A

CHRISTIE Agatha - "Les vacances d'Hercule Poirot".

219 pages.

Éditions Librairie des Champs Elysées (1948).

« Hercule Poirot aimerait bien passer des vacances tranquilles. Une petite île, un hôtel agréable, une cuisine soignée, des pensionnaires charmants... Tout irait pour le mieux si, au milieu des estivants, ne tournait Arlena Marshall, une de ces femmes fatales qui font perdre la tête aux hommes. Mais était-ce une raison pour l'étrangler ? Drôles de vacances pour Hercule Poirot...»

INCIPIT: "Quand, en 1782, le capitaine Roger Angmering fit construire dans l'île de la baie de Leathercombe, on considéra que c'était le comble de l'excentricité." 

6 - Bon moment de lecture

 Grâce aux Éditions Livre de Poche, c'est avec un plaisir non dissimulé, que cet été je me suis plongée dans la relecture d'un certain genre de roman policier. Avec le hashtag #jelisagathachristie, le challenge consiste à lire un titre par mois de juillet en décembre. Trois sont déjà annoncés: "Les vacances d'Hercule Poirot", "Meurtre en Mésopotamie" et le génial "Le crime de l'Orient Express". 

En vacances dans un luxueux hôtel, sis sur une île, Hercule Poirot ne peut s'empêcher d'observer la nature humaine, à ses dépends. C'est ainsi qu'il remarque un triangle amoureux plus qu'intéressant, mettant en scène une femme mariée, Arlèna Marshall et un jeune homme Patrick Redfern , dont l'épouse est pour le moins délaissée au profit de cette femme qui ne laisse aucun homme indifférent. Alors quand le corps d'Arlèna est découvert, tout les soupçons se portent sur son impassible mari. 

L'intrigue du triangle amoureux, semble au premier abord très classique, mais ce qui est captivant avec la reine du crime, c'est qu'il faut toujours se méfier des apparences qui sont très souvent trompeuses. Agatha Christie va alors complexifier à souhait ce crime qui à l'air très évident, et le lecteur va prendre plaisir à échafauder des théories, à suspecter tout les personnages, à fouiner parmi les indices semés ici et là, comme qui a prit un bain à cette heure là, pourquoi a-t-on jeter une bouteille par la fenêtre au lieu de la mettre à la poubelle...

Tout ces petits détails font travailler les petites cellules grises de ce cher Poirot toujours tiré à quatre épingles. Et le lecteur sourit, quand ce dernier avec ses belles chaussures en cuir est contraint de monter dans une barque pour se rendre sur les lieux du crime. Car Poirot est le dernier a avoir parlé à la victime, et il  ne peut, bien sûr s'empêcher de se poser des questions concernant ce tragique événement. 

Certes l'ambiance des romans a vieilli mais le lecteur se laisse toujours aussi facilement embarqué dans l'univers d'Agatha Christie, dont la plume esquisse toujours une belle galerie de personnages, typiques mais délectables. Les constructions à tiroirs se succèdent et les soupçons obéissent aux suggestions faites par l'autrice, qui mène sa barque habilement. 

étoileétoileétoileétoileétoileétoile

 

Une lecture tout à fait de saison, les Éditions Livre de poche ont eu une bonne idée. ^^ Ce fut un plaisir de lire l'un des romans d'Agatha Christie, son atmosphère surannée et ses enquêtes à tiroir qui emmènent le lecteur dans les spéculations les plus folles. Hâte de me plonger dans la prochaine enquête de la reine du crime. 

 

Signature