Bauthian - 30

BAUTHIAN Isabelle - "Grish-mère"

528 pages.

Éditions ActuSF(2018).

«C’est à Landor qu’on trouve la plus importante école de serviteurs de Civilisation. Ceux qui en sortent, les factotums, savent repasser le linge de leur maître, réciter sa généalogie et éviscérer ceux qui le regardent de travers. Leur fidélité, garantie par des années de lavage de cerveau à la lessive patriotique, n’est plus à démontrer. C’est pourquoi, lorsque Sylve trahit son seigneur et lui dérobe une précieuse relique, c’est l’incompréhension... puis la chasse à l’homme. Sauf que Sylve n’a jamais rien volé. Et peut-on qualifier de traître celui qui a ajusté ses principes par amour ? Le guerrier naïf qui n’a jamais quitté Landor est en route pour la baronnie de Grish-Mère. Il espère y laver sa réputation, mais il se retrouve à la merci de la puissante Guilde des Épiciers. Son érudition et son excellence au combat ne lui sont alors que d’un faible secours... Après Anasterry, Isabelle Bauthian confirme son talent pour les romans d’une formidable intelligence. Une fantasy politique, dotée d’une écriture musclée et d’une narration habile.»
INCIPIT: "Les longs doigts, burinés par des années de labeur mais fins et élégants, soulignèrent la ligne de son cou."   

Les Imaginales viennent de se terminer en même temps que ma lecture de "Grish-mère", qui est déclarée comme une "pépite des Imaginales 2018". L'univers de Civilisation, est un lieu qui se divise en 5 baronnies. Le premier tome "Anasterry" est l'un d'entre eux, il y a également Grish-mère, mais aussi Capitale, le Landor (Non je ne pense pas au Gondor... ^^) et Montès. Ce qui laisse présupposé une pentalogie pour cette série des rhéteurs, qui sait...

Sylve est un factotum loyal et bon, même un peu trop d'ailleurs. Presque naïf, ce qui va lui apporté de gros ennuis. Car après avoir fait confiance à Lacian, il se retrouve accusé du vol d'un objet de culte dans le temple qu'il est chargé de garder. Accusé de trahison, le jeune homme se lance à la poursuite du malandrin pour réparé l'injustice, mais également pour échapper à la chasse à l'homme lancée contre lui.

Le récit est dense, et la plume d'Isabelle Bauthian est intelligente, et fait mouche à chaque fois dans l'esprit du lecteur. La construction du récit est captivante. Le lecteur commence cette aventure aux côtés de Sylve ( qui par certains côtés porte bien son nom...) formé au rôle de factotum dans la plus renommée des écoles de Civilisation, expert dans de nombreux domaines dont notamment la stratégie politique, le combat, la manipulation, etc... Un quasi robot humain en quelque sorte. Ce n'est pas un homme avec les deux pieds dans le même sabot. Et pourtant, le pauvre n'a pas fini d'être surpris voire déconcerté car il n'a pas été formé à la rouerie, la duperie et autres supercheries que lui réserve l'avenir. En quittant son pays où tout est à sa place, et à sa fonction spécifique, il se dirige vers Grish-mère, un territoire ultra urbanisé avec à sa tête une société matriarcale. Autre spécificité, l'accès à cette île, est plus que difficile, car il n'y a qu'un seul moyen d'y entrer, par un pont, qui la plupart du temps est submergé.Tout va bien pour Sylve...

N'ayant pas lu le premier tome de la série, cela ne m'a pas manqué pour la compréhension du roman, mais dès que j'aurai acquis "Anasterry", je m'empresserai de relire les deux livres à la suite, ce qui éclairera certains petits détails que j'ai loupé, notamment concernant la Guilde des épiciers. Mais ceci est une autre histoire... La vision qu'offre l'auteure de la place de la femme dans cette société féministe à l'extrême. Mais même ce modèle utopique à ses limites, et Isabelle Bauthian ne se contente pas de poser les éléments de son univers et de voir ce qui se passe, elle pousse son pion à la manière d'une rhéteuse et va jusqu'au bout de sa démonstration.

 

étoileétoileétoileétoileétoileétoileétoileétoileétoile

Ce roman d'apprentissage propose les visions utopiques et multiples d'un univers qui se pense parfait, mais ne l'est pas. En utilisant les outils de la fantasy, Isabelle Bauthian déroule son récit en offrant une perception aigue de la condition de la femme dans une société dysfonctionnelle. Elle maltraite son héros, Sylve, autant que les croyances et préjugés du lecteur qui arrêtera, pour un temps de regarder le monde du petit côté de la lorgnette. Après cette lecture, j'ai hâte de découvrir le tome précédent!!
Je remercie Babelio ainsi que  les Éditions ActuSF de leur confiance.

babelio    ActuSF

 

Signature