Westmacott 

WESTMACOTT Mary - "L'if et la rose".

Ebook.

Éditions Le livre de poche (2016).

« Comment John Gabriel, ancien candidat au Parlement, un opportuniste, séducteur, homme à femmes et grand buveur, a-t-il pu devenir celui que l’on nomme le père Clément, saint homme dont l’altruisme exemplaire est admiré et reconnu de tous? Revenant sur sa propre vie, Hugh Norreys raconte comment ce personnage charismatique marqua la petite ville de Saint-Loo et bouleversa la vie de nombre de ses habitants. Parmi eux, Isabella Charteris, une belle jeune femme aristocratique, silencieuse et mystérieuse, menant une vie paisible dans un château, avec trois vieilles dames pour seule compagnie. Norreys en tomba amoureux, mais il ne fut pas le seul.»

INCIPIT: "J'étais en séjour à Paris quand Parfitt, mon serviteur, vint m'annoncer qu'une dame demandait à me voir." 

6 - Bon moment de lecture

La romancière qui se cache sous le pseudonyme de Mary Westmacott n'est autre que l'une des reines du roman policier - et soit dit en passant un de mes auteurs préférés - Agatha Christie. En bonne groupie, j'ai dévoré la biographie de la dame, dans laquelle le lecteur découvre des informations étonnantes sur la vie de cette dernière, sa vie avec un égyptologue - qui inspira entre autre le roman "La mort n'est pas une fin", sa disparition volontaire très médiatisée à l'époque, mais également son envie de tenter un autre genre littéraire sous le nom de plume de Mary Westmacott.

Elle a ainsi écrit plusieurs romans, que la collection Préludes réédite - quelle bonne idée! - qui sont au nombre de six. Il y a "Musique barbare", "Portrait inachevé", "Loin de vous ce printemps", bien sûr "L'if et la rose", "Ainsi vont les filles", et "Le poids de l'amour". La plume de Mary Westmacott est toujours aussi légère et vive, mais le genre que l'auteur explore, le roman plus classique, voire la romance, désarçonne un peu le lecteur au premier abord - pour celui qui ne connaît pas cette auteur.

Le récit est très classique, et l'histoire, dont le narrateur meurtri par la vie, se retrouve invalide et dépendant de son frère et de sa femme dans un petit village de campagne. L'auteur se penche davantage sur la psychologie des personnages, aussi bien le couple formé par le narrateur Hugh et la belle Isabella, que sur les secondaires. L'autre personnage prépondérant est John Gabriel, candidat du parti travailliste pendant la campagne électorale, et tombeur de ses dames.

Même si l'intrigue n'est pas celle d'un crime, l'auteur réussit à instaurer progressivement un brin de suspense, dans ce récit conté par un des protagonistes principaux, qui ne parle pas franchement d'amour, mais se penche avec attention sur les traits de caractères, les motivations profondes de chacun. Car dès le début le lecteur apprend qu'un évènement tragique s'est produit, dont le responsable direct en est le Père Clément. Mais comment cela a-t-il pu se produire, cet homme étant la compassion personnifiée? Mary Westmacott esquisse délicatement les moeurs d'une société, dont elle pointe avec une pointe de sarcasme les défauts.

étoileétoileétoileétoileétoileétoileétoile

 

Roman de moeurs davantage que roman policier, la reine du crime surprend son lecteur par cette incartade, totalement maîtrisée, dans une version plus classique de la littérature.
 
Je remercie les Éditions Le livre de poche et Netgalley de leur confiance.

 

NetGalleyLivre de poche

 

 

Signature