Cloarec

CLOAREC Françoise - "L'indolente"

348 pages.

Éditions Stock (2016).

«Qui est Marthe Bonnard ? Toujours jeune, souvent nue, on la voit sur les toiles des plus beaux musées du monde, pourtant elle reste mystérieuse. Elle se dissimule dans la lumière du peintre Pierre Bonnard, avec qui elle partage sa vie entre 1893 et 1942. Durant cette période, le couple voyage beaucoup, au rythme de la santé fragile de Marthe, et noue des amitiés dans le monde de l’art – Monet, Vuillard, Signac, Matisse... Derrière les couleurs, le « peintre du bonheur » cache ses fantômes et ceux de sa femme. Ensemble ils n’auront pas d’enfant, mais ils feront une oeuvre. À la mort de Pierre, veuf depuis cinq ans, leur histoire d’amour déclenchera une affaire judiciaire retentissante, émaillée de divers rebondissements. Car l’orpheline qui se disait être Marthe de Méligny avait une famille et un autre nom.»
INCIPIT: "A l'automne 1893, Pierre Bonnard venait de subir un premier échec amoureux."   

6 - Bon moment de lecture

J'ai l'immense joie de faire partie du jury des Explorateurs de la rentrée littéraire 2016 pour Lecteurs.com. "L'indolente" est le quatrième roman que je chronique dans ce cadre. Courant août, je suis allée visiter le musée de l'Orangerie, où se trouvent les fameux "Nymphéas" de Monet, et depuis la peinture est partout autour de moi, jusque dans mes lectures. La preuve, Françoise Cloarec dans "L'indolente", entraîne le lecteur à la suite de Pierre Bonnard - peintre qui jusque là m'était totalement inconnu - ou plutôt de sa muse: Marthe de Méligny.

La passion de Pierre Bonnard est portée par son don pour la peinture, mais surtout par cette femme, qui sera (presque) son seul et unique modèle tout sa vie durant. Marthe est au cœur de sa vie, et il la protège, la surprotège même lorsqu'elle commence irrémédiablement à l'éloigner de toutes ses relations, à cause de sa maladie, qui oscille entre asthme et symptômes psychotiques.

Cet amour est tout de même fondé sur un mensonge de taille car Marthe ne révélera pas sa véritable identité à son amant le jour de leur rencontre. Quelles sont ses motivations? La honte avant? Le remord ensuite? Françoise Cloarec tente de percer ce mystère au travers des archives et des gens qui ont connus le couple de près ou de loin. Car de cette infime omission découlera un procès retentissant entre les héritiers du couple. Une discussion captivante s'ouvre, au travers de cette histoire de succession, concernant la propriété intellectuelle d'une oeuvre artistique. L'affaire Bonnard a fait jurisprudence dans ce domaine. 

L'auteure se place davantage sur le plan de l'investigation - il faut savoir qu'elle est elle-même peintre, mais aussi psychanalyste - que sur celui du roman. Le lecteur suit pas à pas les pérégrinations de Françoise Cloarec au cours de ses recherches dans les multiples archives qu'elle a pu consulter, afin de cerner la personnalité de cette femme: Marthe Bonnard. 

Le récit n'a pas franchement de trame- à part chronologique bien sûr - car il est guidé par les recherches de l'auteure. Elle insère d'ailleurs des extraits d'archives, de correspondances, de journaux, d'ouvrages bibliographiques, etc. Néanmoins, à défaut d'être happer par le récit, le lecteur continue de tourner les pages, curieux lui aussi de comprendre les motivations de cette femme, Marthe Bonnard, si particulière. 

A coups d'esquisse, elle dévoile progressivement une idée de la vie, et du couple qu'ont pu former ces deux êtres, si dissemblables et pourtant si fusionnels. La narration est un peu perturbante, quand cette biographie romancée, est soudainement interrompue par le surgissement inopiné de la narratrice. Ces changements de tons sont assez déstabilisant car ils interviennent sans aucune logique apparente. Malgré sa profession, Françoise Cloraec ne se pose quasiment jamais en psychanalyste face à ce couple, ou à l'attitude de cette femme, malade. Elle raconte des faits, et laisse le lecteur se faire sa propre opinion sur Marthe.

Pierre Bonnard a peint l'amour de sa vie sous toutes les coutures, comme pour percer le secret que cette femme-enfant semblait dissimulé, et son intuition était bonne, même s'il n'en a jamais rien laissé paraître. L'amour est plus fort que la vérité semble-t-il, du moins pour ces deux-là. Malgré les atermoiements de l'auteur entre romance et fait réels, la conclusion de Françoise Cloarec laisse le lecteur dans une profonde réflexion...

étoileétoileétoileétoileétoileétoile

Un roman sur la peinture. Un roman sur un grand amour. Un roman-enquête qui immerge le lecteur dans le milieu de la peinture, tout en laissant  chacun se faire sa propre opinion sur cette muse mystérieuse, totalement dévouée à l'art de son amant. Une oeuvre à relire pour en comprendre toute la portée.
CITATIONS: "Monet, longue barbe, grand chapeau de paille sur la tête, bedonnant, les yeux brillants, arrive en voisin."
"Consciencieux, rigoureux, il a noté ce qu'un peintre en bâtiment lui a dit un jour: "Monsieur, la première couche en peinture, cela va toujours: je vous attends à la seconde.""
"Le temps n'existait pas, il s'était arrêté au moment de leur rencontre."
"Dans l'oeuvre d'art, il y a une idée d'éternité, d'abolition du temps. Marthe est prise dans cette atemporalité."
"Alors qu'il visite une exposition au musée du Luxembourg, il s'approche d'un de ses toiles. Il prend dans sa poche une toute petite boîte de peinture, et, avec un pinceau de la taille d'un cure-dent, il ajoute, très discrètement, au tableau consacré, quelques détails qui le rassurent. Pendant ce temps, l'ami Vuillard, qui est avec lui, tâche de distraire le gardien."
"... sur une jurisprudence sur le droit moral des artistes: toute oeuvre appartient intégralement à un artiste tant qu'elle n'a pas été vendue ou cédée."
Je remercie les Éditions Julliard et l'équipe de Lecteurs.com de leur confiance.

lecteurs          Stock

 

Signature