De la Pena

DE LA PENA Matt - "Les vivants, tome 2: les proies".

421 pages.

Éditions Robert Laffont - R (2016).

« Quand le tremblement de terre a frappé, Shy était en mer pour son job d'été. Le paquebot où il était employé comptait parmi les plus luxueux qui aient jamais existé. Il repose maintenant au fond de l'océan Pacifique, avec presque tous ses passagers. Shy n'a pas été le seul à s'en tirer. Addie, fille d'un richissime et mystérieux homme d'affaires, l'a rejoint sur son canot de sauvetage. Mais lorsqu'ils ont atteint l'île providentielle où se sont réfugiés les rares survivants, elle s'est évanouie dans la nature. Shy se console en retrouvant Carmen, sa superbe collègue, et ensemble ils découvrent un moyen de rentrer chez eux. Avant de disparaître, Addie lui a confié un secret. Un secret pour lequel certaines personnes seraient prêtes à tuer – et ont déjà tué. Elle possède le moyen de tout faire basculer. Mais où est-elle ? Tous les indices pointent vers la Californie, dévastée par les catastrophes et infestée de gangs armés. La route sera longue...»

INCIPIT: "Quand j'étais sage au supermarché, j'avais le droit à un Yoo-Hoo, du lait au chocolat." 

6 - Bon moment de lecture

Deux ans après la sortie du premier tome "Les vivants", je suis plutôt fière de me souvenir de nombreux éléments de ce roman, ce qui m'a permis de plonger directement dans la suite des aventures de Shy. Le pauvre, il n'est pas au bout de ses peines. 

Le cliffhanger du premier opus était haletant, et le récit repart sur les chapeaux de roues, avec la mort - ou presque - à chaque page. Ce roman apocalyptique fait invariablement penser à "La 5ème vague" de Rick Yancey ou encore à "La route" de Cormac Mc Carthy - qui soit dit en passant m'a tellement fichu la trouille que je n'ai pas pu le terminer. 

La vision catastrophique de l'organisation de la vie après des évènements de cette envergure, est assez proche de la réalité. D'ailleurs cela confirme parfaitement la théorie de "L'homme est un loup pour l'homme". Matt de La Pena n'épargne rien à ses personnages, et soit dit en passant, certaines scènes sont assez dures. Néanmoins, l'auteur exploite à fond son filon, afin de donner toute sa mesure au récit. 

Le tome porte bien son nom, et effectivement Shy et sa petite équipe de survivants, sont devenus des proies et doivent fuir pour rester en vie. Dans cette fuite en avant, la psychologie des personnages est prépondérante, et plutôt bien développer, notamment concernant Shy mais aussi Cireur. Ce personnage est plus qu'intriguant, et il est bien dommage que l'auteur laisse planer autant de mystère autour de lui. Par contre Carmen, est l'un des personnages le moins captivant, peut-être parce qu'elle est trop convenue?... Un personnage que le lecteur aurait aimé davantage voir est Addie, qui devient rapidement une piste inexploitée.

Le dénouement, même s'il est en partie ce qu'attend le lecteur lambda, est un brin décevant. Le roman s'achève un peu en queue de poisson. Le geste de Shy n'a pas vraiment de sens, même lui ne se l'explique pas. C'est un dernier rebondissement plutôt inutile. Ainsi malgré un rythme effréné, et un récit captivant, certains choix faits par Matt de La Pena sont assez inexpliqués.

 

étoileétoileétoileétoileétoileétoileétoile

 

Un second et dernier tome qui ne faiblit pas en matière d'actions et de rebondissements, tous plus palpitants les uns que les autres, avec ce qu'il faut d'émotions. L'aspect psychologique est très intéressant et donne un nouveau souffle à ce dytique dont les tomes se complètent parfaitement. même si le dénouement laisse percer une certaine insatisfaction. Ce n'est rien. 
CITATIONS: "Du monde qui peut paraître écrasant quand on est plongé dans ses entrailles. De la prise de conscience du peu de pouvoir dont dispose réellement l'être humain comparé à celui de la terre."
"Tu es en train de devenir celui que tu étais déjà."
 
Je remercie les Éditions Robert Laffont et surtout toute l'équipe de La Collection R de leur confiance.

R

 

Back to school

Signature