2

BOURNE Holly - "Comment ne pas devenir cinglée".

464 pages.

Éditions Nathan (2019).

« Dans le Club des Vieilles filles (comprendre : filles indépendantes et fières de l’être !), elles ont 17 ans et elles sont trois… Lottie, belle brune qui collectionne les garçons autant qu’elle les fait fuir par son intelligence. Amber, la pétulante rousse qui complexe de sa taille de girafe… et Evie. Evie a des crises d’angoisse qui l’obligent à se laver les mains 60 fois par jour et qui lui ont gâché la vie pendant des années. Aujourd’hui, elle ne rêve que d’une chose : devenir enfin « normale » ! Lycée, fêtes, copines… et un premier petit copain normal, est-ce trop demandé ?»
INCIPIT: "Tout a commencé par une fête."

11

En ce moment, ma route a croisé plusieurs romans traitant de féminisme: "Une chambre à soi", "Bad feminist", "Nous sommes tous des féministes", un roman de Simone de Beauvoir qui m'attend sur ma table de chevet, et enfin "Strong girls forever". Devrais-je y voir une simple coïncidence ou y a-t-il un message plus fort à déchiffrer?...

Dans le Club des vieilles filles - très âgées puisqu'âgées de 17 ans - il y a Lottie qui effraie les garçons par son intelligence, Amber complexée par la grande taille et enfin Evie, qui se pourrit la vie avec ses crises d'angoisses et autres troubles du comportement. Elle ne rêve que d'une chose profiter de la vie comme une lycéenne normale. Est-ce possible ou la jeune fille est-elle encore trop fragile pour faire face à ses doutes, ses peurs et son angoisse persistantes?

Holly Bourne aborde dans ce premier tome une thématique assez percutante celle des T.O.C. - Troubles Obsessionnels Compulsifs - dont Evie est la victime. L'autrice traite ce thème de façon incroyable. Le lecteur ne plonge pas dans les petites manies d'une lycéenne mais dans une véritable névrose, il suit ainsi les pensées obsédantes de la jeune fille, retranscrites dans une graphie manuscrite, le traitement qu'elle suit, ses progrès comme ses rechutes de pensées négatives et autres comportement obsessionnels à surveiller de près. Le féminisme est lui aussi présent dans ce roman, mais dans une moindre mesure en comparaison, peut-être parce que le sujet n'est pas aussi "novateur" et percutant que les troubles obsessionnels. 

La psychologie des personnages est assez bien définie et donne de l'épaisseur à chacun. Pour palier à la compulsion d'Evie, ses amies ont toutes deux des complexes comme la majorité des adolescents. Les garçons sont une autre des facettes de la vie du Club des Vieilles Filles. Holly Bourne traite les relations amoureuses d'une façon un peu différente que dans la plupart des romans YA, à travers une vision plus féministe du rapport entre les fille et les garçons. Ce trio de filles s'interroge beaucoup sur la gente masculine qui l'attire et l'intrigue, mais qui est un élément clé, selon elles, pour être "normale".

11

Ce roman YA est intéressant à lire car il redonne confiance à la lycéenne lambda qui se pose autant de questions que les filles du Club des Vieilles filles. Le sujet des TOC est vraiment bien abordé et le lecteur est totalement immergé dans cette névrose si particulière, pour laquelle il semble tout naturel de penser "Contrôle-toi" pour qu'elle disparaisse. Holly Bourne aborde également le féminisme de façon simple et naturelle, mais il est moins présent qu'on aurait pu le croire au premier abord. Peut-être le développera-t-elle dans le second tome de la série?... Une lecture instructive.  

Je remercie les Éditions Nathan de leur confiance.

image001

 

Signature