11

POL Anne-Marie - "De feu et de neige"

338 pages.

Éditions Nathan (2017).

« Prise dans l'invasion des armées napoléoniennes à Moscou, la jeune Félicité va devoir survivre dans le froid et l'adversité.
1812, Moscou. Félicité, jeune Française de 16 ans, vit avec sa mère sous la protection d'une riche famille russe. Malgré leur différence de classe, Félicité est passionnément amoureuse de Fédor, le fils de la comtesse. Mais la guerre éclate, Napoléon 1er a décidé d’envahir la Russie ! Félicité et sa mère sont livrées à elles-mêmes dans la ville en guerre, alors que le Français est devenu l’ennemi du Russe. Félicité n'a d'autre choix que de fuir pour survivre, dans les flammes de l'incendie de Moscou, puis dans les steppes enneigées de la Russie…»    

11

 

La plume d'Anne-Marie Pol est surtout connue au travers de sa série jeunesse "Danse!", que je n'ai pas lu. C'est donc la première fois que je découvre cette auteure, et en plus dans un contexte historique russe, ce qui ne peut m'empêcher de repenser à toutes les lectures des grands auteurs russes que j'ai pu faire. La barre est donc placée très haut.

Ma déconvenue a été très rapide, puisque dès les premières pages, l'éhéroïne, sur qui tout mes espoirs reposaient, se trouve être une jeune pimbêche regnant ses origines - quoi que cela soit un peu normal, puisqu'elle est arrivée très jeune à Moscou, suite au décès de son père au combat - et ne pensant qu'à son amourette pour Fédor. C'est le même prénom que Fédor Dostoiëvski, dont le très grand roman attend dans ma PAL d'être lu.

L'état d'esprit de départ face à une lecture est essentiel, et pour ce coup cela ne m'a pas permis de rentrer tout de suite dans le récit. Ce n'est que vers les deux tiers de l'histoire, lorsque les choses se corsent pour Félicité, que l'action se met en place, que le lecteur commence à accrocher. Anne-Marie Pol a fait de nombreuses recherches historiques pour rendre crédible ses aventures dans Moscou en feu et en sang, et cela marche. L'époque est passionnante, et les guerres napoléoniennes vu de l'autre côté du combat est un point de vue assez original pour être signalé. 

Le point qui ne rend pas justice à  la trame du roman, est cette alternance instaurée par l'auteur entre les évènements de la vie de Félicité, et les extraits de son journal intime. Cela occulte beaucoup le contexte historique tragique de l'époque au profit d'une amourette qui semble mal engagée, car la différence sociale est flagrante, et de plus Fédor s'engage dans l'armée impériale pour combattre les troupes françaises de Napoléon. Le statut français de la jeune fille n'est donc pas un avantage surtout en cette période troublée. L'auteur aurait peut-être pu insérer la vision de la mère dans ce contexte houleux, qui aurait eu bien besoin d'un avis mature. 

 

étoileétoileétoileétoileétoile

Malgré un postulat de départ plus qu'intéressant, l'auteur n'a pas laissé assez de place au contexte historique au profit de la relation amoureuse de l'héroïne. Même si le roman s'adresse aux jeunes adolescents, tout cet aspect aurait pu être développé et rendre le roman plus captivant. 

Je remercie les Éditions Nathan de leur confiance.

 

 image001

Signature