9 - novembre

BATALHA Martha - "Un château à Ipanema".

336 pages.

Editions Denoël (2018).

«Rio de Janeiro, 1904. Johan Edward Jansson arrive à Rio en tant qu’ambassadeur de Suède au Brésil. Lui et sa femme, l’exotique et sensible Birgit, s’installent et commencent à transformer la petite station balnéaire d’Ipanema en une des destinations les plus prisées au monde. Par amour pour cette ville, Johan fait construire un château au bord de l’eau. La magnificence et les mystères d’Ipanema prennent vie. Dès lors, Ipanema deviendra la ville de toutes les excentricités. De Birgit, hantée par des voix dans sa tête, à Álvaro Alvim, un médecin célèbre rongé par les conséquences de ses expériences, et sa fille Laura, une petite-bourgeoise qui se rêve actrice, tous gravitent autour de la lumineuse famille Jansson. Martha Batalha n’a pas son pareil pour mêler figures historiques et personnages fictifs délicieusement bariolés, livrant ainsi au lecteur un tableau coloré, chaleureux et éclatant de vie d’une ville aux mille facettes, Rio de Janeiro.»
INCIPIT: "A quinze heures vingt ce samedi 6 janvier 1968, vent de nord-ouest, ciel partiellement nuageux et température en baisse, sans prêter la moindre attention à la forte odeur de steak tout juste saisi dans le beurre, ni à la voix du présentateur Silvio Santos, démultipliée par les postes de télévision de tout le voisinage, Estela macule de larmes et de mascara la taie brodée de son oreiller tout neuf."

     

4 - Passable

Après la lecture pétillante de "les mille talents d'Euridice Gusmaõ" il m'était difficile de ne pas découvrir le nouveau roman de Martha Batalha, qui est une conteuse que j'ai beaucoup apprécié. Cette ville du Brésil qu'est Rio laisse présager un contexte chaleureux et coloré, tout aussi captivant.

L'ambassadeur et Suède et sa famille arrivent en poste dans le très chic quartier d'Ipanema, au coeur de Rio de Janeiro. La ville indolente et festive conquière tout de suite le coeur de ce couple nordique. Brigid, qui est instable psychologiquement commence à revivre et pour parfaire le décor, Johan fera construire un château art déco totalement étonnant qui sera le lieu d'immenses fêtes. La famille Jansson va se pérenniser au coeur d'un Brésil chaleureux et pittoresque. 

Ce second roman ressemble de part la plume si particulière et excentrique de Martha Batalha, au premier roman mettant en scène Euridice Gusmaõ, mais  il n'est pas aussi attrayant. La première partie qui raconte l'installation du couple est vraiment captivante, mais dans la seconde, le lecteur se noie sous le flot des personnages de cette fresque brésilienne. L'auteure suit l'histoire de la famille Jansson à travers les mariages des enfants de Brigid et Johan, et par moment c'est un peu flou.

Par contre les portraits de femmes sont puissants et bien travaillés, profonds presque. En dehors de cet aspect, il y a une foule de protagonistes qui empêchent l'auteure de développer certaines histoires qui mériteraient peut-être de l'être. Elle les met en scène puis les oublie - de même que le lecteur - dans un coin, puis les fait ressurgir alors que l'on s'en est désintéresser. De même le contexte historique du pays reste léger, alors que les différences sociales sont présentes partout dans Rio de Janeiro. A la lecture de ce roman, on ne peut s'empêcher de penser à Arto Paasilinna et ses développements pour le moins burlesques. 

étoileétoileétoileétoileétoile

Cette fresque d'une famille suédoise au Brésil est pour le moins dense, et s'apparenterait presque à une course contre la montre. Malgré un incontestable talent de conteuse, Martha Batalha semble elle-même emportée par le courant de sa plume et ce trop plein de péripéties, qui empêche le lecteur apprécié cette histoire pourtant pleine d'ironie et très pittoresque.  

Je remercie les Éditions Denoël de leur confiance.

denoel

Signature