Paasilinna

PAASILINNA Arto - "Le dentier du maréchal, madame Volotinen et autres curiosités".

240 pages.

Éditions Denoël (2016).

« Volomari Volotinen a deux passions dans la vie : son épouse, Laura, et les antiquités. Le père de Volomari consacrait déjà son temps libre à amasser des vieilleries (qu’il conservait avec une ferveur quasi obsessionnelle) jusqu’au jour où ses trésors partirent en fumée lors d'un incendie qui détruisit le domicile familial. Ce jour-là, Volomari s’est juré de devenir à son tour collectionneur, à ceci près que ses trouvailles seront bien plus rares et précieuses que les antiquailles paternelles. De voyages en Laponie en expéditions archéologiques, il va constituer une collection très particulière. D’une touffe de poils pubiens préhistorique à un canon (chargé) de la dernière guerre, du véritable slip de Tarzan au dentier d’un vénérable maréchal en passant par une authentique clavicule du Christ datée de 700 apr. J.-C. (!), toutes les époques sont revisitées par ce roman, véritable apologie des collectionneurs en tout genre et, somme toute, de la vie!»

INCIPIT: "L'écume à la bouche, dix taureaux emballés passèrent au grand galop devant l'humble demeure du ferblantier Väinö Volotinen."   

6 - Bon moment de lecture

Je savais un peu à quoi m'attendre avec un roman d'Arto Paasolinnna, ayant déjà lu de lui "Petits suicides entre amis". "La douce empoisonneuse" par contre ne m'a pas du tout emballée, et je suis depuis restée mitigée quant à lire un autre ouvrage de cet auteur. Il faut savoir que le finlandais a le don pour les situations totalement loufoques, et "Le dentier du maréchal (...) et autres curiosités" en est la preuve, mais à un niveau plus modéré que d'habitude.

Le père de Volomari, ferblantier de son état, était un collectionneur, qui perdit - presque tout - dans l'incendie de sa demeure. Le destin de son fils était alors tout tracé: collectionneur d'objets historiques en tout genre, du dentier d'un maréchal, en passant par un tire-bouchon, le slip de Tarzan ou encore la chapka de Lénine; et bien d'autres encore.

Ce roman se lit un peu comme un recueil de nouvelles, ayant pour héros Volomari Volotinen, et son épouse, Laura. Chaque chapitre raconte l'acquisition d'un des trésors insolites de la collection de Volomari. Inspecteur en sinistre, il rencontre une foule de personnages plus loufoques les uns que les autres. 

Au fil de la plume de cet auteur bourré d'humour, le lecteur ne s'ennuie pas une seconde, ne sachant jamais à quoi s'attendre. Au travers de cette quête, Arto Paasilinna distille des bribes de l'Histoire de son pays, ainsi que quelques piques envers l'Empire des soviets. Les personnages, régulièrement imbibés de bière ou d'eau-de-vie - pour lutter contre le froid peut-être - sont bon enfant, et les situations plus barrées les unes que les autres.

étoileétoileétoileétoileétoileétoile

 Un roman bourré de situations loufoques, au cours duquel le lecteur à l'oeil qui frise régulièrement. Une lecture agréable, mais qui manque un peu de consistance et de profondeur pour en faire un roman digne de ce nom.
CITATIONS: "Il fut ainsi démontré par l'expérience qu'une femme mûre a tout d'un bon investissement: avec l'âge, les années s'accumulent, le capital augmente, elle acquiert une valeur muséale et un lustre historique. Il en va tout autrement d'une épouse de vingt ans: le charme de la jeunesse se dissipe à une vitesse incroyable, laissant derrière lui une coquille vide qu'une vie d'homme, aussi longue soit-elle, ne peut suffire à remplir.
"Les pauvres ne laissent pas grand-chose à leurs héritiers, juste des souvenirs dans leur coeur, quelques paroles, quelques faits, l'ébauche d'un sourire, rien de plus. "
"Les femmes n'ont en effet pas naturellement le sens des trajectoires en forme de cloche, contrairement aux hommes qui ont tous les jours l'occasion de les étudier en vidant leur vessie. Ces exercices répétés leur permettent d'affiner la précision de leur visée, de développer leurs capacités d'évaluation et de raffermir leur main, pou un résultat souvent grandiose."
Je remercie chaleureusement les Éditions Denoël pour cette belle découverte.

denoel

 

Signature