Hall

HALL Maggie  - "La conspiration, tome 2: La carte du destin".

398 pages.

Éditions Robert Laffont (R) (2016).

« Deux semaines. C'est le temps qu'il a fallu pour que la vie d'Avery bascule du tout au tout. En l'espace de deux semaines, elle a découvert qu'elle était l'héritière d'une puissante société secrète connue sous le nom du Cercle et que sa mère était l'otage des ennemis du Cercle. Elle est aussi tombée amoureuse d'un garçon qu'elle n'a pas le droit d'aimer au moment même où elle apprenait qu'un autre lui était destiné, à son cœur défendant.
À présent, Avery traverse les océans à bord d'un jet privé, à la chasse aux indices qui lui permettront de lever le voile sur la vraie nature du Cercle, condition sine qua non pour que sa mère et elle reprennent leur liberté avant qu'il ne soit trop tard. Les deux garçons sont à ses côtés : Jack, fiable, loyal et bien décidé à l'aider, quitte à négliger sa propre mission ; et Stellan qui, jour après jour, se rapproche d'elle, lui faisant remettre en question toutes ses certitudes.
Mais à l'issue d'une course contre la montre qui mène Avery des îles grecques au tapis rouge de Cannes, une découverte vient tout chambouler, menaçant les fondations mêmes du monde. Voilà Avery forcée d'affronter la vérité en face : les membres du Cercle sont à mille lieues d'être ce qu'ils prétendent.»
INCIPIT: "La foule de touristes se presse dans les escaliers qui mènent à la basilique du Sacré-Coeur - un édifice en forme de gigantesque gâteau de mariage - et je me colle à la rambarde pour éviter de me faire piétiner."   

6 - Bon moment de lecture

 

Dans ce second tome de "La conspiration",le lecteur est encore emporté dans un tourbillon d'actions, de rebondissements et de mystères, de destinations exotiques. "La carte du destin", donne un deuxième souffle aux aventures d'Avery et répond en partie aux questions qu'elle - et nous - a pu se poser, mais il en reste de nombreuses sans réponse. 

Un gros bon point pour Maggie Hall, elle replace l'histoire dans son contexte, grâce à de petites phrases bien placées, qui permettent de replonger facilement dans cette intrigue à multiples niveaux. Le lecteur suit donc Avery sur les traces du tombeau d' Alexandre, qu'elle doit retrouver rapidement, toujours accompagnée de ses deux serviteurs, Jack et Stellan. L'état d'urgence se fait bien sentir, et l'angoisse monte progressivement.

Le mystère s'épaissit, et surtout se complexifie à souhait. Les complots et autres mauvais coups envers la jeune femme surgissent de toutes parts. Le personnage principal s'épaissit et elle ne ressemble plus trop à la petite oie blanche du premier tome. Le lecteur recroise de nombreux personnages, déjà rencontrés. Les alliances se font et se défont à un rythme échevelé, et les manipulations sont monnaie courante. Il est difficile de ne pas se laisser berner dans ce monde de gens mal intentionnés, prêts à tout pour obtenir ce qu'ils veulent. La méfiance est de mise. 

Jack et Stellan sont toujours aussi preux chevaliers pour la jeune fille, et des préférences se dégagent implicitement. Le lecteur découvre un peu plus la personnalité de Stellan, qui a bien mûri. Le style de l'auteur est plus fluide, et les pages se tournent facilement, au rythme des actions et autres rebondissements qui émaillent le fil de l'histoire. Il y a des révélations surprenantes, et le dénouement donne envie de découvrir rapidement la suite des aventures de la jeune femme.

 

étoileétoileétoileétoileétoileétoile

Comme souvent dans les trilogies, le second tome essouffle un peu l'histoire; tome de transition il calme un peu l'enthousiasme du lecteur. Ce n'est absolument pas le cas cette fois-ci. "La carte du destin" accélère grandement le rythme de l'intrigue et réchauffe le lecteur quant à suivre les péripéties de la jeune héroïne. Le tourbillon d'actions, de rebondissement et de suspense s'accélère encore, et le lecteur est bringueballé au milieu de tout ça. Et il apprécie. La suite!

 

logo rderobertlaffont

 

Signature