Yancey 

 YANCEY Rick La dernière étoile.

420 pages.

Éditions Robert Laffont (R) (2016).

« 1re vague : Extinction des feux. 2e vague : Déferlante. 3e vague : Pandémie. 4e vague : Silence. À l'aube de la 5e vague...
Ils sont parmi nous. Ils sont dans leur vaisseau. Ils sont nulle part. Ils veulent la Terre. Ils veulent qu'elle nous revienne. Ils sont venus nous exterminer. Ils sont venus nous sauver... Cassie a été trahie. Ringer aussi. Et Zombie. Et Nugget. Et les 7,5 milliards d'humains qui peuplaient notre planète. Trahis d'abord par les Autres, et maintenant par eux-mêmes. En ces derniers jours, les rares survivants sur Terre se retrouvent confrontés au dilemme ultime : sauver leur peau... ou sauver ce qui les rend humains.
»

INCIPIT: "Bien des années plus tôt, quand il avait dix ans, son père était monté à bord d'un gros bus jaune pour aller au planétarium."   

3 - Bon moment de lecture

 

"La dernière étoile" clôture avec brio une trilogie commencée en 2013 avec "La 5ème vague" puis "La mer infinie". Comme pour le précédents tomes, la couverture est magnifique, en mieux. Le rendu est très travaillé, et le lecteur à cette vue se rend compte du côté post-apocalyptique du récit. Après l'avoir attendu presque un an, la pression s'est un peu fait sentir en ouvrant enfin ce livre, dernier volume d'une super trilogie, mais aussi beaucoup d'attente liée à l'histoire.

Par contre, en commençant ma lecteur, ma mémoire avait occulté certains évènements du précédent tome, le temps de recoller les morceaux, le récit était déjà bien entamé. Après deux tomes centrés sur les personnages, l'intrigue s'étend au destin de toute l'humanité. Les héros: Zombie, Cassie, Evan Walker vont devoir faire des choix quant à leur avenir: sauver leurs fesses ou voir plus grand et tenter le tout pour le tout. 

Après la baisse de régime ressentie durant le second tome, une certaine exigence entourait cette lecture. Peu être est-ce pour cela que le lecteur est un brin frustré, car Ringer est bien plus présente que Cassie ou même Evan, qui sont en retrait, encore une fois. Ce qui est dommage après la relation tissée entre ces deux personnages par Rick Yancey dans le premier tome. Il y a un réel conflit d'intérêt concernant la question: qui est le personnage principal de cette histoire: Cassie ou Ringer? Le lecteur est en tout cas déstabilisé par l'incertitude. 

Malgré ça, la plume de l'auteur est fluide, et l'alternance entre les points de vue des personnages, rend le récit dynamique et sous pression. L'auteur maîtrise parfaitement son intrigue, haletante, aux nombreux rebondissements. Ayant occulté certains détails de "La mer infinie" certaines explications sont également restées un peu floues, le lecteur est clairement passé à côté de quelque chose, mais cela reste compréhensible malgré tout dans son ensemble. 

Par contre le dénouement est prenant, une certaine poésie se dégage du message que propose Rick Yancey à l'humanité. Les héros font leurs choix, et luttent pour les mettre à exécution. Juste un bémol concernant un certain personnage - dont le nom, sous peine de spoiler, n'apparaîtra pas ici - qui a tenté de lutter contre sa nature, en vain. Seul cet élément, mitige un peu l'appréciation de cette fin qui aurait un rendu parfait dans une salle obscure. 

 

étoileétoileétoileétoileétoileétoile

Comme je le supposais dans la conclusion de "La mer infinie", ma mémoire a failli ce qui a créé un certain manque de compréhension dans l'intrigue et le déroulements des évènements. C'est trop dommage, donc la relecture intégrale de cette trilogie est programmée, c'est certain. Malgré tout, cette trilogie de fin du monde est captivante, et a su aisément captiver le lecteur, avec un dénouement douloureux mais à la hauteur de l'oeuvre. J'ai hâte de découvrir la plume de Rick Yancey dans un autre contexte, et pourquoi pas dans  la traduction de "The monstruologist"? Hein, l'équipe de la Collection R! ^^
CITATIONS:  "La confiance conduit à la fraternité qui conduit au progrès, et il n'y aura plus de progrès. Ce ne sera pas un nouvel âge de pierre, mais un perpétuel âge de pierre."
"... la meilleure arme pour briser la méfiance c'est de recourir à la sympathie humaine naturelle. La pitié a tué plus de monde que la haine."

Je remercie les Éditions Robert Laffont et la Collection R de leur confiance.

 

La 5ème vague:

1. La 5ème vague.

2. La mer infinie

3. La dernière étoile.

  

logo rderobertlaffont

 

abc2016

 

Signature