Cremer

CREMER Andréa - "Rébellion".

407 pages.

Éditions Lumen (2015).

«Imaginez un monde où l'Empire britannique aurait écrasé la rébellion qui a donné naissance aux États-Unis d'Amérique... Dans ce XIXe siècle alternatif, Charlotte, seize ans, vit loin de ses parents, descendants des révolutionnaires américains, qui continuent la lutte contre les sous-marins et les machines volantes de Britannia. Entourée d'autres fils et filles de la rébellion, elle habite dans un réseau de grottes souterraines non loin de la ville flottante de New York, où les artisans de la Ruche et les ouvriers de la Grande Fonderie côtoient l'aristocratie des vainqueurs. Un matin, elle croise dans la forêt un garçon amnésique, poursuivi par les machines de l'Empire, et lui sauve la vie. Mais quand elle le ramène dans les Catacombes, où elle attend comme tout le petit groupe d'amis qui l'entoure de rejoindre la lutte quand elle atteindra sa majorité, l'équilibre de son existence est bouleversé : parmi ses compagnons, tous ne sont pas ce qu'ils prétendent être, et l'existence de ce mystérieux garçon fait peser sur la rébellion une terrible menace... Des décharges de métal de l'Empire, infestées de rats d'acier, aux salons opulents de la noblesse, en passant par les méandres labyrinthiques de la Guilde des inventeurs, Charlotte est contrainte de quitter son refuge pour partir explorer le vaste monde !  Rébellion est le premier tome du Secret de l'inventeur, la nouvelle trilogie steampunk d'Andrea Cremer, l'auteur du best-seller international Nightshade, plusieurs fois classée dans les listes des meilleures ventes du New York Times. Monstres d'acier, magie vaudou, automates maléfiques et espions de haut vol, elle a su tisser un univers d'une grande richesse où brille une héroïne née pour mener la lutte !»
INCIPIT: "A chacun des battements du coeur de Charlotte, le garçon se rapprochait un peu plus."

 

6 - Bon moment de lecture

En grande fan du Steampunk, j'ai un oeil sur ce roman depuis sa sortie en grand format en février 2015, et l'autre jour, à la bibliothèque qui vois-je? Ni une, ni deux je m'en saisi et m'enfuis, le commençant le soir-même. Et c'est une chose extrêmement rare chez moi car mon planning lecture est booké sur plusieurs semaines perpétuellement.

Le postulat de départ est simple mais efficace, l'empire britannique a étendu sa manne sur les États-Unis qui se nomme Britannia. Malgré le fait qu'il manque un peu de maturité, selon moi, il présente un univers très bien construit et détaillé, que le lecteur a envie de découvrir. Andréa Cremer se fait une joie d'être notre guide, des catacombes, lieu de villégiature des enfants des colons révolutionnaires à la cité flottante de New-York, en passant par la forêt de pins d'acier, le décor est fantastique, et les descriptions sont telles que le lecteur se projette aisément dans le récit. 

Le côté décadent, machines, mécanismes des plus farfelus et autres objets volants  non identifiés, tout ce qui fait d'un roman qu'il est steampunk est présent, et sans fausse note. L'auteur pousse cet aspect encore plus loin au travers de Grave, mais je n'en dirais pas plus pour éviter tout spoiler impertinent. Les héros sont attachants, et les relations exacerbées par certaines rivalités qui apparaissent et se transforment. Tout y est Charlotte la jeune fille impétueuse, Jack le garçon sombre et torturé, Ash le jeune chef, Meg l'amie loyale mais qui finalement n'est pas si blanche que ça... Andréa Cremer a fait un gros travail sur la psychologie des personnages, ce qui laisse un peu moins de place à l'intrigue, c'est évident. 

L'intrigue et les rebondissements sont intéressants, mais la mythologie tombe un peu comme un cheveu sur la soupe, elle est sans une franche raison d'être. L'aspect magie n'est que légèrement évoqué, mais sera probablement développé ultérieurement. De plus, même si l'histoire est captivante, cela manque un peu, à mon humble avis, de suspense, mais peut-être que le second tome va relancer tout ça. Le premier opus est davantage utilisé pour planté le décor et introduire récit et personnages. 

 

étoileétoileétoileétoileétoileétoileétoile

L'uchronie créée par l'auteur est passionnante, et "Rébellion" se révèle une très bonne introduction à l'univers d'Andréa Cremer. Elle commence à dénouer de nombreux fils, que le lecteur a hâte de suivre dans le second tome. Pas d'inquiétude, en allant rendre ce livre, "l'énigme du magicien" m'attendait bien sagement. Il est rare que j'enchaine deux volumes d'une même série aussi rapidement. Cool! 

 

Signature