4 

SANTINI Bertrand - "Hugo de la nuit".

214 pages.

Editions Grasset (2016).

« L'oncle d'Hugo allait presser l'interrupteur de la lampe de chevet lorsque l'enfant le retint par la main. - Attends... J'avais encore une question à te poser... - Quoi donc ? sourit son oncle. - Je me demandais... Tu penses qu'un mort, ça peut se déterrer tout seul ? Son oncle écarquilla les yeux pour souligner l'absurdité de la question. - « L'enfer est vide. Tous les démons sont parmi nous », dit-il dans un souffle. - Qu'est-ce que ça veut dire ? - C'est du Shakespeare et cela signifie que les vivants sont plus à craindre que les morts. Hugo fronça les sourcils d'un air dubitatif. - Et sur ce constat d'épouvante, conclut Oscar dans un large sourire, je te souhaite de beaux rêves ! D'un clic, il éteignit la lampe de chevet. Hugo entendit ses pas s'éloigner dans le noir. La porte se referma sans bruit. Maintenant, la nuit pouvait commencer...»

INCIPIT: "Hugo aurait dû ressentir de la peur, de la terreur même, à planer au-dessus du monde dans les bras d'un fantôme." 

10 - Groupie

Après mon coup de coeur de décembre pour le roman de Bertrand Santini, "Miss Pook et les enfants de la lune", je ne pouvais pas passer à côté de l'histoire de "Hugo de la nuit". Et je l'ai dévoré en une nuit. Déjà, l'objet en lui-même est un travail soigné, avec une couverture très réussie, contenant plusieurs détails clins d'oeil au récit. Les volutes, les étoiles et le titre doré, lui donne un léger aspect précieux - Golum, sort de ce corps!

Ce roman gothique et un peu romantique, il est vrai, raconte l'histoire d'Hugo, qui vit avec ses célèbres parents dans une grande demeure entourée d'un magnifique parc. Hors cette dernière va être saisie suite à des magouilles politiques, car le terrain renferme une substance qui excite toutes les convoitises. Cette même nuit, l'enfant meurt tragiquement, et commence alors la fantastique aventure d'Hugo de la nuit. 

Mêlant avec adresse horreur et poésie, Bertrand Santini happe son lecteur dans cet univers fantasmagorique, où il va croiser des morts plutôt vivants même s'ils sont un peu décatis, des vivants que l'on voudrait bien voir morts, des êtres courageux et d'autres vils, de la magie, de l'humour, et brin de frisson et de suspense. Le lecteur ne peut s'empêcher de penser à l'univers de Tim Burton et l'excellent  "Noces funèbres".

D'une plume fluide et maîtrisée, l'auteur tel Cornille, aborde des thèmes forts - et parfois un peu effrayants - comme la mort, la trahison, mais il s'y emploie avec un certain humour, qui rend le sujet plus léger qu'il n'y paraît. Hugo est un petit garçon courageux, au début terre à terre, mais sa rencontre avec les habitants du cimetière - aussi bien ceux du dessus que ceux sous terre - va lui donner une vision du monde totalement différente, plus ouverte d'esprit pourrait-on dire. Les personnages de Cornille, Gertrude, Nicéphore, Adélaïde, Poudevigne, Dame Betti, et Violette sont à eux seuls une bonne barre de rire. Ils ne doivent pas s'ennuyer dans cette éternité sans fin.

 

étoileétoileétoileétoileétoileétoileétoileétoileétoile

"Hugo de la nuit" est un roman dont on ne fait qu'une bouchée, avec son atmosphère gothique, onirique, voire fantastique; ces personnages attachants et loufoques, le frisson que le lecteur ressent aux côtés d'Hugo de la nuit et le suspense autour de sa quête pour sauver ce qui peut encore être sauver. Une superbe lecture qui captivera le lecteur de bout en bout.

grassetjeunesse

Signature