Dazieri

DAZIERI Sandrone - "Tu tueras l'ange"

608 pages.

Éditions Robert Laffont - Collection La bête noire (2017).

«La mort rôde, aussi belle que fatale. Serez-vous sa prochaine victime ? Lorsque le TGV Milan-Rome arrive à quai, la police fait une macabre découverte : tous les passagers de la classe affaires sont retrouvés morts. Si les premiers indices orientent l'enquête vers un attentat, la commissaire adjointe Colomba Caselli, muscles d'acier et âme fragile, est persuadée du contraire. Pour elle, seul Dante Torre, l'« Homme du silo », est capable d'y voir clair dans ce brouillard de mensonges et de fausses pistes. Très vite, ils découvrent que ce massacre n'est que l'énième épisode d'une longue série de carnages, sur laquelle plane l'ombre d'une mystérieuse figure féminine. Elle ne laisse aucune trace, juste un nom : Giltiné, l'ange lituanien des morts.»    
INCIPIT: "Les deux prisonniers de la cellule parlent à voix basse." 

8 - Pur délire

Il y a maintenant presque deux ans, je découvrais le très percutant roman de Sandrone Dazieri "Tu tueras le père". Les enquête de Colomba continuent, en compagnie du troublant Dante Torre. Cette fois-ci la jeune femme est confrontée à une tueuse tout à fait retorse et efficace: Giltiné. 

Sandrone Dazieri sait décidément très bien comment crocher son lecteur, car dès les premières pages, on est happé par sa plume, qui va droit au but. Le lecteur devient une simple marionnette, qui tourne page après page, pour savoir où cela va le mener. L'enquête semble se diriger vers l'attentat, mais Colomba n'en est pas totalement convaincue, et fait appel à Dante - Quand est-ce qu'il arrive!! - qui met du temps à faire son entrée. En plus de l'enquête soutenue, les multiples interrogations sur le passé du consultant maintiennent un bon suspense tout au long du roman, et l'on ne peut s'empecher d'échaffauder des théories plus ou plus stables.

Comme dans le très bon tome précédent, l'auteur alterne les voix et les allers-retours passé présent, ce qui maintien un certain rythme dans l'intrigue. Le lecteur se laisse emporté sans difficulté. L'intrigue est un peu plus complexe que dans "Tu tueras le père", et l'envergure de la menace est un peu redondante avec ce dernier. Le lecteur se perd un peu parfois au coeur de toutes les informations et relations qu'il découvre au fil de sa lecture. Toutes ces ramifications font un peu mal aux cheveux, mais l'écriture fluide aide à la digestion. 

Le duo de personnages principaux, avec leur lourd passé et leurs personnalités totalement atypiques fonctionne toujours aussi bien, même si dans ce nouvel opus l'intrigue est un peu plus dans les normes, l'ensemble forme un très bon thriller, sans parler de cette fin juste super frustrante, qui donne envie d'aller jusqu'en Italie pour avoir quelques tuyaux sur le dernier tome de cette trilogie. 

 

 étoileétoileétoileétoileétoileétoileétoile

Une suite maîtrisée et presque aussi percutante que le premier opus, confirme que je lirai avec plaisir le troisième volet de cette série, au duo si attachant. Un bon roman à découvrir en attendant le prochain. 
Je remercie chaleureusement l'équipe de la Collection La bête noire et Netgalley de leur confiance.

 

La bête noire NetGalley

 

Signature