Murakami

          4ème de couv.

Les choses qui restent enfermées dans notre coeur n'existent pas en ce monde. Mais c'est dans notre coeur, ce monde à part, qu'elles se construisent pour y vivre.

Le Livre 1 a révélé l'existence du monde 1Q84. Certaines questions ont trouvé leur réponse. D'autres subsistent : qui sont les Little People ? Comment se frayent-ils un chemin vers le monde réel ? Pourquoi deux lunes dans le ciel ? Et la chrysalide de l'air, est-elle ce lieu où sommeille notre double ? Ceux qui s'aiment ne sont jamais seuls. Le destin de Tengo et d'Aomamé est en marche.

          Première phrase.

"La fin de la saison des pluies n'avait pas encore été officiellement annoncée, mais le ciel était tout à fait dégagé et un soleil de plein été chauffait la terre sans retenue."

          Citations.

"Les coréens qui s'appellent Park, il y en a autant que des étoiles."

"L'horloge fait tic-tac, maintenant aussi. Le temps s'écoule de plus en plus vite. La chance va vous échapper. Alors que si vous avez de l'argent, vous pouvez acheter du temps. Et donc de la liberté. Le temps et la liberté, voilà ce que grâce à l'argent, les hommes peuvent acheter de plus important."

"La mort est toujours un moment décisif pour un homme. Si l'on ne choisit pas sa façon de naître, on peut choisir celle de mourir."

"Même quand l'impression immédiate se fut affaiblie avec le temps, l'empreinte dans son coeur était demeurée intacte."

          Lilly's feeling.

Ce second livre couvre les mois de juillet à septembre de cette étrange année 1Q84. L'effet de nouveauté s'est dissipé et se ressent moins que dans le livre 1. Je me suis habituée aux personnages et à leur histoire.

Ici, l'étrange prend encore davantage le pas sur l'histoire. Le lecteur se rend compte qu'il a totalement basculé dans 1Q84, et se demande maintenant ce qui est réel et ne l'est pas. Aomamé se rend compte rapidement que ce qui l'entoure, a changé. Mais Tengo met un peu plus de temps. Pourquoi les autres personnages comme Komastu ou Tamaru ne s'en aperçoivent pas? Peut-être que c'est leur véritable environnement et 1984 leur paraîtraient étrange... 

Ce second tome est lent, et lentement il ressert son étreinte autour des deux personnages. Le récit demande à ce que le lecteur prenne son temps pour s'imprégner de ce monde si particulier qu'est 1Q84. C'est un livre dans un livre, une histoire dans une histoire, et même celle du lecteur s'y mêle. C'est un conte philosophique qui fait réfléchir.

Il ne faut pas croire pour autant qu'il ne se passe rien. Au contraire, les révélations s'enchaînent, et posent de nouvelles questions. Le lecteur est loin d'être passif dans cette lecture. La tension est de plus en plus palpable. Ce roman est comme une rivière. Des soubresauts de plus en plus violents ont lieu (j'entends par soubresauts le terme rebondissement) jusqu'aux tous derniers chapitres où le lecteur assiste à la plus violente des secousses (moi, ça m'a retournée même si j'étais prévenue ^^) puis tout reprend son cours. 

Il y a plusieurs niveaux de lecture, et je crois que c'est à la seconde lecture du roman (ce qui m'est arrivé pour le premier tome) que l'on peut entrevoir dans son intégralité (enfin, il faudrait plutôt dire "en grande partie") tous les messages que l'auteur a inséré dans son récit. Les questions se multiplient et les hypothèses envisagées s'écroulent les unes après les autres. Murakami maîtrise tout, son récit et son lecteur au travers. Son univers décalé prend de plus en plus de place.

Dans cette trilogie, le rapport au corps est assez particulier (et je ne parlerai pas des relations sexuelles), surtout dans le cas d'Aomamé. Lorsqu'il s'agit de son corps, elle donne l'impression de faire référence à une entité (une machine?) avec laquelle elle est obligée de cohabiter et dont elle dépend. C'est assez étrange. Par moment, ça m'a fait penser aux rapports que certains hommes ont avec leur voiture. Une sorte de perfection insatisfaite dans le cas présent, mais rassurante pour le moins. Ce qu'il est intéressant de noter, c'est qu'au cours de l'histoire un personnage (plutôt malsain à mon avis) apparaît et il est l'opposé total d'Aomamé, aussi bien sur le plan de la perfection physique que sur le côté (japonnais) aseptisé, il est répugnant. Et je ne parlerai pas de la prédilection de l'auteur pour les seins, mais allez voir le billet de Sound sur le tome 1 et vous comprendrez ce que j'entends par là.^^

J'ai beaucoup aimé les références au Jazz. Murakami est un grand amateur de cette musique. Il est d'ailleurs le propriétaire d'une boîte. La musique est assez présente dans le roman, et je suis allée écouter des extraits des morceaux mentionnés. Très instructif, et ça apporte une dimension supplémentaire à l'histoire.

Je me demande si une seconde lecture ne me le ferait pas davantage apprécié, car cette fois-ci, je l'ai lu après avoir relu le 1er tome et j'ai nettement plus apprécié le précédent. A voir. Le 3ème est tout de même réservé à la biblio, mais la liste d'attente est longue et vu la fin du livre 2 je le lirai de toute façon. Mais c'est peut-être une trilogie que l'on apprécie davantage à la relecture après la première surprise. 

          En bref.
Je me suis torturée pour ce billet qui n'est pas du tout évident à faire sans en dire trop, mais en développant les idées et le côté décalé du monde que présente Murakami. Je ne saurais donné un avis définitif sur cette trilogie sans avoir lu le dernier tome. Et c'est pour bientôt, enfin j'espère car autrement je devrai relire ce tome à coup sûr.

          Note          étoileétoileétoileétoileétoile

          C'est une trilogie: tome suivant "1Q84 livre 3: octobre-décembre" - tome précédent "1Q84 livre 1: avril-juin".

          Pour en savoir plus sur l'auteur et sur le livre.

          D'autres avis:

livraddictlogo  babelio  Booknode  goodreads

 

63977422_p