11

MARTIN Faith - "Le corbeau d'Oxford"

299 pages.

Éditions Harper Collins (2019).

«Oxford, 1960. Lorsque Sir Marcus Deering, un riche industriel de la région, reçoit plusieurs lettres de menace anonymes, il prend le parti de ne pas s’en inquiéter. Mais bientôt, un meurtre est commis, et les meilleurs éléments de la police d’Oxford sont mobilisés. La toute jeune policière Trudy Loveday rêverait de participer à une affaire aussi importante, mais ses supérieurs coupent rapidement court à ses ambitions. Écartée de l’enquête et chargée d’assister le brillant mais peu amène Dr Clement Ryder, médecin légiste, sur une affaire classée, elle se retrouve pourtant très vite au cœur d’une énigme qui pourrait bien la mener sur la piste du mystérieux corbeau d’Oxford…»
INCIPIT: "Le cadavre sagement allongé sur le lit garda le silence tandis que le quinquagénaire examinait la pièce."

6 - Bon moment de lecture

 

La première chose qui attire un lecteur - ne se voilons pas la face - c'est d'abord la couverture, qui si elle est attrayante va pousser ce dernier à lire la quatrième de couverture. Dans le cas présent, la couverture, et le titre, il faut le souligner, m'ont pousser à découvrir ce roman policier, qui se déroule à Oxford, en Angleterre dans les années 60.

Trudy Loveday est une jeune policière qui est au début de sa carrière. Entre une mère qui la voyait femme au foyer, et un chef très paternaliste, la jeune femme va devoir faire ses preuves dans ce métier dont beaucoup de portes lui sont fermées. Alors quand tous les meilleurs policiers sont appelés sur une enquête pour meurtre, Trudy ne pense qu'à une chose: participer. Mais c'est sans compter sur son supérieur qui la met sur un dossier classé en partenariat avec le Docteur Ryder, qui semble plutôt méfiant à son égard...

Il faut bien avouer que le résumé de ce roman ne donne pas de palpitations au lecteur. Il semble assez sage et tranquille, et ce dernier peut se plonger dedans sans angoisse aucune. Et juste, c'est ça qui est agréable, de même que les romans d'Agatja Christie qui sont une valeur sûre, "Le corbeau d'Oxford" réunit deux personnages hors norme, et au profil apparemment incompatible, qui vont devoir travailler de concert pour résoudre une affaire qui pourrait bien se révéler plus dangereuse que prévue.

A partir de ce moment-là, le rythme du récit va s'accélérer progressivement, et le lecteur va être entraîner de découvertes en rebondissements sans un moment de répit. L'enquête prend alors un tour beaucoup plus haletant, et les personnalités des deux protagonistes n'y sont pas pour rien. Notamment le Docteur Ryder qui ne prend pas de pincettes lors de ses choix. 

La plume de Faith Martin est efficace et décrit parfaitement l'ambiance et les évolutions de l'enquête. et au fil des pages, le lecteur est happé par l'intrigue, et se laisse surprendre par un dénouement qu'il n'avait pas le moins envisager. La surprise est un bon facteur de réussite, lors de la lecture d'un roman policier. Toutes les explications ne sont pas données ce qui laisse espérer un second opus en compagnie de L'agent Trudy Loveday et du Docteur Clément Ryder, qui sait?... ^^

 

étoileétoileétoileétoileétoileétoile

 

Ce type de roman policier est mon genre de prédilection, et malgré une période un peu récente par rapport aux enquêtes que j'apprécie, le duo formé par ces deux enquêteurs fonctionne bien. Leurs personnalités, au début totalement incompatibles, sont devenues une force au fil de l'intrigue. L'observation de la société et la place de la femme dans ce milieu machisme  sont analysées finement.  Ce fut une lecture captivante, et j'aimerai beaucoup découvrir un autre tome mettant en scène ces deux personnages. 
Je remercie les Éditions Harper Collins de leur confiance.

 

Harper Collins

 

Signature