Wieners

WIENERS Annette - "Cœur de lapin"

352 pages.

Éditions Robert Laffont - Collection La bête noire (2016).

«Il est des secrets de famille plus mortels qu'un poison. Elle était l'une des meilleures à la brigade criminelle. Aujourd'hui, Gesine Gordes s'occupe des fleurs dans un cimetière, immense, à la périphérie d'une grande ville allemande.
Un matin sans histoire, elle comprend que les couronnes mortuaires déposées à la chapelle par ses soins sont destinées aux obsèques de sa propre soeur, Mareike. Les deux femmes ne s'étaient pas vues depuis que Philipp, le petit garçon de Gesine, a perdu la vie dans des circonstances troubles. Si Mareike lui apparaît toujours comme la responsable du drame, sa disparition mystérieuse se met à hanter Gesine.
La police, qui privilégie l'hypothèse du suicide, risque de classer l'affaire sans suite, comme pour Philipp. Peut-être Gesine a-t-elle renoncé à la vérité depuis trop longtemps ? Cette fois, il lui faudra mener à bien cette enquête et se confronter au passé...
»    
INCIPIT: "Le chemin était cahoteux, le bitume sillonné de nombreuses racines d'arbres et, attachées sur le plateau du pick-up, les couronnes de fleurs commençaient à glisser." 

4 - Passable

"Coeur de lapin" est un thriller qui ne retourne pas les sangs. Il joue davantage sur les angoisses existentielles du lecteur, en regard d'évènements tragiques comme la culpabilité face à la perte d'un enfant. Annette Wieners, dont la plume délicate, décortique à merveille la psychologie des personnages, s'apesantit davantage sur le personnage principal: Gésine, ancienne policière qui a tout quitté après le décès de son petit garçon.

Une tragédie de cet ordre ne peut que briser une famille. Chacun se rejette la faute, tous doivent surmonter leur douleur et reprendre malgré tout le cours de leur vie. Mais le peut-on vraiment? Surtout quand 10 ans plus tard, le passé refait surface, avec la réapparition puis la mort, plutôt étrange, de la soeur cadette de Gésine, Mareike.

Immanquablement, la mère en deuil, est impliquée voire suspectée par l'inspectrice en charge de l'enquête. Car Gésine, en plus d'être liée à ce meurtre par le sang, est liée à la brigade par son ancienne profession, et surtout sa réputation de bon flic. La barre est haute pour Marina Olbert, qui ne souhaite qu'une chose, faire ses preuves.

Malgré l'habileté de l'auteur à faire monter l'angoisse, le lecteur ne pense presque jamais, que Gesine soit coupable de la mort de sa soeur, et encore moins de celle de son petit garçon. L'attention est plutôt focalisée sur les jumelles polissonnes, que Mareike laisse derrière elle; sur le cimetière, dans lequel la majorité des évènements importants ont lieu; sur la tension qui monte petit à petit.

Même si on est happé par la plume d'Annette Wieners, cette dernière laisse quand même échappé des indices qui guident le lecteur - avant la fin - vers le véritable coupable. Néanmoins, quelques révélations de dernières minutes, coupent un peu le souffle, et éclairent d'un jour nouveau, l'attitude de certains personnages.

 étoileétoileétoileétoileétoile

"Coeur de lapin", sans être palpitant ni terrifiant, est néanmoins un thriller efficace, qui aurait pu l'être encore davantage, en exploitant jusqu'au bout les ficelles tendues. Pour un premier roman, Annette Wieners livre un roman qui réussit à captiver le lecteur, et juste pour ça, il est à découvrir.
Je remercie chaleureusement les Éditions Robert Laffont et surtout toute l'équipe de la Collection La bête noire de leur confiance.

 

La bête noire

 

Back to school

 

Signature