15

SIMSES Mary - "L'irrésistible histoire du café myrtille".

432 pages.

Éditions NiL (2018).

« Ellen Branford, ravissante avocate new-yorkaise, se doit d’exaucer le voeu qu’a formulé sa grand-mère avant de mourir : retrouver son amour de jeunesse et lui remettre sa dernière lettre. Ellen part sur la route, pour s’arrêter à Beacon, petite ville côtière du Maine. Alors qu’elle explore les lieux, elle manque de se noyer – une mésaventure qui fait d’elle une célébrité locale et la pousse littéralement dans les bras d’un certain Roy. Et tandis qu’elle lève le voile sur le passé de sa grand-mère et qu’elle poursuit sa quête, Ellen comprend qu’elle n’aura pas assez d’un séjour de vingt-quatre heures. Mais lorsque son fiancé vient jusqu’à Beacon à sa rescousse, la jeune femme doit repenser la vie qu’elle veut vraiment avoir... Une irrésistible comédie romantique qui prône les plaisirs d’une vie simple.»

INCIPIT: "N'avancez pas, c'est dangereux!" 

6 - Bon moment de lecture

Je trouve les couvertures des Editions NiL vraiment typées et très colorées. J'adore. C'est déjà un avant-goût de la lecture, qui donne une impression plutôt positive à la suite.  C'est ma préférée parmi les trois titres que j'ai découvert, à savoir "Les dix voeux d'Alfréd" et "Un manoir en Cornouailles". Ce roman rappellera invariablement des bribes de films de comédies romantiques, tel "Une bouteille à la mer". 

Ellen vient de perdre sa grand-mère, qui lui instamment demander de remettre une lettre à son amour de jeunesse. Voilà donc la jeune avocate New-Yorkaise et fiancée, partie pour Beacon, petite ville côtière du Maine, où elle manque de se noyer. Entre sa mission de recherche de Chet, l'ancien galant de son aïeule et le contact avec les autochtones, la jeune femme risque de revoir son séjour là-bas à plus long terme.

Mary Simses utilise tous les codes de la comédie romantique: la différence de milieu de vie, de niveau social et professionnel; l'immersion de son personnage principal dans un milieu auquel elle n'est pas du tout adaptée; la remise en cause de ses projets à court terme; sans parler des situations plutôt cocasses qui vont s'enchaîner. De nombreux obstacles vont également se dresser sur la route du coeur d'Ellen, comme le fait qu'elle soit fiancée, et que le-dit fiancé débarque lui aussi à Beacon. Un autre aspect intéressant est l'immersion dans la vie de jeune fille de sa grand-mère et du même coup dans son propre passé. 

La plume de l'auteure est fluide et délicate. Ses personnages sont d'abord simples, et les événements qui peuplent le roman sont "authentiques". Le fil rouge du livre est que les choses les plus simples dans la vie sont souvent les plus appréciables. Une sorte de retour aux sources. Le café Myrtille est un endroit chaleureux, où le lecteur aimerait bien venir boire un thé, même s'il n'est pas assez présent dans le récit. 

Mais la trame n'a pas l'air aussi simple qu'elle en a l'air au premier abord, et ce ne peut-être qu'au bénéfice du récit. Cette interrogation sur le sens de la vie que pose Mary Simses tout au long de l'histoire, à travers ses personnages est intéressant, même si cela aurait pu être davantage développé. Ellen, en citadine dédaigneuse de la ruralité et de son mode de vie, est un brin crispante - d'autant plus lorsque l'on vit en pleine campagne, au coeur de la nature... - mais c'est pour mieux montrer l'évolution du personnage au cours de son séjour.

étoileétoileétoileétoileétoileétoile

 

Même si elle use sans vergogne des codes de la comédie romantique, Mary Simses propose avec ce roman, une histoire plus qu'agréable à lire en ce début d'automne. Le lecteur devine certains événements, rit de certaines situations "inattendues", mais reste surpris par certains choix de l'auteure. Le dénouement n'est pas tel que l'on peut s'y attendre, mais digne d'une fin où tout est bien qui finit bien. Une lecture cocooning. 

Je remercie les Éditions NiL de leur confiance.

              

Nil

Signature