4

BARTOK Mira - "Le wonderling".

506 pages.

Éditions Nathan (2018).

« Vous êtes-vous déjà retrouvé avec une créature fraîchement orpheline sur les bras ou dont personne ne veut ? Nous avons la solution ! Bienvenue au Foyer pour Créatures Ingérables et Bâtardes, une institution dirigée par la redoutable Mlle Furonkle ! Cette femme méchante et acariâtre considère que ses jeunes pensionnaires qui vivent dans la peur n’existent que pour souffrir et la servir. Hybrides mi-animaux, mi-humains, ces pupilles travaillent comme des forçats à l’école autant qu’à l’usine et ont l’interdiction de se livrer à des activités d’enfants de leur âge, et surtout de chanter ou de faire de la musique. Le Wonderling, sorte de renard à une oreille et au cœur pur et qu’on appelle Numéro 13 (d’après le médaillon avec lequel on l’a trouvé) à défaut de véritable prénom, n’a jamais connu d’autre maison. D’une timidité maladive, il prend pourtant la défense d’une jeune camarade oiseau, Babiole, qui va lui faire deux dons en retour : un vrai prénom – Arthur – … et une amitié indéfectible ! Tous deux vont parvenir à s’échapper du Foyer et vivre d’incroyables aventures au cours desquelles la formidable destinée d’Arthur va se révéler.»
INCIPIT: "Beaucoup de noms lui avaient été donnés avant qu'il fut baptisé "LE WONDERLING": tête-de-boue, Crétin, Rampant et Crampon, pour n'en citer que quelqu'uns.

INCIPIT6 - Bon moment de lecture

Bien avant d'avoir le roman dans les mains, je savais que j'allais beaucoup apprécier cette histoire, qui je l'espère ouvrira l'ère d'une nouvelle grande série fantastique pour la jeunesse. Le livre en lui-même est agréable, avec une petite illustration pour chaque chapitre, une petite enluminure sous le numéro de la page, et quelques illustrations parsèment le texte. Le tout monochrome. Cela donne une certaine atmosphère à cette lecture, comme si l'univers du Wonderling voulait s'extraire du roman. ^^

L'histoire se passe dans un orphelinat lugubre, dirigée par une Mademoiselle Furonkle particulièrement horrible. Numéro 13, est un enfant effacé et fragile, qui est le souffre douleur, de la plupart de ses congénères et des employés. D'un physique chétif, il n'arborre qu'une oreille, ce qui ne l'empêche pas d'être attentif à ce qui l'entoure et que tout le monde ne voit pas. Sa vie va changer lorsqu'il va rencontrer Babiole, un oiseau sans aile. Avec lui, il va faire le projet de l'enfuir de l'orphelinat de Mlle Furonkle pour les créatures ingérables et bâtardes, et découvrir ses origines. 

Le lecteur plonge avec délice dans ce conte féerique où les êtres sont tous, à part plus ou moins variable, mi-humain mi-animal. Divisé en trois grandes parties, dont les pages sont joliment illustrées, chacune marque une étape dans le cheminement de ce petit héros très touchant. L'émerveillement est à chaque pas de ce voyage initiatique, semé d'embuches mais aussi d'aides bienveillantes,  dans lequel les deux compères vont grandir et découvrir le monde qui les entoure.

Malgré le public auquel ce roman est destiné, les thèmes abordés ne sont pas tendres, et digne d'"Oliver Twist" de Dickens. Mira Bartok y aborde l'abandon, l'injustice, la corruption, la maltraitance, l'indigence, l'exploitation et j'en passe. La trame de fond est donc assez sombre, mais les retournements de situations, et les petites joies du héros n'en sont que plus lumineuses. Éloge de la malformation, de la bâtardise et du handicap, ce roman fait allusion de manière détournée de racisme, thématique également traitée dans Harry Potter. Mais l'on s'égare. 

L'univers créé par Mira Bartok est riche et complexe. La plume de l'auteure glisse, fluide et accompagne ce petit héros courageux dans ses aventures, ses désillusions, ses rencontres. C'est un voyage captivant aux côtés d'un personnage attachant, et qui donne envie de savoir ce qui va lui arriver dans la suite de son histoire. 

étoileétoileétoileétoileétoileétoileétoileétoile

Ce roman est une belle introduction à un univers imaginaire complexe et féerique, mais très sombre, dans lequel les rampants ne sont pas forcément les bienvenus. C'est un bel apprentissage. Le lecteur, curieux se laisse entraîné avec plaisir dans cette société particulière. Pleine d'espoir, cette une merveilleuse lecture. ^^
Je remercie les Éditions Robert Laffont et surtout toute l'équipe de La Collection R Jeunesse de leur confiance.

R jeunesse

Signature