Abbott

ABBOTT Rachel - "La disparue de Noël".

Ebook.

Éditions Belfond (2017).

« En Angleterre, de nos jours. Emma le sait, il est des passés qui ne s'oublient pas. Mariée à David, directeur de banque traumatisé par la mort de sa première épouse et l'inexplicable disparition de sa fille Natasha la veille de Noël, six ans plus tôt, la jeune femme a appris à vivre avec les drames. Mais l'arrivée d'Ollie, leur fils de dix-huit mois, semble avoir redonné le sourire à David et renforcé leur couple. La promesse de jours meilleurs semble enfin possible... Mais le monde d'Emma se fissure lorsqu'une jeune fille apparaît un jour dans sa cuisine. Natasha. Alors que David est en joie, Emma, elle, s'interroge : où était-elle toutes ces années ? Comment l'intégrer dans leur vie de famille idéale ? Et pourquoi ce sentiment que l'adolescente pourrait représenter une menace pour elle et pour son bébé ? Que cache la disparue de Noël ?»
INCIPIT: "Dans dix minutes à peine, elle serait chez elle, saine et sauve."

6 - Bon moment de lecture

Dans la lignée de P.D. James, Rachel Abbott met en scène le détective Thomas Douglas, dans des enquêtes pour le moins classiques, mais que le lecteur prend plaisir à découvrir. Ce tome est le quatrième enquête après "Illusions fatales", "Le piège du silence" et "Une famille trop parfaite". 

Après un tragique accident un soir de verglas sur une route de campagne, David se remet doucement de la mort de sa femme et de la disparition de sa petite fille de 6 ans, Natasha. Hors, un jour, bien des années plus tard, une adolescente se présente à sa porte. Natasha. La nouvelle compagne de son père, son bébé dans les bras, se sent mal à l'aise face à cette personnalité sombre et agressive. Et surtout où était l'enfant toutes ces années?

Malgré une thématique bien connue d'un retour d'un disparu dans son foyer, la plume de Rachel Abbot sait entraîné son lecteur dans un suspense intéressant. Elle tire adroitement les ficelles d'une trame psychologique retorse, et bien dosée, qui met le lecteur mal à l'aise et le pousse à se poser une foule de questions qui ne mènent nulle part. 

Il est néanmoins dommage que le personnage du père, le rescapé de la tragédie, l'homme ancré dans la réalité et référent principal du lecteur est aussi peu de charisme, d'épaule. Votre enfant a disparu pendant six ans. Vous ne vous inquiétez pas. Pas d'examen à l'hôpital, pas de signalisation à la police. Rien. La vie continue comme si de rien n'était. C'est un peu bancal, mais passons. Les deux figures féminines sont bien plus intéressantes, la belle-mère Emma et surtout la jeune fille Natasha. 

étoileétoileétoileétoileétoile

Dans un rythme enlevé, et une trame psychologique finement menée, Rachel Abbott sait capté son lecteur - pas des les premières pages - et l'entraîne dans une intrigue, qui, même si elle ne restera pas dans les annales, est intéressante à découvrir. Son personnage récurrent est le plus attachant de tous, et  la lecture de ses autres aventures est assez tentante, il faut bien l'admettre. ^^
Je remercie les Éditions Belfond et Netgalley de leur confiance et leur originalité.

 

NetGalley      Belfond

Signature