6

CHAPMAN Julia - "Rendez-vous avec le crime"

408 pages.

Éditions Robert Laffont - Collection La bête noire (2018).

«Quand Samson O’Brien débarque sur sa moto rouge à Bruncliffe, dans le Yorkshire, pour y ouvrir son agence de détective privé, la plupart des habitants voient son arrivée d’un très mauvais oeil. De son côté, Delilah Metcalfe, génie de l’informatique au caractère bien trempé, tente de sauver de la faillite son site de rencontres amoureuses. Pour cela, elle décide de louer le rez-de-chaussée de ses locaux. Quelle n’est pas sa surprise quand son nouveau locataire se révèle être Samson – et qu’elle découvre que son entreprise porte les mêmes initiales que la sienne ! Les choses prennent un tour inattendu lorsque Samson met au jour une série de morts suspectes dont la piste le mène tout droit… à l’agence de rencontres de Delilah ! Premier volet d’une série so british, Rendez-vous avec le crime est un polar drôle, plein de charme et au casting haut en couleur. »    
INCIPIT: "Il comprit qu'il allait mourir." 

6 - Bon moment de lecture

En ouvrant ce roman, le lecteur addict d'Agatha Christie sent qu'il va passé un très agréable moment. Ce premier tome, d'une série à suivre absolument, appartient au genre littéraire intitulé "Cozy mystery". Pour ceux qui ne liraient pas l'anglais couramment, c'est en fait un genre dont la figure emblématique pourrait être Mrs Marple. Un brin original, le héros ou l'héroïne bien sûr, vit dans un lieu qui servira de contexte à la plupart des énigmes. Un brin original, ce dernier devient par curiosité ou pousser par les circonstances à devenir détective amateur. La violence sous quelque forme que ce soit est assourdie voire associée à une touche d'humour.

Toute la petite ville de Bruncliffe est en émoi avec le retour de son enfant maudit: Samson O'Brien et de sa moto rouge. La seule personne qui semble ne pas être au courant est Delilah Metcalfe qui a bien d'autres soucis en tête. Outre le deuil de son frère, son divorce douloureux, les dettes qui s'accumulent, son agence matrimoniale qui décolle trop doucement... La jeune femme place beaucoup d'espoir dans le loyer que représente son nouveau locataire... qui s'avère n'être nul autre que Samson. Mais rapidement, les morts de ses clients masculins commencent à davantage la préoccuper que tout le reste. Le crime rôde.

Le lecteur apprécie beaucoup de retrouver tout les codes du cozy mystery. C'est un genre littéraire qui se prête bien à l'automne, mais on ne crache pas sur une bonne lecture parce que c'est le milieu de l'été, surtout que le second tome est déjà paru. Le duo de personnages principaux est complexe, et le lecteur sent au travers de leur lourd respectif que Julia Chapman a encore beaucoup de surprise et de mystère sous le coude. Le récit est dense. Même si certaines révélations ne sont pas surprenantes, elles sont nécessaires et l'auteure ne va pas à la facilité non plus. 

Même si le lecteur devine avant la fin le mobile des meurtres et du coup le nom de l'assassin, le plaisir reste entier, car les personnages sont bien esquisser et tous sont nécessaires, même les plus secondaires. Les relations les uns entre les autres sont bien amenées et bien imbriquées les unes aux autres. Un point un peu dommage est le manque de réaction et d'explication de Samson autour de la mort de son meilleur ami, mais peut-être que l'auteure réserve un épisode plus complet sur ce sujet ultérieurement. 

 étoileétoileétoileétoileétoileétoileétoileétoile

Avec ce premier tome, Julia Chapman pose les fondations de sa série que je suivrai assidûment. Tout est agréable et intriguant à découvrir dans cette histoire, une héroïne atypique descendante d'une grande famille de la région, un bad boy avec un bon fond et un lourd passé, une atmosphère so british. En lisant ce roman, le lecteur n'a qu'une envie se pelotonner confortablement dans un fauteuil confortable, avec un thé fumant et du temps devant lui pour découvri ce qui se cache dans la page suivante. Heureusement le second tome est dans ma PAL. ^^
Je remercie chaleureusement les Éditions Robert Laffont et surtout toute l'équipe de la Collection La bête noire de leur confiance.

 

La bête noire

 

Signature