16

SILVERA Adam - "Tu ne m'as laissé que notre histoire".

418 pages.

Éditions Robert Laffont - R (2018).

« « Tu m’avais fait la promesse de ne jamais mourir… Tu ne l’as pas tenue. Tu ne m’as laissé que notre histoire. » La mort ne prévient jamais. Lorsque Griffi n apprend la disparition brutale de Theo, son premier amour, son univers vole en éclats. Bien que Theo ait déménagé en Californie pour ses études et ait commencé à fréquenter Jackson, Griffi n n’a jamais douté qu’il reviendrait un jour vers lui. À présent, l’avenir qu’il s’imaginait a changé du tout au tout et le vide laissé par Theo demande à être comblé…»
INCIPIT: "Tu es toujours en vie dans des univers parallèles, Théo, mais moi j'habite dans le vrai monde, celui où tes funérailles ont eu lieu ce matin devant un cercueil ouvert." 

 4 - Passable

J'ai découvert Adam Silvera au travers du roman sensible "Et ils meurent tous les deux à la fin". Du coup, il y avait un certaine attente vis à vis de cette nouvelle histoire, ainsi qu'une certaine appréhension. C'est toujours le cas avec le genre littéraire qu'est le drame.

Griffin et Théo ont formé un beau couple, jusqu'à ce que ce dernier part pour la Californie. Malgré la distance et un nouveau partenaire dans la vie de Théo, Griffin, encore amoureux, a toujours gardé l'espoir de reprendre leur relation. Jusqu'au jour où il apprit une terrible nouvelle. Dévasté par cette nouvelle, Griffin doit prendre la mesure de la fin de cette relation et faire une croix sur le dénouement qu'il espérait. Il ne lui reste plus rien de son grand amour, hormis ses souvenirs.

Ce roman est construit sur les souvenirs de Griffin, que le lecteur découvre progressivement au fur et  mesure de ses révélations. Le personnage principal, sensible et complexe, se révèle petit à petit au fil de ses pérégrinations mentales. Adam Silvera décrit avec beaucoup de justesse la douleur du jeune homme sans en faire trop, il reste pudique, et sobre, et c'est d'autant plus touchant. 

Le lecteur va également découvrir le personnage de Théo qui est, presque, le pendant de son ami Griffin. Autant l'un est insouciant voire indélicat, autant l'autre est-il dans la retenue et la jalousie, voire la possession. Ce sont des personnages attachants car imparfaits, dans leurs attitudes mais aussi dans leurs émotions. Cette simple humanitude les rend plus complexes. 

En parallèle, le récit est simple voire sobre. Il n'y a pas de passage plus saisissant que les autres, c'est juste un jeune homme sur le chaotique chemin du deuil. L'aspect LGDT ne rend pas cette relation plus spéciale qu'une autre. Chaque amour est particulier, et celui-ci est aussi touchant que n'importe quel autre. L'homophobie ou le statut homosexuel n'est pas le coeur du sujet.

 

étoileétoileétoileétoileétoile

 

Ce drame, construit de façon assez classique, sonne juste. Et le chemin que parcourt Griffin vers l'acceptation du deuil et la disparition de son grand amour est traité avec simplicité et pudeur. Un roman poignant, qui aurait peut-être mérité un petit quelque chose en plus, mais qui fera très probablement, quand même pleurer dans les chaumières. 
Je remercie les Éditions Robert Laffont et surtout toute l'équipe de La Collection R de leur confiance.

 

R

 

Signature