10

MARSONS Angela - "Le pensionnat des innocentes".

Ebook.

Éditions Belfond (2018).

« Ils pensaient leur plus terrible secret enterré à jamais. En pleine nuit, cinq individus scellent un pacte au-dessus de la tombe qu’ils viennent de creuser. De nos jours. Kim Stone, inspectrice au tempérament rebelle et solitaire, se voit confier une nouvelle enquête. Teresa Wyatt, directrice d’école, a été retrouvée noyée dans sa baignoire. Peu de temps avant sa mort, elle s’était intéressée à une fouille archéologique prévue autour d’un foyer d’accueil où elle avait travaillé avant que le lieu ne soit entièrement détruit par les flammes. Un autre employé du foyer est à son tour retrouvé assassiné. Kim, qui a connu enfant l’assistance publique, est profondément impliquée dans cette enquête. Au mépris des procédures, elle demande aux archéologues de commencer leurs fouilles : plusieurs squelettes sont retrouvés…»
INCIPIT: "Sans pouvoir s'expliquer pourquoi, Teresa Wyatt avait l'impression que cette nuit serait sa dernière."

6 - Bon moment de lecture

Le premier roman d'Angela Marsons frappe fort. Dans un contexte dur et une atmosphère plus que morose au fin fond du Black country; cette région minière du nord de l'Angleterre, la lâcheté et la culpabilité vont être mises à rudes épreuves. 

Suite à la découverte du corps sans vie d'une directrice d'école retrouvée noyée dans sa baignoire, l'inspectrice Kim Stone mène l'enquête pour savoir si cette mort aurait un lien avec la découverte d'ossements, lors de fouilles archéologiques sur l'ancien site d'un pensionnat. Ancienne enfant de l'asistance publique, elle prend rapidement cette affaire très à coeur, quitte à enfreindre quelques procédures, au grand dam de sa hiérarchie.

Le récit est sombre, il faut bien l'avouer. Entre la région noire, rongé par l'alcool et le chômage, le lieu de l'enquête un ancien pensionnat qui a en partie brûlé, dans lequel vivaient retirées du monde des jeunes filles oubliées de la société, le lecteur a intérêt à avoir un bon moral en commençant cette lecture car c'est de l'émotion brutale qui ressort de ce drame: des enfants abandonnés, maltraités, une atmosphère délétère, une injustice oppressante, et j'en passe. 

Le personnage de l'inspectrice, qui semble être à vif et en rogne contre le monde entier, est très empathique avec les petites victimes, mais le lecteur, même si la cause de l'inspectrice est louable et plus que juste, a du mal à s'attacher à elle, qui ne fait pas grand chose pour être aimer. Une bonne psychothérapie lui ferait le plus grand bien. Les autres personnages, même si leur psychologie est fouillée, ne se démarquent pas particulièrement non plus. 

L'intrigue est le moteur de ce roman. Même si dès le début, le lecteur pense avoir deviner beaucoup de choses concernant cette tragédie, la plume d'Angela Marsons et la tension presque irrespirable de ce lieu, qui occupe une grande place dans le récit, rend l'ensemble incoercible - moi aussi j'ai appris un nouveau mot ^^. Le côté malsain de cette atmosphère est une totale volonté de l'auteure pour mettre en avant le paradoxe entre la volonté de protéger des mineurs d'eux-mêmes ou des autres, mais pas de la structure qui est censée les secourir. 

étoileétoileétoileétoileétoileétoile

Avec ce thriller oppressant, Angela Marsons fait son entrée dans le cercle des écrivains de polar noirs. Malgré un manque d'empathie totale pour le personnage principal, ce qui dessert en partie l'intérêt pour l'histoire, le lecteur reste accrocher et tourne rythmiquement les pages pour savoir si toute la bienveillance qu'il ressent pour les pauvres pensionnaires oubliées, n'est pas vaine, et si la vérité éclatera au grand jour.
Je remercie les Éditions Belfond et Netgalley de leur confiance et leur originalité.

 

NetGalley      Belfond

Signature