Harmon

HARMON Amy - "La loi du coeur".

432 pages.

Éditions Robert Laffont (R) (2016).

« Je vous raconte. Il a été retrouvé dans un panier de linge sale au Lavomatic, emmailloté dans une serviette, âgé de quelques heures à peine et déjà à l'article de la mort. Au journal de vingt heures à la télé, ils l'ont appelé Bébé Moïse, ce nourrisson abandonné dans un panier, né d'une mère accro au crack et voué à toutes sortes de problèmes.
Tout cela s'est passé avant que je naisse, et le temps que je rencontre Moïse et que ma mère me conte son histoire, celle-ci était déjà de notoriété publique et personne ne voulait avoir quoi que ce soit à voir avec lui. Les gens adorent les bébés, même ceux qui sont malades, même les « bébés crack ». Mais les bébés grandissent, ils deviennent des enfants qui à leur tour deviennent adolescents. Et personne ne veut d'un ado amoché par la vie. Et Moïse était amoché. Moïse était une loi à lui tout seul. Mais il était aussi étrange, et exotique, et tellement beau. D'être avec lui allait changer ma vie plus que j'aurais jamais pu l'imaginer. J'aurais peut-être dû rester à l'écart. J'aurais peut-être dû écouter les conseils. Ma mère m'avait prévenue. Moïse lui-même m'avait prévenue. Mais je suis restée près de lui...
»

INCIPIT: "Les premiers mots d'une histoire quelle qu'elle soit sont toujours les plus difficile à écrire."   

3 - Bon moment de lecture

 

"La loi du coeur" est le troisième roman, d'Amy Harmon que je lis; et probablement pas le dernier, mais je vous parle de ça un peu plus tard. Il y a d'abord eu "Nos faces cachées" qui abordait un thème difficile de façon subtile; et qui avec le recul est pour le moment mon préféré; puis j'ai lu "L'inifini + un" avec lequel j'ai moins accroché. Amy Harmon écrit des romances, il faut le savoir, pour ceux dont ce n'est pas le genre fétiche, comme moi; mais ce qui me captive toujours chez cette auteur, ce sont ses personnages.

Amy Harmon ne se contente pas d'une sage petite romance à l'eau de rose, pour ménagère en manque d'existence, mais plutôt une rencontre entre deux personnes. Ces personnages ne sont pas tout lisse et bien coiffé comme sur le papier glacé des magazines, mais des êtres fêlés par la vie. Avec aisance, elle les rend humains et invariablement, le lecteur - plus probablement la lectrice pour ce style de livre - s'attache à eux, à Moïse ce bébé crack, sans père ni mère, que le système trimballe de foyer en foyer. A Georgie, cette jeune fille pleine de fraîcheur et de spontanéité, presque l'opposé du héros. 

L'ouvrage, comme dans les précédents d'ailleurs, alterne les points de vue au rythme des chapitres. Le lecteur est totalement immergé dans le récit, et dans le ressenti des émotions de chacun. Il a ainsi une meilleur compréhension du point de vue de Moïse aussi bien que de Georgie. Encore une fois, Amy Harmon aborde des sujets durs avec finesse et compassion; et jongle savamment  avec les sentiments.

Le récit est néanmoins un peu lent à se lancer, et le lecteur peut mettre un temps certain à se laisser emporter par cette histoire - par exemple jusqu'à la fin de la première partie... - mais une fois que c'est fait, les pages volent sous ses doigts, et il ne lâchera pas le livre avant de l'avoir terminé; c'est-à-dire presque deux heures du matin. On peut d'ailleurs avoir l'impression étrange d'avoir lu deux histoires, tellement les deux parties sont différentes l'une de l'autre. Peut-être parce que l'auteur laisse trop de mystère autour de Moïse, et qu'il n'y a pas encore eu le déclic avec Georgie. 

Pour les accros des romances d'Amy Harmon, il est à noter qu'elle a écrit un roman "The song of David" qui est une sorte de spin-off de "The law of Moises". C'est bon à savoir non? Reste plus qu'à attendre la parution du roman en français. Suivez mon regard...

 

étoileétoileétoileétoileétoile

Un roman qui est la preuve qu'il faut savoir s'accrocher, même si l'intérêt n'apparaît pas immédiatement; parfois cela peut porter ses fruits. La pointe de fantastique qui transparaît de temps à autre, donne une dimension supplémentaire au récit, dont la seconde partie est vraiment une bombe, alors ne vous arrêtez pas avant!

Je remercie les Éditions Robert Laffont et la Collection R de leur confiance.

 

  

logo rderobertlaffont

 

Signature