Favan 

FAVAN Claire - "Serre-moi fort"

368 pages.

Éditions Robert Laffont - Collection La bête noire (2016).

«Méfiez-vous de qui vous tend les bras... " Serre-moi fort. " Cela pourrait être un appel au secours désespéré. Du jeune Nick, d'abord. Marqué par la disparition inexpliquée de sa soeur, il est contraint de vivre dans un foyer brisé par l'incertitude et l'absence. Obsédés par leur quête de vérité, ses parents sont sur les traces de l'Origamiste, un tueur en série qui sévit depuis des années en toute impunité. Du lieutenant Adam Gibson, ensuite. Chargé de diriger l'enquête sur la découverte d'un effroyable charnier dans l'Alabama, il doit rendre leur identité à chacune des femmes assassinées pour espérer remonter la piste du tueur. Mais Adam prend le risque de trop, celui qui va inverser le sens de la traque. Commence alors, entre le policier et le meurtrier, un affrontement psycho logique d'une rare violence...»    
INCIPIT: "Où est ta soeur?" 

6 - Bon moment de lecture

Voici un roman qui vous serre, il vous serre met de très près tellement il hante vos heures de non-lecture. Vous y pensez fort, très fort, jusqu'à ce que cette minute, où vous vous rasseyiez dans votre fauteuil, le livre entre les mains pour poursuivre cette lecture oppressante. Car c'est le moins que l'on puisse dire, elle serait même dérangeante, voire malsaine. 

Pourtant tout commence bien - du moins pour le lecteur - la première partie s'ouvre sur une famille touchée par la disparition d'un de ses membres et la survie au jour le jour, des autres. C'est paisible, peut-être trop d'ailleurs pour un roman appartenant à La bête noire. Le lecteur le sait. Elle est là, elle rôde, attendant son heure...

Et puis finalement, les pages défilent et le lecteur en vient presque à regretter presque cette tranquillité. Car le jeu psychologique que Claire Favan fait subir à ses personnages - pauvre inspecteur - mais également au lecteur, est retors et pervers. Et le vilain méchant, qui - comme souvent - n'y paraît pas au premier abord, prend tout son envergure. Le lecteur aimerait bien pouvoir prendre le large, mais il ne peut pas, car jusqu'à la dernière page il se demande ce qu'il va se passer. Quand les évènements vont-ils basculés? Comment? Le lecteur est ferré. La plume de Claire Favan le sert au plus fort, comme ses victimes.

Claire Favan n'est pas tendre non plus avec ses personnages. Elle permet au lecteur de suivre l'évolution psychologique de chaque personnage au plus près. Aucun n'est sans peur si sans reproche. Écorchés par la vie, ils survivent comme ils peuvent, et leur ténacité vers la vérité comme vers le mal est marquante. 

La trame du roman est très bien construite. Un aspect étonnant est qu'à chaque partie, le lecteur a l'impression de commencer une nouvelle histoire, liée de près ou de loin à la précédente, il ne le sait pas vraiment, mais l'effet recherché par l'auteur est réussi, car elle déstabilise à chaque fois le lecteur qui avait quelques points de repères jusqu'à présent, et qui maintenant est relâché en terre inconnue. Déstabilisant au possible.

Les parties s'enchaînent, et l'horreur augmente au fur et à mesure. Attention, la plume est ciselée et fluide, elle va à l'essentiel. Certaines scènes - surtout dans la prison - sont pourtant un peu trop détaillées dans la violence des évènements. C'est dommage. La suggestion est parfois plus angoissante, que les faits crus, cela laisse une marge de manoeuvre à l'imagination du lecteur.  Le parti pris de l'auteur quand à son maître du Mal est originale, mais reste cependant tout a fait crédible, ce qui rend le récit d'autant plus glaçant. 

 

 étoileétoileétoileétoileétoileétoile

Un ouvrage a ne pas mettre entre toutes les mains, si vous sauhaitez rester dans votre zone de confort. Cet ouvrage fait mordre à l'hameçon de cette plume acérée, et m'a donné envie de découvrir un autre de ces romans, pourquoi pas "Le tueur intime".
Je remercie chaleureusement les Éditions Robert Laffont et surtout toute l'équipe de la Collection La bête noire de leur confiance.

 

La bête noire

 

abc2016

 

Back to school

 

Signature