4

ZAPPIA Francesca - "Eliza et ses monstres".

398 pages.

Éditions Robert Laffont - R (2018).

« Dans la vie de tous les jours, Eliza Mirk est une fi lle timide, intelligente, un peu étrange et... qui n'a pas d'amis. Dans sa vie en ligne, Eliza est LadyConstellation, créatrice anonyme de La Mer infernale, un webcomic extrêmement populaire. Avec des millions de followers et de fans à travers le monde, son alter ego est une véritable star. Mais Eliza ne peut s'imaginer aimer le monde réel plus qu'elle n'aime sa communauté numérique. Puis, un jour, Wallace Warland arrive dans son lycée et Eliza va vite se demander si la vie ne mérite pas d'être vécue hors ligne...»

INCIPIT: "Eliza Mirk, c'est le genre de nom qu'on donne à une fille un peu flippante qui stalke son ex-petit ami des semaines après qu'il l'a quittée parce qu'elle refuse d'admettre qu'il la déteste." 

6 - Bon moment de lecture

Le premier roman, "Je t'ai rêvé" de Francesca Zappia était plus que bon, et c'est avec beaucoup de curiosité que le second était attendu. Et encore une fois, l'auteure réussit à capter son lecteur et a l'entraîner dans son univers.

Eliza est une lycéenne introvertie et sans ami, qui trace sa route en donnant l'impression d'être en retrait de la vie réelle. Mais derrière cette jeune fille anonyme se cache la célèbre LadyConstellation, créatrice de la non-moins célèbre BD "La mer infernale", connue et dévorée par des millions de gens de par le monde. Hors seule sa proche famille connaît son identité, sans pour autant se rendre compte de sa renommée sur les réseaux sociaux. Sa petite vie est bien réglée, jusq'au jour où elle croise Wallace, ce qui pourrait bien déséquilibrer son microcosme. 

Francesca Zappia traite avec sensibilité et finesse un thème souvent abordé de façon négative dans les romans Young Adult, l'influence néfaste des réseaux sociaux. Mais les majorité de ces histoires, même si elles n'ont pas tord par certains côtés, n'abordent pas l'aspect créatif et les possibilités infinies que peut offrir le net. Toute chose, dès lors que l'on en abuse, peut se révéler néfaste voire dangereuse. Mais dans "Eliza et ses monstres", là n'est pas la question.

Bien sûr l'auteur dépeint avec adresse et subtilité Eliza, qui prend vie sous les yeux du lecteur. Cette lycéenne à l'univers si riche, douée de ses mains et à l'imagination galopante est touchante dans sa fragilité face à la vie réelle. Des extraits de "La mer infernale" et des illustrations parsèment le roman, et donne une dimension supplémentaire à l'univers d'Eliza. Son incapacité à vivre avec les autres, y compris sa famille, est à la limite du syndrome d'Asperger. L'arrivée de Wallace va progressivement la faire sortir de sa zone de confort. 

 

étoileétoileétoileétoileétoileétoileétoile

 

Même si le récit dans sa construction ne surprendra pas le lecteur - quoi que... - le point fort de l'auteur est la psychologie de ses personnages qui sont amenés avec finesse et, qui tape juste à chaque fois. Les obstacles de la vie - réelle ou virtuelle - mettent en exergue la force de ce duo, si fort dans sa complémentarité. Une lecture plus qu'agréable. 
Je remercie les Éditions Robert Laffont et surtout toute l'équipe de La Collection R de leur confiance.

R

Signature