4

JAMES Vic - "Les puissants, tome 1"

428 pages.

Éditions Nathan (2017).

«Dans une Angleterre alternative, chacun doit donner 10 ans de sa vie en esclavage. Seuls quelques privilégiés, les Égaux, riches aristocrates aux pouvoirs surnaturels, restent libres et gouvernent le pays. Abi, 18 ans, et son frère Luke, 16 ans, voient leur destin bouleversé quand leurs parents décident de les emmener accomplir en famille leurs jours d'esclavage.
Abi devient domestique au service de la puisse famille Jardine. Le somptueux décor dans lequel elle évolue dissimule en réalité des luttes de pouvoir sans pitié. Le sort de Luke n'est guère enviable, puisqu'il est exilé dans la ville industrielle de Millmoor. Dans un environnement brutal et pollué, il s'épuise à la tâche. Cependant, d'autres, comme lui, partagent ses idéaux de liberté. Il découvre alors qu'il existe un pouvoir bien plus grand que la magie : la rébellion.
»    
INCIPIT: "Elle entendit d'abord la moto, puis le cheval au galop - deux bruits convergeant vers elle alors qu'elle courait dans l'obscurité." 

6 - Bon moment de lecture

Avec "Les puissants" le lecteur tombe dans un monde dystopique intriguant où les hommes se divisent en deux catégories, les Égaux qui ont le Don et les autres. Au delà de cette scission de la société, le peuple doit donner dix ans de sa vie en esclave. On suit donc la famille d'Aby, qui débutent son esclavage, au début du roman, à Millmoor, excepté pour le fils, Luke qui se retrouve séparé des siens et envoyé dans une sorte de ghetto industrieux. 

Malgré quelques clichés, inévitables, et un récit Y. A. des thématiques on ne peut plus sérieuses sont abordées par Vic James, tels l'esclavage, la politique, la liberté, la justice, la soumission... Un certain rythme est insufflé au roman, par l'alternance des points de vue au fil des chapitres. Le lecteur découvre ainsi les deux facettes du décor - les manipulations de l'aristocratie et la pauvreté du peuple - et se forge ainsi une idée plus globale de la situation. 

Page après page, la tension monte, le suspense se renforce. Le lecteur découvre une intrigue dense et complexe, avec de multiples rebondissements. L'auteur mène son lecteur là où elle le souhaite, le manipulant un peu dans son ressenti au gré de certains traits de caractères de ses personnages, qu'elle développe plus ou moins. Le fait d'avoir une alternance entre les narrateurs est très enrichissant, et permet de découvrir cet univers selon des angles différents. 

étoileétoileétoileétoileétoileétoile

Un premier tome de mise en place intéressant - le lecteur ne peut s'empêcher de faire quelques rapprochements avec l'esprit des romans de Véronica Roth - qui laisse présager une suite captivante. Allier des thématiques aussi profondes à un roman Y. A.  est vraiment judicieux, cela permet de diversifier l'intrigue et de capter l'intérêt du plus grand nombre. Hâte de lire la suite. 
Je remercie les Éditions Nathan de leur confiance.

 

Nathan

 

Signature