DISCLAFANI Anton - "Une amie très chère".

448 pages

Éditions Denoël (2017).

« Texas, années 50. Les frasques innombrables de Joan Fortier, grande, blonde et riche, défraient la chronique. Tous les hommes la désirent et toutes les femmes rêvent de lui ressembler. Mais derrière le vernis du physique parfait et de la vie idéale se cache en réalité une personnalité complexe et tourmentée. La seule personne à avoir compris cela est Cece Buchanan, sa meilleure amie. Dévouée à Joan depuis leur plus tendre enfance, liée à elle par un inavouable secret, Cece lui tient lieu autant de chaperon que de complice, acceptant de couvrir toutes ses excentricités. Au point de mettre en danger son propre mariage.»

INCIPIT: "Ce sont les femmes qui me demandent encore de leur parler de Joan." 

6 - Bon moment de lecture

 "Une amie très chère" est un roman totalement immersif dans l'ambiance des années cinquante, dans l'état du Texas, où vivent deux amies inséparables, Joan et Joan. Ou plutôt Joan et Cece, car déjà, dès le bac à sable, pour éviter toute confusion, la seconde laisse la faveur à la première, semblable à un joli petit oiseau blond et fragile. Cette amitié est le phare, le fil rouge sur lequel est centré tout le récit.

La narratrice, Cece, raconte cette amitié qui apparaît rapidement toxique et dévorante; car depuis qu'elle a ressenti ce sentiment très fort pour Joan, Cece l'a fait sienne, et permet à peine qu'on la touche. Joan est un personnage difficile à cerner, posée sur un piédestal de par sa beauté et sa présence lumineuse, le lecteur l'assimile presque à un objet, avant qu'au fil des pages elle ne se personnalise.

Cecilia est totalement entrée dans le moule de la femme au foyer parfaite, avec sa belle maison, son gentil mari et son adorable bambin, mais le lecteur sent rapidement qu'il lui manque quelque chose... Quant à Joan, cette femme enfermée dans le carcan de sa beauté, ne rêve que de s'échapper de ce rôle banal et sans entrain auquel on la destine. Elle disparaît d'ailleurs plus d'une fois, notamment pour aller tenter sa chance à Hollywood, mais ces escapades ne sont pas du tout du goût de Cecilia... Quel secret se cache derrière cette relation pour laquelle la narratrice est prête à tout perdre?...

La plume d'Anton Disclafani est captivante, et plonge avec aisance le lecteur dans cette échappée vers les 50's américaines, toutes ces vies de despearate housewives formatées, tirées au cordeau par les moeurs et les convenances de cette société où l'ennui et la superficialité dominent, car le paraître est la clé de voûte de toute cette mise en scène. 

 

étoileétoileétoileétoileétoileétoileétoile

Ces belles maisons aux pelouses parfaitement tondues, la chaleur de l'été, les robes fleuries, les soirées mondaines, les cocktails qui passent de main en main, le portrait de ces femmes, leur amitié étouffante... Tout ça n'est qu'un prétexte pour offrir au lecteur une plongée au coeur de cette société emblématique des années 50 américaine, pleines d'argent et de vacuité. Une immersion délectable et rafraîchissante, en prévision des vacances d'été qui approchent doucement. 

Je remercie les Éditions Denoël de leur confiance.

denoel

Signature