36

Zweig Stefan - "Magellan".

360 pages.

Éditions Robert Laffont (2020).

« Le 20 septembre 1519, Magellan entreprenait depuis Séville le premier grand voyage autour du monde. Ce 500e anniversaire est l’occasion de découvrir l’une des meilleures biographies consacrées à ce navigateur légendaire, celle de Stefan Zweig. La seule traduction de ce récit datait de près de soixante ans. Une nouvelle version s’imposait, plus proche du texte original. Elle a été confiée à Françoise Wuilmart, traductrice de renom et spécialiste du grand écrivain autrichien, qui procède à une véritable redécouverte de l’oeuvre. L’art du romancier se déploie pleinement dans cette odyssée biographique. Zweig nous plonge dans une aventure sans pareille, au coeur des affrontements, rivalités et mutineries qui ont émaillé cette traversée encore jalonnée d’autres épreuves – froid polaire, tempêtes, faim et maladies. Mais rien n’est venu à bout de la détermination du Portugais qui avait convaincu le roi d’Espagne Charles Quint de soutenir ce projet fou : prouver qu’« il existe un passage conduisant de l’océan Atlantique à l’océan Indien » : « Donnez-moi une flotte et je vous le montrerai : je ferai le tour de la Terre en allant de l’est à l’ouest ! » C’était sans compter l’océan Pacifique, dont les Européens ignoraient encore l’existence. L’expédition se terminera trois ans plus tard, sur un rafiot ne comptant plus qu’une vingtaine d’hommes sur les 265 embarqués à Séville, et sans Magellan lui-même, tué lors d’un combat avec des indigènes sur une île des Philippines. Mais elle a abouti, en ouvrant la route des Épices, à une découverte considérable pour l’histoire de l’humanité. Cette aventure est aussi celle d’un destin entraîné par une volonté sans mesure. Un de ces exploits qui illustrent pour Zweig la conscience créatrice des hommes, prouvant qu’« une idée animée par le génie et portée par la passion est plus forte que tous les éléments réunis » et sert le progrès de la connaissance et le besoin humain de dépassement de soi.»

 

 

INCIPIT - "Au commencement était l'Épice. "

 

 

Stefan Zweig est un auteur que je fréquente avec parcimonie depuis le lycée - période à laquelle je l'ai découvert - et que j'aime relire. Même si sa biographie est dense, j'aime prendre mon temps pour lire un roman que je ne connais pas encore ou redécouvrir l'un de ceux que j'ai déjà lu, comme "La confusion des sentiments", "Amok", "La peur" ou encore la biographie de "Marie-Antoinette" en audio. Cet été, j'ai découvert par l'intermédiaire du podcast du France Inter "Le feuilleton", une série d'émissions passionnantes, extraites des mémoires de l'auteur : "Le monde d'hier, souvenirs d'un européen" ( Il est possible de les écouter sur Youtube ). Conteur hors-pair, Stefan Zweig transporte son lecteur au côté du personnage avec une telle intensité que l'immersion dans l'histoire - et l'Histoire - est totale. 

 Magellan, un portugais plein de détermination, est persuadé qu'un détroit relie l'océan Atlantique à l'océan Indien. Fort de cette certitude et passionné, il convainc Charles Quint, alors roi d'Espagne de l'aider à financer ce projet. Commence alors la traversée la plus folle, entre la recherche de ce fameux passage et le premier tour du monde, le navigateur. Entre maladies,  intempéries et autres problèmes météorologiques, l'expédition rentrera trois années plus tard, pleine de souvenirs et d'exploits mais sans son instigateur. 

Stefan Zweig est autrichien. Lorsqu'il écrivit cette biographie, en 1938, la seconde guerre mondiale est imminente. Quatre ans plus tard, l'auteur mettra fin à sa vie - et à son oeuvre - submergé par l'horreur de la nature humaine en laquelle il ne croit plus. Juif exilé par la force des choses - son moral s'en ressent déjà - il se trouve alors au Brésil. Le détroit de Magellan lui est tout à fait au sud du Chili.  Alors que dehors - selon le podcast "Le feuilleton" - la tension monte, Stefan Zweig réussit à écrire un roman très aboutit. C'est d'une plume assurée qu'il entraîne le lecteur dans l'époque des Grandes découvertes : outre Magellan en 1519, il y eu entre autres Christophe Colomb qui découvrit le nouveau monde en 1492 ou encore Vasco de Gama en 1498 qui relie l'Inde. 

En plus de la force de cette voix, le récit plonge de lecteur dans l'Histoire. La flotte de cinq navires quitte le port de Séville le 20 septembre 1519, et le lecteur est aux côtés de ces marins qui s'embarquent pour des contrées inconnues, prêts à relever un exploit totalement incertain, uniquement guidé par cet homme charismatique qu'est Fernand de Magellan. C'est presque un hommage, ou en tout cas de l'admiration pour ce projet fou, que célèbre l'auteur à travers ces pages aux détails foisonnants, concernant aussi bien la petite que la grande histoire. 

étoileétoileétoileétoileétoileétoileétoileétoile

 

Je remercie les Éditions Robert Laffont de leur confiance. Encore une fois que Stefan Zweig était un grand conteur et un fin historien, qui grâce à un juste équilibre des deux offre au lecteur captivant et immersif à souhait. Cette exploration est digne du voyage de l'Ulysse d'Homère. Une très belle lecture qui donne envie de découvrir les autres biographies écrites par l'autrichien.

 

 

 

                           EXCIPIT - "Un homme ne donne le meilleur de lui-même que lorsqu'il donne l'exemple; ainsi, un exploit presque oublié, celui de Magellan, a prouvé à tout jamais qu'une idée animée par le génie et résolument portée par la passion s'avère plus forte que tous les éléments réunis et qu'un seul homme, malgré son passage éphémère sur la terre, est toujours capable de transformer en réalité et en vérité impérissable ce qui n'était qu'une utopie pour des centaines de générations."

 

 

Robert Laffont

 

 

 

Signature