Beaton

BEATON M. C.  - "La quiche fatale".

320 pages.

Éditions Albin Michel (2016).

« Sur un coup de tête, Agatha Raisin décide de quitter Londres pour goûter aux délices d'une retraite anticipée dans un paisible village des Costwolds, où elle ne tarde pas à s'ennuyer ferme. Afficher ses talents de cordon-bleu au concours de cuisine de la paroisse devrait forcément la rendre populaire. Mais à la première bouchée de sa superbe quiche, l'arbitre de la compétition s'effondre et Agatha doit révéler l'amère vérité : elle a acheté la quiche fatale chez un traiteur. Pour se disculper, une seule solution : mettre la main à la pâte et démasquer elle-même l'assassin.»

INCIPIT: "Mrs Agatha Raisin était assise à son bureau désormais vide de South Molton Street, dans le quartier de Mayfair, à Londres." 

6 - Bon moment de lecture

En fan inconditionnelle de romans policier de détection, je n'ai pu m'empêcher de tilter lorsque mon regard à croiser ce livre. Déjà à cause de l'héroïne: Agatha Raisin, qui n'est autre qu'une allusion un brin humoristique à Hercule Poirot, ensuite avec ce titre qui en rajoute une couche "La quiche fatale"; et enfin cette couverture qu el'on pourrait facilement associer à un roman jeunesse. Donc tous les éléments d'une lecture pour le plaisir était réunis. 

Agatha Raisin est une femme dans la force de l'âge, cinquantenaire célibataire, chef d'entreprise à Londres, son rêve n'est autre qu'habiter dans un petit cottage so british en pleine campagne anglaise. Mais finalement à prendre sa retraite si tôt et dans un coin aussi paumé, on fini par très rapidement s'ennuyer une fois le havre de paix installé. Alors pour s'occuper et se faire accepter par les villageois, que faire d'autre que participer à un concours de cuisine. Bonne idée, sauf si l'un des jurés meure après avoir mangé votre quiche...

Tous les codes du roman de détection sont réunis, de même que le cadre. Agatha Raisin est une nouvelle Miss Marple, mais avec une libido. Il faut bien avoué qu'au début du roman, cette dernière laisse le lecteur totalement indifférent. Elle n'est pas spécialement attachante et tient plus du taureau buté que de la détective en herbe so british, mais progressivement la malice de Marion Chesney Beaton opère. La fougueuse Agatha Raisin occupe le devant de la scène, experte en chantage affectif et en manipulation elle finit par obtenir ce qu'elle veut: découvrir le meurtrier, peu importe si c'est au péril de sa vie.

L'auteure s'en donne à coeur joie, plantant là des personnages plus que stéréotypés qu'elle s'amuse à déstabiliser par le biais d'une héroïne atypique au caractère de cochon. Elle égratigne au passage et avec plaisir une société conformiste et rigide, pour laquelle les apparences et la bienséance sont de mise. L'ensemble engendre des situations cocasses dont le lecteur se délecte.

 

étoileétoileétoileétoileétoile

 

Attention la tornade Agatha Raisin arrive. Et le dicton "ça passe ou ça casse" lui convient plus que bien. Cette héroïne atypique pourra laisser le lecteur de marbre, mais il y a fort à parier que l'humour et la curiosité le dérideront rapidement. C'est une lecture agréable et qui fait sourire, et c'est déjà très bien. Le second tome a atterri dans ma PAL à peine le premier refermé.

              

Signature