ce sont d’abord les arts qui figurent au cœur de ce panorama : poésie, théâtre, peinture, une place privilégiée revenant par goût personnel à la musique. Portraits, bons mots, petite et grande histoire se mêlent dans ces pages consacrées à des personnages, mais aussi à des lieux comme le Moulin Rouge et le Chat Noir, à des genres oubliés comme le café-concert, sans oublier les décors des brasseries, gares et jardins publics… Tout ce qui fait que la Belle Époque et les Années Folles sont toujours parmi nous et continuent à faire rêver aux quatre coins du monde. » »

 

INCIPIT -  « On pourrait écrire un Dictionnaire haineux de la Belle Époque et des Années folles. »

 

En amatrice de la Belle Époque et des Années folles, c'est avec plaisir que j'ai découvert cet essai. Les Editions Plon proposent des dictionnaires amoureux sur une quantité de sujets comme « Le dictionnaire amoureux de Paris », « Le dictionnaire amoureux du polar », « Le dictionnaire amoureux du Japon », « Le dictionnaire amoureux des îles », « Le dictionnaire amoureux de l'inutile », « Le dictionnaire amoureux du jazz », etc. 

Au fil de cet énorme ouvrage de plus de 600 pages, le lecteur va découvrir ou redécouvrir l'atmosphère de ces deux époques inoubliables. Paris était alors le centre du monde culturel. Et c'est avec légerté et intelligence qu'au gré des mots-clés, Benoît Dutertre dévide sa connaissance de ces périodes historiques marquantes. Ainsi, il y parle en vrac de Guilaume Appolinaire, de l'Art nouveau, de Joséphine Baker, la bohème, les brasseries et les cafés, de Coco Chanel et de Maurice Chevalier, de l'affaire Dreyfus, desz inventeurs, de Laurel et Hardy, de chez Maxim's, de Mistinguette et de la mysoginie, la moustache (oui, oui !), du paquebot Le Normandie, de la classe ouvrière, du Paradis perdu, de proustophilie, des revues littéraires, d'Erik Satie, du téléphone et de la radio, de l'âge d'or du théâtre, des vaudevilles, de Venise et de Vichy, d'Oscar Wilde et de Stefan Zweig. Il manque juste Emile Zola, autrement tout y est.

Malgré son volume, le livre est très agréable à parcourir. Parsemé de petites illustrations monochromes, il permet au lecteur de facilement retrouver ce qu'il cherche, les termes traités étant repris sur le bord extérieur de la page. Au milieu de toutes ces informations aussi bien littéraires, politiques, musicales, cinématographiques, et j'en passe, le lecteur risque de passer un bon moment à le parcourir en tous sens. 

 

étoileétoileétoileétoileétoileétoileétoile

 

Je remercie les Éditions Plon de leur confiance. Les dictionnaires amoureux sont toujours une lecture passionnante pour les esprits curieux. Les thèmes abordés sont tellement variés qu'il est facile d'y trouver son bonheur. Une lecteur plus qu'agréable.

 

 

EXCIPIT -  « « Je suis heureux et léger, merci Paris ! - Stefan Zweig. »

 

 

 Plon

 

Signature

Posté par Felinana à 07:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

01 septembre 2022

Sandrine Bonini - « Hagrildur le valeureux et la brigade du renne »

sandrine-bonini

BONINI Sandrine - « Hagrildur le valeureux et la brigade du renne »

9 ans.

144 pages.

Editions Grasset (2022).

« « Hagrildur allait sur son cheval, parmi les hautes herbes, à peine dérangé par les bourrasques qui tentaient de le désarçonner. Aujourd’hui promettait d’être une bonne journée, il l’avait immédiatement senti ; une journée tout particulièrement dédiée à : lui. Au réveil déjà, il avait eu cette intuition formidable au sujet de son nom. Après quelques essais seulement, cela s’était comme imposé tout naturellement : Hagrildur le Valeureux. Voilà qui résonnerait sur les générations suivantes, et même celles d’après ! » Hagrildur est valeureux, il en est sûr. Un jour, il sera membre du Grand Ordre des Cavaliers, il en est certain. Mais, en attendant, rien ne se passe comme prévu... Ces empotés de Finn et Marcus ne le lâchent pas d'une semelle, et voilà qu'une étrange fille habillée comme un garçon fait son apparition. Ils s'engagent alors dans un drôle de périple dans la forêt... Parviendront-ils à trouver l'endroit où se tient en secret la grande Convention ? Croiseront-ils le chemin de l'effrayante Guilde du Crime ? Et réussiront-ils à déjouer les dangers qui menacent la
comtesse Hulda ? 
»
INCIPIT : « Dans les landes venteuses des îles du Nord, il n'y a pas de place pour les cœurs trop prudents. »

12

 

Avec CuiCui & PiouPiou, nous avions découvert le talent de Sandrine Bonini dans son bel album « Dans mon petit monde » qui avait déclenché une jolie discussion. Cette fois-ci, l'auteure prolifique change de registre avec une quête valeureuse et une histoire de chevalerie.  

Hagrildur aimerait être adoubé chevalier pour pouvoir prétendre séduire la belle Hulda, la comtesse du château de Sotteborg. Mais il a de la concurrence et pas des moindres, entre l'invincible Jorgen et l'audacieux Bjorn, l'affaire n'est pas gagnée d'avance. C'est pourquoi, il décide de se rendre à la grande convention annuelle des cavaliers. Mais pour cela, il doit traverser la terrible forêt de Sotteborg.  

Cette histoire se présente sous la forme d'un roman à la couverture cartonnée et très orangée. Les illustrations et la mise en page sont très agréables et originales. Chaque chapitre s'ouvre sur une illustration représentant l'un des personnages. Et comme au Moyen-Âge, la première lettre de la page bénéficie d'une enluminure. Pour rester dans l'esprit médiéval, il y a des pamphlets, annonces et autres informations liées à la vie quotidienne à l'époque de Hagrildur. Elles parsemées dans le livre, sous la forme de doubles pages au fond orangé. 

Le récit est fluide et est tout à fait adapté à un lecteur en herbe. CuiCui et PiouPiou s'y sont d'ailleurs essayer. L'histoire est emprunte d'humour à cause du comportement de Hagrildur pour qui la quête de sa promise ne va pas être chose aisée. Le livre se referme sur le serment des cavaliers, peut-être est-ce bon signe pour notre héros, qui sait ?

 

étoileétoileétoileétoileétoileétoileétoileétoileétoile

 

 EXCIPIT : « À ce sujet, il avait des tas d'idées. »

 

 

Je remercie les Éditions Grasset Jeunesse de leur confiance et leurs choix judicieux. Ce petit roman a été un véritable plaisir à lire pendant l'été. La patte de Sandrine Bonini est vraiment agréable et les illustrations ont remporté un franc succès. Merci pour cette belle découverte d'un nouveau format chez Grasset Jeunesse.  

 

grassetjeunesse

Signature

29 août 2022

Janet Lewis - « La femme de Martin Guerre »

janet-lewis

LEWIS Janet - « La femme de Martin Guerre »

144 pages.

Éditions Robert Laffont (2022).

« Bertrande et Martin ont onze ans lorsque leurs familles les unissent, selon la volonté du père de famille Guerre - un homme colérique que Martin décide de fuir quand il atteint la vingtaine, laissant derrière lui Bertrande et leur enfant. Huit ans plus tard, lorsqu’il rentre auprès des siens, sa femme le trouve changé, au point de se demander si cet homme, bon et tendre, est vraiment son époux. Quand le véritable Martin Guerre revient finalement, Bertrande ne peut se résoudre à témoigner contre l’imposteur dont elle est tombée amoureuse, au risque de le voir exécuté. C’est l’histoire vraie du retour de Martin Guerre que relate Janet Lewis dans ce chef-d’oeuvre de la littérature américaine : une affaire aussi fascinante que romanesque qui, au XVIe siècle, secoue la France, à travers un procès dans lequel les témoins sont incapables de démêler le vrai du faux.  « Digne de Flaubert par son ton solennel et l’élégance de sa prose. » The New Yorker »

 

INCIPIT - « Un matin de janvier 1539, un mariage fut célébré au village d'Artigues. »

 

Nouvelle lecture chez Pavillons Poche. J'ai vaguement entendu parler, il y a fort fort longtemps, d'un film inspiré de cette histoire, avec Gérard Depardieu, je crois. C'est donc avec beaucoup de curiosité que j'ai commencé cette lecture, avec la potentielle idée de regarder le film, ou pas. 

Bertrande est une jeune fille de 11 ans, lorsqu'elle est unie à Martin Guerre. Cette union arrangée scelle un marché entre deux familles importantes. Les années passent et les deux enfants grandissent et se rapprochent. Mais le père, comme beaucoup de patriarche, est un homme autoritaire et intrangisant. C'est ainsi qu'après une décision impulsive concernant les affaires de la famille, le jeune homme préfère partir plutôt que subir le courroux de son père. Bertrande se retrouve seule, jusqu'au jour, quelques années plus tard, où Martin revient à la ferme.

Le récit se déroule sans grande surprise, puisque le principal chamboulement est annoncé en amont. Toute l'histoire est davantage vécue du point de vue de Bertrande. Son introduction dans la famille Guerre, la vie dans une exploitation agricole, sa vie de couple et de famille, etc. La position de la femme dans cette société de l'époque est, comme le lecteur s'y attend, soumise et totalement dépendante de son mari, comme une enfant. Avec l'âge, elle acquière une position respectée, mais sans plus. 

Sans spoiler la fin (même si tout le monde la connaît), l'honnête de Bertrande ne va pas lui apporter le bonheur escompté. L'aspect psychologique est bien développé. Bien au contraire. Pourtant, elle reste droite dans ses bottes et va jusqu'au bout de sa décision. Janet Lewis n'aborde pas particulièrement les sentiments et émotions des personnages. Même si le lecteur comprend sa réaction, sans particulièrement la soutenir dans son choix, il ne se crée pas de réelle empathie vis-à-vis d'elle. Une distance persiste entre les personnages et le lecteur. 

 

étoileétoileétoileétoileétoile

 

Je remercie les Éditions Robert Laffont de leur confiance. Même après cette lecture persiste un sentiment de léger malaise, en se disant que des fois, l'honnêté ne paie pas forcément, et peut même se retourner contre vous. C'est dur à admettre, même si cela a toujours été le cas. 

 

                           EXCIPIT -  « Mais quand l'amour et la haine s'allient pour épuiser une âme, il est rare que le corps y survive encore longtemps. »

 

 

Robert Laffont

 

Signature

26 août 2022

Léonie Swann - « Miss Sharp détective : meurtre à Sunset Hall »

Leonie-swann

SWANN Léonie - « Meurtre à Sunset Hall »

490 pages.

Éditions NiL (2022).

« Quand les seniors mènent l'enquête... Une nouvelle série de cosy mystery avec des détectives-retraités aussi charmants que loufoques ! Agnes Sharp avait déjà bien assez de soucis avec sa hanche, le remonte-escalier et ses entreprenants colocataires. Elle n’avait pas besoin de ce cadavre dans la grange. Ni de cet autre cadavre dans le jardin de ses voisins. Mais il faut se rendre à l’évidence : on ne peut pas se fier à l’air idyllique de la campagne anglaise, un perfide meurtrier a les vieilles dames dans le collimateur ! Sans traîner, Agnes et ses petits camarades se lancent à la poursuite de l’assassin - une enquête qui les mènera non seulement sur le sol glissant de la salle paroissiale, mais aussi dans une douteuse maison de retraite et, enfin, dans les profondeurs de leur propre passé. Car eux aussi ont leurs petits secrets… »

INCIPIT - « Hettie était restée bien trop longtemps sur son solarium. »

 

J'aime vraiment beaucoup l'état d'esprit de Léonie Swann et les situations assez décalées qu'elle propose. Elle a quand même eu dans l'un de ses romans un perroquet pour personnage principal : « Gray ». Je serai d'ailleurs très curieuse de lire son tout premier roman — si je ne dis pas de bêtises — qui met en scène un mouton : « Qui a tué Glenn ? ». 

Agnès Sharp est la propriétaire de Sunset Hall, une magnifique demeure qui abrite un groupe d'octogénaires (au bas mot) qui luttent contre l'emprisonnement en EHPAD et la vieillesse plus généralement. Malheureusement, en ce moment les problèmes s'accumulent, et avec le siège remonte escalier en panne, rien ne va plus. Quoi que, le pire est à venir quand le corps de l'une de ses pensionnaires et amie est retrouvé dans la grange. Et bientôt les morts suspectes s'accumulent. La vieille dame décide d'éclaircir tout ça.

Le roman démarre de façon tout à fait originale, et plonge rapidement le lecteur dans le quotidien de Sunset Hall. Il y fait la rencontre d'Agnès, puis de ses colocataires : Bernadette, le Colonel, Edwina, Winston et la petite nouvelle Charlie. Leur caractères sont esquissés avec justesse de même que leurs particularités. Bien sûr, en tant que vieilles personnes, leurs problèmes physiques sont un peu trop envahissant.

C'est d'ailleurs le seul défaut notable, mais réaliste de ce roman, le lecteur entend parler de tous les petits maux, divers et variés, de la bande de Sunset, et c'est parfois un peu crispant. Ça l'est également pour eux, mais d'autant plus pour celui qui est en plein dans l'intrigue et qui doit subir une perte de mémoire du personnage. Et puis coitus interruptus pendant plusieurs pages. Au moins le suspense est maintenu. 

Le récit est intéressant et très bien mené. Il y a des flash-back, ce qui est inévitable concernant les personnes âgées, et le dénouement, même s'il peut ne pas surprendre le plus fin des psychologues de romans policiers, conserve quand même son lot de surprise.

Les thématiques abordées par Léonie Swann font mouche, entre la vieillesse, les pertes de mémoire, l'euthanasie, etc., le lecteur a l'embarras du choix. Mais l'auteure ne va pas dans l'apitoiement, bien au contraire. C'est ne pas bien connaître la bande de Sunset Hall. 

 

étoileétoileétoileétoileétoileétoileétoileétoile

 

Je remercie les Éditions NiL de leur confiance. Même si ce n'est pas le roman policier de l'année, il se lit très bien avec un cadre tout à fait original et des personnages attachants. Avec la dernière page, persistent d'ailleurs quelques mystères qui font espérer une suite à ce premier opus (si s'en est un). Une lecture estivale très agréable. 

              

EXCIPIT - « Et c'était bien ainsi. »

 

Nil

Signature

Posté par Felinana à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


11 août 2022

Jessie Inchaupsé - « Faites votre glucose révolution »

Inchauspe

INCHAUSPE Jessie - « Faites votre glucose révolution »

300 pages.

Éditions Robert Laffont (2022).

« Une révolution pour votre santé qui va vous changer la vie ! Agir sur notre courbe glycémique est le geste le plus efficace que nous puissions faire pour notre santé. Près de 90 % de la population souffre d’un dérèglement du glucose et la plupart l’ignore ! Les symptômes ? Fringales, fatigue, acné, vieillissement prématuré, infertilité... et, au fil du temps, des maladies inflammatoires comme le diabète de type 2, les cancers ou les problèmes cardiaques. S’appuyant sur 300 études scientifiques récentes et sur ses propres recherches, Jessie Inchauspé vous explique le rôle crucial du glucose dans votre organisme et propose 10 conseils simples et surprenants en matière d’alimentation et de mode de vie pour faire disparaître ces symptômes sans faire de régime ni renoncer aux aliments que vous aimez. Parmi ces conseils clés : manger les aliments dans le bon ordre durant un repas pour perdre du poids sans effort, consommer l’ingrédient secret qui vous permettra de manger un dessert sans en subir les conséquences, modifier votre petit déjeuner pour débloquer votre énergie et réduire vos fringales… »

 

INCIPIT - « Permettez-moi de commencer notre aventure en vous demandant de vous remémorer votre dernier repas. »

 

L'une de mes très bonnes amies est diabétique depuis l'enfance, elle m'a donc expliqué l'importance de l'insuline dans la régulation de la glycémie. Jessie Inchauspé est biochimiste et spécialiste de la vulgarisation scientifique. À travers son ouvrage, elle met à la portée de tous, le mécanisme de notre corps lié à la courbe glycémique. 

Le livre se compose de 3 grandes parties. La première explique ce qu'est le glucose. La seconde détaille pourquoi les pics de glucose sont nocifs pour la santé. Enfin la dernière partie révèle comment lisser la courbe de glucose pour éviter ces pics. Jessie Inchauspé délivre pour se faire 10 conseils assez faciles à mettre en place. 

Même s'il ne révèle pas de grandes nouveautés, les explications permettent de comprendre assez facilement ce concept d'assimilation qui reste plutôt obscur pour la majorité des gens. À l'heure du summer body, cette lecture est beaucoup plus enrichissante, car elle éclaire par des principes simples et sains, la façon la plus appropriée de manger tout en respectant sa santé. Et, le plus important, à aucun moment, il n'est question de restriction alimentaire. Même le sucre est permis, s'il est mangé au bon moment. ^^

 

étoileétoileétoileétoileétoileétoileétoileétoile

 

Je remercie les Éditions Robert Laffont de leur confiance. Le livre de Jessie Inchauspé éclaire l'un des mécanismes les plus importants lié à l'alimentation : la courbe de glycémie. Grâce à des conseils simples, elle permet de tempérer les effets du glucose sur l'organisme. Une lecture de chevet qu'il est bon de relire de temps en temps. Une découverte plus qu'instructive.

 

                           EXCIPIT -  « Mais si un jour vous vous équipez, vous remarquerez peut-être que certains aliments vous conviennent mieux que d'autres. »

 

 

 

Robert Laffont

 

Signature 

02 août 2022

Kent Haruf - « Ces liens qui nous enchaînent »

kent-haruf

HARUF Kent - « Ces liens qui nous enchaînent »

342 pages.

Éditions Robert Laffont (2022).

« Bouleversant, résolument authentique, Ces liens qui nous enchaînent est un hommage puissant aux terribles contraintes de l’Amérique rurale et à la ténacité de l’esprit humain. Colorado, janvier 1977. À l’hôpital où elle est alitée, Edith Goodnough, quatre-vingt-huit ans, reçoit la visite d’un officier de police. Elle est accusée de meurtre. Un sac d’aliments pour volaille éventré et un vieux chien attaché dehors un froid après-midi de décembre constituent les indices qui l’accablent. Ses mobiles ? La dureté du milieu agricole et une famille aussi impitoyable que la prairie en hiver.
Kent Haruf nous livre dans son premier roman, acclamé par la critique, l’histoire bouleversante d’une femme des Hautes Plaines à travers les mots de son voisin, Sanders Roscoe : une enfance marquée par les corvées, la mort d’une mère, la violence d’un père enchaîné à ses enfants. L’histoire d’une femme qui a sacrifié son bonheur à sa famille et qui, enfin, reprend sa liberté. »

 

INCIPIT - « Éddith Goodnough n'est plus à la campagne. »

 

J'ai eu mon premier coup de cœur de l'année — il était temps — pour le roman qui m'a fait découvrir Kent Haruf, le très beau « Nos âmes la nuit ». J'avais hâte de lire un autre des romans de cet auteur, décédé en 2014. C'est pourquoi j'ai entamé celui-ci, qui est en fait sa toute première œuvre.

Éddith Goodnough est accusée d'un meurtre. Le shérif trépigne d'impatience de l'arrêter. Pourtant l'accusée est un peu particulière, d'une part, elle est hospitalisée depuis plusieurs mois. D'autre part, elle n'est plus de la première jeunesse, avec ces 80 printemps. Comment une grand-mère comme elle pourrait avoir tué quelqu'un ? Mais vous ne connaissez pas tous les dessous de l'affaire, à commencer par la rude vie d'Éddith qui n'a pas été rose tous les jours.

La plume de Kent Haruf est fine psychologue, et elle décrit avec justesse les personnages qui vont se croiser dans cette histoire de cette vie torturée. L'auteur montre la rudesse de l'existence au cœur de ce Colorado aride et dur. En tant que femme, Éddith a fait de nombreux sacrifices, et notamment l'amour de sa vie, par loyauté familiale. Les thèmes traités par Kent Haruf sont forts, comme la solitude, la vieillesse, la violence voire la dégénérescence, la mort. 

À cette lecture, le lecteur va être bousculé par les drames qui parsèment la vie de cette femme, qui n'a pas eu d'autres choix que de se tenir droite dans la tempête. Adroitement, Kent Haruf tisse les destinées de ses personnages, et c'est juste poignant, dramatique et beau. 

 

étoileétoileétoileétoileétoileétoileétoile

 

Je remercie les Éditions Robert Laffont de leur confiance. Cette seconde lecture me conforte dans mon appréciation de la plume de Kent Haruf. Sa finesse d'esprit, la façon dont il traite de sujets poignants sans tomber dans la guimauve ou l'indifférence, avec justesse, font qu'il se place dans mon top 5 des auteurs préférés. J'aimerai beaucoup découvrir d'autres titres de son œuvre, comme « Colorado Blues » ou encore « Le chant des plaines ». 

 

                           EXCIPIT -  « Tout ça il y a presque cinquante-cinq ans maintenant, sans qu'elle ait jamais appris depuis à faire preuve d'un tout petit peu d'égoïsme. »

 

 

Robert Laffont

 

Signature 

30 juillet 2022

Julia Chapman - « Les chroniques de Fogas, tome 2 : le retour du parisien »

Julia-chapman

CHAPMAN Julia - « Le retour du parisien »

343 pages

Éditions Robert Laffont (2022)

« Gare au Parigot ! Le deuxième tome d'une série événement, au cœur d'un village des Pyrénées françaises. Quand une petite commune entre en ébullition...
Depuis le départ de son mari Jacques, Josette s’occupe seule de l’épicerie de Fogas. Et si les habitants de cette petite commune pyrénéenne ont des réclamations à faire sur la fraîcheur de ses baguettes, eh bien qu’ils osent ! Josette tient à son commerce comme à la prunelle de ses yeux. Mais l’arrivée de Fabian, son neveu parisien, va la bouleverser. Propriétaire de la moitié de l’épicerie, le jeune homme a fui la capitale et son travail dans la finance. Plein d’idées et de bonne volonté, il veut tout moderniser. Mal lui en prend ! Un Parisien qui vient tout chambouler à Fogas ? Impensable... »

 

INCIPIT - « Stéphanie Morvan n'avait jamais tué personne. »

 

Voici le second opus de la série mettant en scène un petit village des pyrénées : « Les chroniques de Fogas ». Même si ce roman est une lecture agréable, je reste une fan de la première série de Julia Chapman : « Les détectives du Yorkshire ». Pour c'est sans compter avec cette suite qui n'a pas dit son dernier mot. 

Quel revirement à l'épicerie du petit village de Fogas. Après s'être retrouvée seule pour gérer son commerce, voilà maintenant que Josette est assistée, bien malgré elle par son neveu. Ce dernier, arrivé en droite ligne du milieu parisien de la finance, croit tout connaître sur le métier d'épicier. C'est sans compte sur la vindicte des villageois qui voient d'un très mauvais oeil cette invasion parigote.

Avec ce second tome, le lecteur est un peu plus au fait des relations, parfois compliquées, entre les personnages. Il est dans la position du savant, et cela lui donne un avantage certain pour appréhender cette nouvelle histoire. Il est en terrain connu. Au fil des lignes s'entremêlent les petites et la grande histoire du livre. Le personnage de Fabian est un peu le moteur du récit, d'abord agaçant, tout le monde n'a qu'une envie, c'est qu'il part. Mais les choses ne vont pas se passer ainsi, pour le bonheur de tous. 

 

étoileétoileétoileétoileétoile

 

Je remercie les Éditions Robert Laffont de leur confiance. Même si le récit est moins captivant que les aventures de Samson et Delilah,  l'ensemble est agréable à lire, ponctué par des querelles de clochers savoureuses, et des personnages hauts en couleur. Un second tome agréable à lire sur la plage. ^^

 

 

                         « Et cette nouvelle le réjouissait au plus haut point. »  -   EXCIPIT

 

 

Robert Laffont

 

 

Signature

24 juillet 2022

Julia Pietri - « Le petit guide de la foufoune sexuelle »

le-petit-guide-de-la-foufoune-sexuelle

PETRI Julia  - « Le petit guide de la foufoune sexuelle »

83 pages

Autoédité (2021)

« Livre à partir de 4 ans ❤️ « Les enfants doivent avoir conscience de ce qu'ils ont entre les jambes. Sinon, comment peuvent-ils avoir conscience du consentement et se protéger? Si rien n'existe, il n'y a rien à protéger..." Julia Pietri. Le Petit guide de la Foufoune Sexuelle : C'est un livre d’éducation sexuelle qui parle de consentement et de sexe aux petites filles et aux petits garçons de 4 à 12 ans. En savoir un peu plus: Sans précéder les attentes de l’enfant, ce livre permet de poser des questions aux enfants qui pourront y répondre en fonction de leur âge et de leur maturité. Dans ce livre on parle du sexe comme on parle de l’estomac et j'invite les enfants à exprimer leurs émotions, à poser leurs questions pour les inciter à prendre la parole sans tabou.
On y parle de corps, de pipi, de caca, de l'intimité, de la nudité, de la découverte de l’anatomie, de l’image de soi, de nos émotions, des câlins, de l'amour, des bébés, mais aussi de la sororité, des frères et des soeurs, à l’importance du respect mutuel ou encore des interdits. Le livre se termine sur les âges de la vie... Grandir c'est quoi ? Et dévoile un peu le monde de la puberté.
»

 

INCIPIT« Bonjour, c'est Julia qui te parle. Je vais essayer de te raconter comment le corps humain fonctionne dans ce livre. » 

 

Ayant entendu beaucoup de bien de ce petit guide, j'étais très curieuse de le faire découvrir à CuiCui & PiouPiou. De la taille d'un petit album, il est d'un beau violet sombre. Le titre est mis en valeur par une couleur dorée, et l'illustration est tout à fait explicite, et donne le ton sans aucune vulgarité. 

L'ouvrage se divise en 4 grandes parties avec la découverte du corps humain, intérieur et extérieur ; les notions de respect et d'intimité ; la grossesse et le développement du corps ; et enfin l'espèce humaine. Il y a de nombreuses illustrations très claires qui permettent d'offrir un support visuel aussi bien au parent qui accompagne l'enfant dans cette découverte, qu'à celui-ci pour mieux comprendre le corps en général et son corps en particulier.  La mise en page est attractive et aérée. 

Ce petit guide est un formidable support qui s'adresse aux enfants dès le plus jeune âge, c'est-à-dire 4 ans. Même si le titre a une connotation féminin, il est conçu aussi bien pour les filles que pour les garçons. C'est pour faire le pendant à l'ouvrage de Zep, le papa de Titeuf, avec « Le guide du zizi sexuel ». Comme son nom l'indique, et même s'il est très complet et bien fait, c'est guide. Il est là pour aider les parents à aborder un thème parfois assez délicat en tant qu'adulte à aborder. Même si pour les jeunes enfants, ce n'est pas encore le cas. Le livre donne des pistes et permet d'ouvrir le dialogue. Ainsi, le petit va pouvoir s'interroger, poser des questions et commencer à prendre conscience de certaines choses. 

 

étoileétoileétoileétoileétoileétoileétoileétoileétoileétoile

 

Je remercie Babelio ainsi qu'à Julia Pietri de leur confiance.  C'est un livre à mettre entre toutes les mains pour lutter contre l'ignorance. Il permet aux enfants d'acquérir de l'assurance et de davantage comprendre le rapport au corps. Même si la société a énormément déformer cette relation, la connaissance peut éviter - ou du moins atténuer - la vulnérabilité des plus jeunes, et éduquer les adultes de demain. Une formidable lecture.

 Excipit - « Emporte ta liberté avec toi et prends-en soin ! Au revoir. »

 

 

babelio    

 

  

 

Signature

21 juillet 2022

Julia Chapman - « Les détectives du yorkshire, tome 7 : rendez-vous avec la menace »

Rendez-vous-avec-la-menace

CHAPMAN Julia - « Rendez-vous avec la menace »

352 pages.

Éditions Robert Laffont - Collection La bête noire (2021).

« La mort ose tout... Le septième tome de la série best-seller Les Détectives du Yorkshire. Après un enlèvement qui l’a terrifiée, Delilah Metcalfe tente de retrouver ses esprits. Or les ennuis ne font que commencer : elle a découvert qu’une menace pesait aussi sur son coéquipier et prétendant Samson O’Brien. Pour le protéger d’une mort certaine, elle va devoir prendre ses distances avec lui alors même qu’elle vient de propulser les émotions de son partenaire à des sommets étourdissants… Et convaincre les habitants de Bruncliffe de l’aider ! Hélas, nombreux sont celles et ceux qui ont des griefs envers Samson. Car qui fait du tort à un seul en menace beaucoup… « Des enquêtes 100 % anglaises, pleines de drôlerie et semées de chausse-trapes, menées par un duo de choc. » Le Figaro Magazine. »    

 

 INCIPIT - « Ils l'attendaient dans la ruelle, et ils l'agressèrent au moment où elle regagnait le bureau. »

 

Je suis la série des détectives du Yorkshire de Julia Chapman depuis le tout premier tome, mais je crois vraiment que cet opus est mon préféré. Après 7 tomes : « Le crime » , « Le mal » , « Le mystère » , « Le poison »,  « Le danger » et « La ruse », l'autrice parvient encore à se renouveler et à surprendre une nouvelle fois son lecteur, pour son plus grand plaisir.

Que c'est-il passé, ce soir-là dans la ruelle, derrière l'Agence de Recherche des Vallons ? Tout semblait pourtant parfait, puis quelque chose a déraillé. Le procès de Samson a lieu très prochainement. En coulisse la menace rôde, mais à qui faire confiance ? Le milieu de la police semble corrompu, alors dans ces cas-là, il est plus prudent de se tourner vers les gens en qui on a confiance, sa famille. C'est ce que décide de faire Délilah, mais son plan pour protéger Samson va se comliquer un peu car il n'est pas dans la nature de ce dernier de faire ce qu'on lui demande...

Ce 7e tome est une véritable sucrerie. Même si les premiers chapitres sont un peu obscurs, le lecteur comprend très vite le plan de Delilah. Au début, il n'y croit pas trop, se dit que cela ne va pas le faire. Puis progressivement, son sourire commence à s'élargir face à l'ampleur de l'opération lancée au cœur même de la petite ville de Bruncliffe. C'est juste énorme. Et certaines scènes vont devenir mythiques comme l'attaque du balai 2-en-1, ou encore l'intervention de Cupidon. 

Bien sûr, tout n'est pas tout rose, et des obstacles se dressent sur la route du happy end. Le cliffhanger de fin laisse le lecteur totalement abasourdi. Il n'a rien vu venir, et la scène de la carrière est assez palpitante. Ce 7e tome, se termine sur une phrase qui laisse supposer que les ennuis pour Samson et Delilah ne sont pas encore terminés. Loin de là.

 

 étoileétoileétoileétoileétoileétoileétoile

 

Je remercie chaleureusement les Éditions Robert Laffont et surtout toute l'équipe de la Collection La bête noire de leur confiance. Cette nouvelle intrigue, qui n'en est, pour le coup pas franchement une, — elle est plus proche du jeu du chat et de la souris  — est un moment tout a fait délectable pour le lecteur, qui tour à tour, frissonne puis sourit en imaginant les événements.  Une très agréable lecture, qui fait un peu redouter la suite des aventures de ce duo attachant. 

EXCIPIT« L'ombre serait partie, en route pour sa destination et une confrontation qui ferait trembler la ville de Bruncliffe sur ses bases. »

 

 

 

La bête noire

 

Signature


Derniers commentaires
Archives