19

CATHRINE Arnaud - "Romance".

304 pages.

Éditions Robert Laffont - R Jeunesse (2020).

«C'est le mojito.
C'est un léger accident.
C'est parce qu'il n'a pas rencontré de fille.
C'est parce que je n'ai pas rencontré de garçon.
C'était juste pour essayer.
C'est pour avoir tout fait ensemble.
C'est pour tous les amis pareil.
C'est entre lui et moi.
C'est la première et la dernière fois.
C'est rien.
Ça va passer.
»

 

INCIPIT: "S'il y a bien un truc que je déteste dans la vie, c'est la fête."

 

Retour dans l'univers d'Arnaud Cathrine, après sa trilogie "A la place du coeur" qui ne m'avait pas totalement accrochée, j'ai lentement tourné les pages de cette plongée au coeur d'un premier amour. 

Vince est un lycéen, un peu bagarreur et gay affirmé. Comme beaucoup d'adolescents, aussi bien filles que garçons, il rêve du vrai, du beau, du grand amour. En bref de son idéal. Et malgré les suggestions de sa meilleure amie Rokia, le seul autre gay officiel du lycée ne lui plaît absolument pas. Alors il espère, il observe, il attend. Jusqu'au jour du grand bouleversement, lorsqu'il part en vacances. Heureusement ses amis seront là pour l'accompagner face aux explosions du coeur.

Le héros, Vince, est également le seul narrateur de l'histoire. Tout au long de cet épisode de sa vie, le lecteur va l'accompagner à travers ses pensées et ses sentiments. Les premiers émois amoureux sont toujours violents et intenses. Le contrôle n'est pas de mise, c'est ce qui en fait toute la beauté et le souvenir impérissable. C'est le cas pour ce personnage qui va passé de sa vie de lycéen ordinaire à la découverte du premier amour. D'ailleurs, l'auteur a choisi un personnage masculin et gay pour "marquer" les esprits peut-être et se détacher de tous les précédents, mais ces émotions que Vince ressent, ces atermoiements, cette tension, ce désespoir sont les marques de l'Amour. Que chacun - peut importe son orientation ni son genre - ressent quand le tsunami du premier amour le percute de plein fouet. 

La plume d'Arnaud Cathrine est toujours aussi juste et fluide. Emprunte de poésie, elle aborde les aléas de la passion sans tomber dans la niaiserie ou la grandiloquence. Le lecteur, au fil des pages se souviendra de l'intensité de ces premiers émois, de cette sorte de cape d'invincibilité qui se pose sur l'individu béni des dieux. Et en même temps le personnage est dans ce moment-là extrêmement vulnérable. Et c'est avec tout autant de pudeur qu'Arnaud Cathrine aborde la suite de son histoire. Et le lecteur ne restera pas insensible car il a appris à connaître les pensées les plus personnelles de Vince, et son empathie a grandi au fur et à mesure des événements.  

étoileétoileétoileétoileétoileétoile

 

Ce roman initiatique aborde un sujet universel, le premier amour, et l'auteur le fait avec justesse et une certaine candeur pour son héros, qui touche le lecteur dans sa sensibilité et ses souvenirs propres. Mais à la fin du roman, une petite lueur d'espoir point, car c'est le premier jour du reste de sa vie, et Vince aura le temps de rencontrer le grand Amour. Un roman qui m'a davantage plu que les précédents. Une belle découverte. 
Je remercie les Éditions Robert Laffont et surtout toute l'équipe de La Collection R Jeunesse de leur confiance.

 Excipit - "Souhaite-moi bonne chance."

 

R jeunesse

Signature