Hall

HALL Maggie - "La conspiration"

426 pages.

Éditions Robert Laffont - R (2015).

« Une énigme millénaire. Des indices aux quatre coins du globe. Une destinée extraordinaire. Ils ont le pouvoir de faire fermer Prada pour une session shopping privée. Mais aussi celui de déclencher une nouvelle guerre mondiale. C'est cette incroyable famille qu'Avery West se découvre à dix-sept ans. Ses membres appartiennent à une redoutable société secrète, le Cercle, qui voit en Avery la clé d'une prophétie millénaire. Écartelée entre des factions rivales, Avery va devoir lever le voile sur l'énigme de ses origines. Accompagnée de deux garçons du Cercle, le beau Stellan à l'humeur changeante et le ténébreux Jack, elle se lance dans une quête qui va la mener du musée du Louvre aux bazars d'Istanbul. Au coeur de la conspiration, Avery va devoir choisir entre sa liberté et sa famille, mais aussi entre le garçon qui pourrait l'aider à sauver l'humanité et celui qui fait battre son coeur.»
INCIPIT: "Ce bout de papier, ça pourrait être n'importe quoi."   

6 - Bon moment de lecture

 

J'en reviens toujours au même avec la Collection R, ils réalisent des couvertures de tuerie. Il est rare que je ne les aime pas, et celle-ci est particulièrement réussie. Par cette symbolique efficace, elle rappelle bien le roman, et la division de l'espace est astucieuse. 

Le roman est captivant, et le lecteur plonge assez aisément dans l'intrigue et les rebondissements que va vivre Avery. La psychologie de cette dernière est bien amenée, avec son refus permanent de s'attacher aux autres car inévitablement vous les quitterez, donne une dimension supplémentaire aux relations qu'elle va entretenir avec les gardiens - entre autres. Même si elle peut être parfois naïve et exaspérante, son personnage tient la route et est pleine de ressources finalement. Elle reste ainsi l'un des plus attachants.

Concernant les deux garçons qui vont croiser sa route, Jack et Stellan, il n'y a rien de grandiose à en dire, si ce n'est que contrairement au premier, le second n'entre pas dans le stéréotype du beau gosse lisse et gentil et ça change un peu. Il a un côté piquant qui relance un peu l'intérêt du lecteur, qui au premier abord croyait tomber dans le banal schéma du trio amoureux. Ouf, on est sauf. 

Le mélange des genres annoncés - entre "La sélection" et "Da Vinci code" - tient quelque peu ses promesses, même si le lecteur espère avoir un peu plus de quête historique dans la suite des aventures d'Avery, ce qui paraît probable, étant donné le dénouement du premier tome, qui laisse la porte ouverte à de nombreuses options. Le lecteur n'espère qu'une chose, en apprendre davantage sur les douze familles, le Cercle et l'ordre, car cet aspect de l'intrigue est très intéressant, de même que la visite de Notre-Dame. Découvrir Paris de cette façon, est très agréable.

Le roman pêche surtout à cause de la plume de l'auteur, qui n'est pas franchement fluide, et certaines descriptions et autres évènements ne sont pas des plus clairs à comprendre, mais cela n'entâche en rien l'action du récit, qui laisse peu de répit aux personnages. C'est pour dire, Avery se retrouve par deux fois dans des situations où toute fille normale ne souhaiterait q'une chose: prendre une douche et se changer!! Rien que pour ça, on compatit.

étoileétoileétoileétoileétoileétoile

 

Le premier tome d'une trilogie très prometteuse qui laisse présager une suite pour le moins agitée, en espérant que l'auteur accentuera encore ce côté thriller ésotérique et un peu moins le côté romance. Le lecteur attend avec impatience d'en apprendre plus sur cette société qui gouverne le monde, et surtout qu'est-il vraiment arrivé à Mr Emerson.
Je remercie les Éditions Robert Laffont et surtout toute l'équipe de la Collection R de leur confiance.

R

Signature