8 - 27

PIEGAY Nathalie - "Une femme invisible"

320 pages.

Éditions Desclée de Brouwer (2018).

«« Pourquoi ne pas avoir écrit sur une femme qui a fait oeuvre ? Qui a marqué l'histoire ? Qui a laissé derrière elle autre chose que des bribes et un fils ? Pourquoi m'acharner sur une comparse, sur une figure qui n'apparaît que dans l'ombre que projettent les grands hommes, dans les interstices de leur biographie ? Les feuilles s'entassent sur mon bureau, les livres où je cherche sa trace. Tous parlent de son fils, ou d'Andrieux, le père de l'enfant. Elle n'y apparaît qu'au détour d'une parenthèse, elle est reléguée en note de bas de page... » Dans ce livre, nourri d'une longue recherche, Nathalie Piégay enquête sur celle qui fut la mère cachée d'Aragon. Elle raconte la vie de cette femme libre et la passion qu'elle entretint pour les deux Louis : Andrieux, le père, grand bourgeois parisien, et Aragon, le fils, à qui elle transmit sa passion des arts et de la littérature. Au fil des pages, cette existence invisible et passionnée finit par ressembler à celle d'une autre. L'auteur de ce récit peut-être.»
INCIPIT: "Je ne savais d'elle que ce qu'en disent les biographes: elle passait pour sa soeur, on disait que sa mère & elle était celle de l'enfant, et aussi qu'il était le fils naturel d'un ancien préfet de police, on disait même son nom: Louis Andrieux."   

4 - Passable

Les récits biographiques romancés sont un genre littéraire que j'apprécie de plus en plus. J'ai ainsi découvert l'année dernière deux romans "La vie prolongée d'Arthur Rimbaud" de Thierry Beinstingel et "L'indolente" de Françoise Cloarec. J'ai beaucoup pensé à ce dernier en découvrant "Une femme invisible", malgré le fait que les contextes, même s'ils ne sont pas les mêmes, restent dans le monde des arts.

Marguerite Toucas-Massillon est une jeune fille de bonne famille tout ce qu'il y a de plus ordinaire, jusqu'à ce qui devait arriver se produise, elle tombe amoureuse, non d'un jeune homme de son âge mais d'un ami marié de son père. L'inévitable s'en suit, et la jeune femme est obligée pour respecter les convenances d'aller accoucher dans un lieu reculé de la campagne et de faire adopter l'enfant. Mais sous ses airs dociles, Marguerite refuse d'abandonner Louis, elle lui invente alors une famille et devient par ce biais la soeur adoptive de son enfant. 

Louis Aragon vit dans la semi vérité toute son enfance, il n'est pas le fils adoptif de Claire, mais le fils naturel de Marguerite. C'est là toute la portée romanesque de sa vie, qui commence de bien étrange façon. Il n'apprendra la vérité qu'à l'aube de la première guerre mondiale, avant d'être détacher dans l'armée. L'ambiance familiale, ses secrets et ses mensonges devait être particulière, et c'est ce qui modela en partie le futur poète et romancier, adepte pour un temps du surréalisme. Il fut également résistant pendant la seconde guerre mondiale et surtout le fou d'Elsa

Le lecteur plonge dans cette vie, dont l'auteure a tenté de joindre les différents fils pour en tisser une personnalité qui reste toujours dans l'ombre de Louis Aragon et de Louis Andrieux, qui ne reconnaîtra jamais son enfant. Malgré les recherches poussées faites par Nathalie Piégay, la fiction est obligée d'inventer les éléments manquants de la vie de Marguerite, qui semble être une femme déterminée mais discrète, comme toutes les femmes de cette époque, prisonnières du carcan de la société toute en convenances. 

En plus d'être un récit biographique, l'auteure aborde également beaucoup de thématiques, qui touchent de près ou de loin la vie de cette fille-mère au statut familial ambivalent, à travers le parcours de son fils prodigue, et notamment l'art. En plus de montrer l'énorme travail de recherche et de documentation fournit, le roman donne l'envie de découvrir ou redécouvrir l'oeuvre de Louis Aragon, à laquelle il est fait très souvent référence. Il est de bon ton de connaître un minimum son oeuvre, au risque de louper certaines références ou allusions. Dommage pour le lecteur ayant lu "Aurélien" au lycée, et dont la mémoire fait défaut.

étoileétoileétoileétoileétoile

A travers ce récit biographique romancé, Nathalie Piégay a tenté de percer le mystère entourant la véritable mère de grand poète Louis Aragon. Mais Marguerite restera dans l'ombre jusqu'à la dernière page, étouffée par son entourage mais satisfaite de sa situation malgré tout, car le seul combat qu'elle a vraiment mené, à savoir rester auprès de son enfant, elle l'a gagné...
Je remercie Babelio ainsi que  les Éditions du Rocher de leur confiance.

babelio    Editions du rocher

 

Signature