4

SANVOISIN Eric - "Ma petite sœur d'occasion"

176 pages.

8 ans.

Éditions Nathan (2016).

«J'étais enfant unique et fier de l'être… jusqu'au jour où mes parents ont adopté ma petite sœur ! Ça y est ! Mes parents ont obtenu la réponse qu'ils attendent depuis si longtemps : ils vont pouvoir adopter ! Ma famille se prépare donc à accueillir une petite fille. Franchement, moi, je m'en serais passé. Avoir une petite sœur adoptée, c'est la honte ! Comment je vais pouvoir cacher ça à mes copains ? Cerise sur le gâteau, Fabyby vient d'Ethiopie… et elle est noire, alors que moi, je suis blanc…»

12

Les thématiques abordées par ce roman jeunesse sont des sujets assez délicats, le principal étant l'adoption, et le second - sous-entendu, le racisme. Mais pour le lectorat cible, l'enjeu est plus subtil, c'est le statut d'enfant unique, que tout un chacun rêve inconsciemment d'avoir, pour se rassurer quant à l'amour de ses parents. Mais là, le lecteur entre dans une autre dimension: la psychologie pure...

Hugo, lui, après avoir vécu la journée la plus topissime au parc Disney avec ses parents, va découvrir que sa petite vie d'enfant unique et chéri va rapidement prendre fin. Ses parents ont décidés d'adopter un enfant. Cerise sur la gâteau, ils vont la chercher - car c'est une fille - en Ethiopie. Mais que vont penser ses copains, les terreurs de la cour de récré? Que va devenir sa petite vie tranquille de fils unique?

Beaucoup de romans jeunesse sont écrits à la première personne pour permettre au lecteur de s'identifier plus facilement au personnage, mais également pour le faire entrer plus rapidement dans l'histoire. La faille est le décalage entre le registre langagier utilisé et l'âge d'Hugo: 10 ans. Mais ce n'est qu'un détail.

Heureusement pour l'adolescent, qui séjourne pendant le voyage de ses parents chez sa grand-mère, Momie; cette dernière va l'aider à digérer la nouvelle, à se faire à cette idée de petite soeur. Finalement qu'elle soit noire, verte ou jaune n'a que peut d'importance face à son statut privilégié d'enfant unique. La notion de racisme, n'est que secondaire, et pas si nécessaire que ça à la problématique de l'intrigue. En plus, il y a la ravissante Lilou. Et Hugo va apprendre, qu'un frère ou une soeur, à part être un boulet, ça peut aussi partager de grands moments, comme les attractions du parc Disney par exemple... ^^

 

11

Ce petit roman, bien sympathique, parsemé d'illustrations en noir et blanc, va au moins permettre aux jeunes lecteurs de prendre la mesure de leur situation familiale personnelle, et peut-être aider ceux d'entre eux qui vont voir leur famille s'agrandir prochainement, peut-être pas avec une adoption, mais simplement une naissance. 
Je remercie les Éditions Nathan de leur confiance.

Nathan

Signature