16

ROBERT Gwenaële - "Le dernier bain".

240 pages.

Éditions Robert Laffont (2018).

« Paris, an II. La France vibre sous le souffle de la Terreur. Jane, une jeune Anglaise cachée dans l'appartement d'aristocrates émigrés, Théodose, un moine qui a renié sa foi par peur de la guillotine, Marthe, la lingère de Marie-Antoinette emprisonnée au Temple, David, le fameux peintre et député de la Convention, ou encore une Normande du nom de Charlotte Corday, tout juste arrivée à Paris... Ils sont nombreux, ceux qui tournent autour du logis de la rue des Cordeliers où Marat, cloîtré, immergé dans des bains de soufre, traque les suspects hostiles aux idées de la République. Il ignore que certains d'entre eux souhaitent sa mort et qu'il ne lui reste plus que trois jours à vivre.»

INCIPIT: "Ce n'est pas une baignoire." 

6 - Bon moment de lecture

J'avais beaucoup apprécié le premier roman de Gwenaële Robert "Tu seras ma beauté", qui s'inspire de  Cyrano de Bergerac. Cette fois-ci, le sujet est beaucoup plus historique car lié à l'Histoire avec un grand H.

La royauté française a été renversée. Les dernier membres de la famille royale sont enfermés au secret dans la tour et le roi est mort, vive le roi ou plutôt Marat, l'un des grands maîtres de la terreur. La France est sans dessus dessous, et l'homme, qui vit cloîtré dans sa baignoire sabot pleine de soufre, rongé par une maladie incurable, encourage la délation. Tout le monde redoute tout le monde, et chacun dénonce chacun. Dans ce Paris, écrasé par la canicule et la folie, plusieurs personnages, disparates, évoluent, bientôt réunis par un chamboulement historique. Un autre.

D'une plume fine et talentueuse, Gwenaële Robert plonge son lecteur dans le Paris de la Terreur, période s'il en est la plus sanglante de la révolution française. Les moines sont déculottés ou décapités. Les femmes se rebellent et les hommes ont soif de pouvoir et d'argent. Les quartiers populaires parisiens sont au bord de l'étincelle, et le peuple oscille entre ferveur et terreur. A travers le petit oeil de la lorgnette, l'auteure immerge son lecteur au coeur de la grande Histoire, dont le noeud central est le célèbre tableau peint par David: "La mort de Marat". 

Gwenaële Robert va au travers de cette oeuvre dépeindre à son tour, dans cette oeuvre de fiction captivante, la face cachée de l'ami du peuple, qui, cloué au fond de sa baignoire sabot, se repaît de son pouvoir en attisant la suspicion et la délation de tout un chacun. C'est à qui va dénoncer son voisin un peu trop bruyant, son ex-femme trop exaspérante, un homme avec une attitude suspecte, un autre avec un tatouage tendancieux... L'atmosphère irrespirable de ce mois de messidor, an II, écrasé par la canicule s'apprête à passer trois jours de liesse pour la commémoration de la prise de la Bastille. 

L'auteure va dépeindre son monstre assoiffé de pouvoir et de reconnaissance par le biais de plusieurs personnages, totalement disparates, mais tous habités d'une haine réelle pour cet homme qui a d'une façon ou d'une autre brisé leurs vies respectives. Ces différents êtres humains, pas forcément de basse extraction, menés par leur sensibilité et leur vision de la justice, souhaitent d'une manière ou d'une autre la mort de cet homme, malgré son état de déchéance déjà avancé. 

Bien sûr, ce roman est une fiction, mais il est ponctué de faits réels que l'auteure est allée glaner dans des recherches assez pointues, telles que les informations concernant la baignoire dans laquelle Marat barbote tout au long de l'histoire. Le lecteur au cours de ce récit côtoie la fiction mais également la vérité historique, qui donne une certaine crédibilité à l'ensemble. 

étoileétoileétoileétoileétoileétoileétoileétoile

Avec une plume profonde et élégante, Gwenaële Robert entraîne le lecteur dans la grande Histoire de France,  dans une atmosphère irrespirable  et parfaitement décrite. La tension est palpable et l'angoisse bien présente dans ce roman historique passionnant. Une plume à suivre assidûment. 
Je remercie Netgalley et les Éditions Robert Laffont de leur confiance.

Robert Laffont              NetGalley

 

 

Signature