21

EWING Amy - "La cité du ciel".

450 pages.

Éditions Robert Laffont - R (2019).

«Sera ne s'est jamais sentie à sa place parmi son peuple, les Céruléennes. Curieuse de tout, elle questionne sans cesse ses trois mères, sa meilleures amie Leela et même la Grande Prêtresse. Elle attend aussi avec impatience le jour ou le cordon qui relie la Cité du Ciel au monde d'en dessous sera rompu, permettant aux Céruléennes de partir en quête d'une nouvelle planète d'attache. Mais lorsque Sera est choisie comme sacrifice pour rompre le cordon, elle ne sait quoi ressentir. Pour sauver sa Cité et ses concitoyennes, elle doit se précipiter du bord du prix de sa vie. Sauf que tout ne se passe pas comme prévu et qu'elle survit à sa chute, atterrissant en un lieu appelé Kaolin. Sera a entendu des histoires sur les humain qui y habitent et elle ne tarde pas à se rendre compte que les mises en garde de ses mères étaient justifiées.»

INCIPIT: "Nous sommes les Céruléennes. Notre sang est magique." 

6 - Bon moment de lecture

Amy Ewing est l'autrice d'une trilogie dont j'avais beaucoup aimé le premier tome "Le joyau", dont l'univers était complexe et captivant. C'est une grande curiosité que j'ai ouvert ce roman, qui est le premier volume d'un diptyque, dont la couverture me plaît déjà beaucoup. En l'observant, on peut déjà imaginer la vie dans cette cité accrochée au dessus des nuages. 

Séra est une Céruléenne. La Cité du Ciel, sur laquelle elle vit est rattachée au monde du dessous par un cordon, et la jeune fille, curieuse de tout, attend avec impatience le jour où il sera rompu pour permettre à son peuple de partir en quête d'une nouvelle planète nourricière. C'est alors que la grande prêtresse lui annonce qu'elle aura l'insigne honneur de couper le cordon qui libérera la cité du ciel, et ce au prix de sa vie...

Avec un début lent, et une mise en place un peu complexe à comprendre, les premiers pas du lecteur dans la Cité du Ciel sont un peu vacillants. Mais très vite la plume d'Amy Ewing plante un univers complexe et magique, où les choses ne se passent pas toujours comme elle le devrait. Les règles de vie de cette cité dans le ciel - je ne pouvais pas ne pas faire cette allusion au maître.... ^^ - sont particulières - ce côté féministe m'a irrévocablement fait penser à l'une de mes dernières lectures: "Herland" de Charlotte Perkins Gilman - et surprendront parfois le lecteur qui appréciera le rythme lent et descriptif de ce merveilleux peuple. 

La seconde partie du roman éloigne le lecteur de ce monde enchanteur, et le contraste est vif avec cette planète, très semblable à la Terre, nommée Kaolin. Les personnages, humains, que l'autrice introduit alors sont plus calculateurs et froids. On est loin de l'univers magique de la Cité du Ciel. L'opposition entre ces deux mondes est forte et déstabilise le lecteur, qui ressent des sentiments négatifs. Amy Ewing mène sa barque habillement, et manipule l'ensemble avec précision.

Sera est une jeune fille que le lecteur prend plaisir à suivre. Elle va traverser des épreuves difficiles et devoir faire les bons choix si elle veut survivre dans ce monde inconnu qui la traite comme une bête curieuse. Les autres personnages sont très différents d'elle, notamment Léo, le jumeau qui fait tout pour impressionner son père. Le dénouement de ce premier opus est juste explosif et donne grandement envie de découvrir ce qui va arrivé à cette belle héroïne.  

étoileétoileétoileétoileétoileétoile

 

Amy Ewing possède toujours une plume subtile et une imagination débordante pour mettre en place des univers complexes, aux rituels et à la mythologie très travaillés. Même si ce tome est une mise en place de l'histoire - attention quand même à que cela ne dure pas trop longtemps car ce n'est qu'un diptyque... pour le moment ^^ - l'action est quand même bien présente, malgré un rythme lent. C'est avec curiosité que j'attends de lire la suite après un dénouement aussi intense.

Je remercie les Éditions Robert Laffont et surtout toute l'équipe de La Collection R de leur confiance.

 

R

 

Signature