Harmon

HARMON Amy - "L'infini + un"

421 pages.

Éditions Robert Laffont - R (2015).

« Superstar internationale, Bonnie Rae Shelby a tout pour elle : l'argent, la beauté, la gloire et... l'envie d'en finir avec la vie. Finn Clyde, lui, n'est rien, n'a rien, à part son intelligence et son cynisme à toute épreuve. Il ne demande qu'à avoir sa chance. Un acte de compassion et quelques coïncidences plus loin, et voilà ce garçon et cette fille que tout oppose engagés dans un périple qui pourrait aussi bien les transformer que les anéantir.»
INCIPIT: "La télévision était allumée."   

6 - Bon moment de lecture

 

Comme beaucoup, j'ai découvert la plume d'Amy Harmon dans "Nos faces cachées", dont la romance s'inspirait indirectement du conte de la belle et la bête, modernisé. Ici aussi l'auteur s'inspire d'un couple, celui de Bonnie et Clyde; dont la destinée fut une brin plus sanglante que celle-ci. Le concept de revisiter une romance célèbre, et de la mettre au goût du jour est original. L'idée est intéressante.

Bonnie, la célèbre chanteuse, rencontre Infinity Clyde tout a fait fortuitement, heureusement pour elle. Il ne sait rien d'elle, ni sa célébrité, ni sa tristesse. Elle ne connaît pas son passé. Leurs univers sont diamétralement opposés, et cela rend leur collaboration d'autant plus intéressante. Les personnages vont s'embarquer dans un road trip, une fuite en avant pour échapper à leur passé, à leurs secrets. Le lecteur apprend les choses au fur et à mesure, de même que la relation entre Bonnie et Finn évolue sous ses yeux.

Il est beaucoup question de sentiments, d'émotions, de regrets, de fautes. Et le côté fuite en avant, perd par moment son côté précipité et angoissé au profit du Carpe Diem. Le road trip tourne par moment à la visite touristique, et certains éléments paraissent un peu déconcertant lorsque l'on sait que le couple est recherché; comme les célèbres fugitifs auxquels ils s'identifient. Heureusement, les débuts de chapitres, avec les encarts d'articles de journaux remettent un coup de pep's à tout ça; ils donnent à voir les manipulations de la réalité pour faire vendre. ^^ Cette petite pique est salvatrice.

Ce voyage au travers les États-Unis a un rôle un peu de psychothérapie pour les deux héros, de pas en avant pour fuir la lourdeur de leur quotidien, et changer les choses; pour prendre un nouveau départ dans leur vie. Même s'ils ne sont pas aider, et que certaines personnes - faisant partie de leur cercle d'intimes - leur mettent de dangereux bâtons dans les roues, le lecteur garde espoir. Le parallèle avec Bonnie et Clyde est intéressant, mais peu captivant au final, voire un peu rabâcher par moments...

Lors de leur voyage, les deux amoureux ne croisent pas beaucoup de monde, mais l'une de ces rencontres est un moment que le lecteur appréciera sûrement, celle avec le clochard. Malgré le côté un peu stéréotypé, elle éclaire le roman d'un jour nouveau, et lui donne une nouvelle vigueur.

 

étoileétoileétoileétoileétoile

 

Malgré une idée fondatrice passionnante, l'auteur n'exploite pas assez certains aspects du récit, comme le sentiment de fuite, d'urgence, d'angoisse que devraient ressentir les héros. En contre partie le parallèle avec les célèbres hors-la-loi deviennent assez vite éculés. Cette romance a du potentiel, et aurait pu aboutir à une romance vraiment attachante.
CITATION: "Tu n'as pas de filtre, c'est ça? Tu dis tout ce qui te passe par la tête?" 
Je remercie chaleureusement les Éditions Robert Laffont et la Collection R pour cette belle découverte.

 

R

Challenge Rentrée littéraire

 

Back to school

Signature