4

CLEVELAND Karen - "Toute la vérité"

364 pages.

Éditions Robert Laffont - Collection La bête noire (2018).

«Dix ans de mariage, quatre enfants. Elle pensait connaître son mari mieux que personne. Elle avait tort. Malgré un travail passionnant qui l’empêche de passer du temps avec ses enfants et un prêt immobilier exorbitant, Vivian Miller est comblée par sa vie de famille : quelles que soient les difficultés, elle sait qu’elle peut toujours compter sur Matt, son mari, pour l’épauler. En tant qu’analyste du contre-renseignement à la CIA, division Russie, Vivian a la lourde tâche de débusquer des agents dormants infiltrés sur le territoire américain. Un jour, elle tombe sur un dossier compromettant son époux. Toutes ses certitudes sont ébranlées, sa vie devient mensonge. Elle devra faire un choix impossible : défendre son pays… ou sa famille.»    
INCIPIT: "Sur le seuil de la chambre, je regarde mes jumeaux dormir, paisibles et innocents, derrière les barreaux de leurs petits lits." 

6 - Bon moment de lecture

L'autrice, ancienne analyste à la CIA, a écrit un roman d'espionnage captivant, qui happe le lecteur dès les premières pages. N'étant pas une grande amatrice du genre roman d'espionnage, celui-ci se lit néanmoins d'une traite, et l'on retient son souffle jusqu'au bout.

Vivan et Matt vivent une vie normale d'une famille normale avec quatre enfants, mis à part que la maman est une analyste à la CIA et qu'elle découvre que son mari est un espion russe dormant. Un simple geste de dissimulation, tout à fait légitime pour une épouse dévouée, va à l'entrainer dans un terrible cercle vicieux à la recherche de la vérité. Une question essentielle va alors la tourmenter: protéger son pays ou sa famille?

Pour un premier roman, celui de Karen Cleveland est attractif, avec un mécanisme parfaitement huilé, même si certains passages sont un peu trop faciles. Vivian est une femme forte et de caractère mais qui doit jouer modérato avec son impulsivité ainsi qu'avec les individus qui la font chanter. Le lecteur partage, au long du récit les pensées et décisions de l'espionne mais également de l'épouse.

Le bouleversement que crée cette découverte est importante dans le cadre de son travail mais également dans son bonheur personnel qu'elle pensait immuable. La mère de famille ne sait plus si elle peut faire confiance à son mari, l'homme et père qu'elle connaît, ou à cet être dont elle ne savait rien, pas même le véritable nom. 

Les personnages sont bien ficelés, et leur psychologie permet d'échafauder des suppositions sur la suite des événements. Certains se laissent deviner un peu trop aisément, d'autres par contre surprennent le lecteur, voire le font trembler quant à l'avenir de cette "gentille famille". Le suspense d'abord latent, prend progressivement le pas dans le récit, et la tension devient énorme. L'autrice dévoile un à un les rouages et autres manipulations qui dissimulent la terrible vérité. Le dénouement est juste parfait et terriblement frustrant. Ce cliffhanger signifie-t-il qu'il y aura une suite?

 

 étoileétoileétoileétoileétoile

Pas super fan des romans d'espionnage, je me suis pourtant laissée happée par ce roman d'actions et de rebondissements, peut-être est-ce dû à la façon dont se clôture chacun des chapitres qui pousse le lecteur à tourner la page en se disant "Just One More Page!". Il est indéniable que cette une histoire addictive malgré certains éléments un peu trop faciles ou tirés par les cheveux. Une bonne lecture.
Je remercie chaleureusement les Éditions Robert Laffont et surtout toute l'équipe de la Collection La bête noire de leur confiance.

 

La bête noire

 

Signature