Chraïbi

CHRAIBI Driss - "La foule".

160 pages.

Éditions Denoël (2016).

« Toute ressemblance avec des personnes et des faits réels ne saurait être que fortuite… Octave Mathurin, brave fils d’officier de réserve, malheureux professeur d’histoire sans ambition et sans autorité, n’arrive à calmer ses élèves qu’en leur racontant des histoires drôles. Un beau jour, une éminence grise voit en lui le chef idéal du pays : un benêt certes, mais sympathique, et la Foule justement, ne réclame rien d’autre. Le voilà donc propulsé à la tête de l'état. Son premier acte pour affirmer sa virilité et son pouvoir : boire six canettes de bière. Sa préoccupation principale : ne surtout pas être dérangé lorsque sa femme fait la cuisine. À travers sa lecture de La Foule, Éric Fottorino, figure incontournable de la scène journalistique et littéraire, nous invite à redécouvrir l'œuvre de Driss Chraïbi, son humour féroce et sa grande liberté de ton.»

INCIPIT: "C'était un tout petit homme, avec une toute petite pipe - un vieil homme d'occasion, avec des vêtements et des idées d'occasion, vivant contre son gré dans un monde où, disait-il, la concurrence entre les machines et les êtres humains était déloyale."   

4 - Passable

J'aime beaucoup la collection Empreinte des Éditions Denoël. Plusieurs romans ont d'ailleurs déjà été chroniqués sur Just One More Page, comme "Mademoiselle B." de Maurice Pons, "Mille regrets" d'Elsa Triolet ou "Un lieu à soi" de Vriginia Woolf. Empreinte reprend des textes d'auteurs classiques ou reconnus comme Henry James, René Barjavel, Arto Paasilinna,  Georges Perrec, Sylvia Plath, etc.  Pour le coup ici, Denoël réédite un ouvrage de Driss Chraïbi, épuisé jusqu'à aujourd'hui: "La foule", écrit en 1961, et critique à peine voilée du Général de Gaulle d'après les on-dit. ^^

En ce qui concerne le lecteur lambda, qui n'a pas vécu cette époque en direct, la critique d'un gouvernement, voire la parodie, est flagrante, mais il faut plonger plus loin dans l'analyse et la recherche pour savoir que cela concerne Charles De Gaulle. C'est vrai que l'en y repensant, l'incipit du roman annonce d'emblée que le héros "(...) était un tout petit homme, avec une toute petite pipe (...)". L'allusion est flagrante.

Des les premières lignes, le lecteur sent que ce roman ne sera pas convenu, ni de facture classique, et très vite, la trame plonge dans l'absurde. Le postulat de départ signale qu'un professeur d'histoire, ayant du mal à maîtriser ses élèves, est élu président de la république. Déroutant. Ou l'auteur veut-il en venir en développant une idée pareille?

Parodie tout à fait crédible de l'esprit de la actuelle politique , le roman , vieux d'une cinquantaine d'années, tape encore juste. Quelle ironie! La politique est une histoire de manipulation du pouvoir. Des hommes de l'ombre, placent une marionnette sur scène, puis lorsqu'elle ne satisfait plus ou que le public n'est plus crédule, on change.

 

étoileétoileétoileétoileétoile

En tout cas, avec sa plume acérée, et son don certain pour l'observation de son époque - qualité indéniablement présente chez de nombreux écrivains - Driss Chraïbi propose un texte décapant, et tout à fait d'actualité.
CITATIONS: "Mon orgueil est proportionnel a ma taille et je ris trois fois quand on me raconte une histoire drôle: une première fois quand on me la raconte, la seconde fois quand on me l'explique et encore un coup quand je la comprends."
"On ne naît qu'une seule fois. Mais on meurt plusieurs fois, de plusieurs petites morts successives. Et la pire de toutes, c'est d'en être conscient: se regarder lentement mourir et n'y pouvoir rien."
"Et maintenant, c'étaient des ministres. Maintenant, quand on leur demandait de faire une course, ils exigeaient un rapport sur la question avant de préparer un discours où il était question de grandeur nationale."
"La tragédie est facile; c'est le rire qui nous manque."
Je remercie chaleureusement les Éditions Denoël pour cette belle découverte.

denoel

 

Back to school

 

Signature