Cathrine

CATHRINE Arnaud - "A la place du cœur".

342 pages.

Éditions Robert Laffont - R (2016).

«Six jours dans la vie de Caumes qui vit son premier amour. Six jours de janvier 2015 où la France bascule dans l'effroi. Ce soir, Caumes a 17 ans et attend le déluge. Il ne sait qu'une chose : à la fin de l'année, il quittera sa ville natale pour rejoindre son frère aîné à Paris. Paris, la ville rêvée. Ce soir, Caumes a 17 ans et attend aussi le miracle qui, à son grand étonnement, survient : Esther – sujet de tous ses fantasmes – se décide enfin à lui adresser plus de trois mots, à le regarder droit dans les yeux et à laisser deviner un « plus si affinités »... Nous sommes le mardi 6 janvier 2015 et le monde de Caumes bascule : le premier amour s'annonce et la perspective obsédante de la « première fois ». Sauf que le lendemain, c'est la France qui bascule à son tour : deux terroristes forcent l'entrée du journal Charlie Hebdo et font onze victimes... À la place du coeur, c'est ça : une semaine, jour après jour, et quasiment heure par heure, à vivre une passion sauvageonne et exaltante ; mais une semaine également rivée sur les écrans à tenter de mesurer l'horreur à l'oeuvre, à tenter de ne pas confondre l'information en flux continu avec un thriller télé de plus. Comment l'amour (qui, par définition, postule que « le monde peut bien s'écrouler ») cohabite-t-il avec la mort en marche ? Comment faire tenir ça dans un seul corps, dans une seule conscience ? Comment respirer à fond le parfum de la fille qu'on aime et comprendre, dans le même temps, que le monde qui nous attend est à terre ?»
INCIPIT: "".

 

6 - Bon moment de lecture

Il faut bien évidemment, avant de parler du roman en lui-même, expliquer la conception de cette couverture. Réalisée par Cléa Lala pour les Éditions Robert Laffont est un beau travail de broderie, exprimant la fragilité. Mais la créatrice s'exprimera mieux que moi concernant ses intentions. Les animations - 1 & 2  notamment -  est très sympa à regarder. ^^

L'auteur, que je découvre avec le roman, semble être un touche à tout très créatif, déjà auteur de nombreux romans. "A la place du coeur" aborde un évènement encore très présent - et sensible - dans les mémoires: l'attentat à Charlie Hebdo. Comme pour ma lecture de l'ouvrage d'Ingrid Desjours "Les fauves" que j'ai commencé ce jour-là; j'ai eu beaucoup de mal à entrer dans le roman. 

Habité par ces a priori et la non-envie de se replonger dans ces horribles souvenirs, le lecteur met un certain temps à se rendre compte de ce qu'il lit, à s'imprégner des personnages, et des tourments qu'ils vivent dans cet univers froid et violent; et pourtant si réaliste. De cette cassure dans la vie de tous les jours, qui va briser des vies, et en traumatiser un grand nombre. Caumes, pour son âge, a une analyse assez juste de la situation. Il tente de comprendre mais il sait - et le lecteur avec lui -  qu'il ne verra plus sa vie comme avant. 

Arnaud Cathrine, d'une plume avisée, place ces évènements en toile de fond, sans s'apesantir dessus, genre voyeur.  Il ne s'est pas servit de cette thématique marquante à mauvais escient. Ce contexte "extraordinaire", dans un pays qui n'a pas été touché par la guerre intra-muros depuis de nombreuses décennies, place les personnages et le récit dans un environnement qui fait réfléchir le lecteur. L'empathie est indéniable. 

D'un autre côté, le registre linguistique laisse à désirer, et chagrine même par moment le lecteur qui trouve dommage, l'utilisation d'une certaine vulgarité langagière par les personnages pour faire plus réaliste, plus "djeuns". Cela les rends d'autant plus stéréotypés dans leur rôle de gentil petit blanc, de pauvre "rebeu" raketé, ou encore de pro-facho raciste. Les jeunes savent aussi lire de la vraie littérature avec des vrais mots, et le sens de la scène n'en perd pas pour autant de son authenticité. 

étoileétoileétoileétoileétoileétoile

Un roman qui touche une corde sensible, de tout les lecteurs qui l'ouvriront. Il ouvre la porte de ces horribles souvenirs, et pousse à la réflexion. Qu'en est-il de l'avenir, face à un monde qui semble se déliter de partout et perdre ses valeurs humaines essentielles?
Je remercie les Éditions Robert Laffont et surtout toute l'équipe de La Collection R de leur confiance.

 

R

 

Signature