Eljundir

          4ème de couv.

C’est si bon d’être mauvais…
À 19 ans, Kaleb Helgusson se découvre empathe : il se connecte à vos émotions pour vous manipuler. Il vous connaît mieux que vous-mêmes. Et cela le rend irrésistible. Terriblement dangereux. Parce qu'on ne peut s’empêcher de l’aimer. À la folie. À la mort.
Sachez que ce qu'il vous fera, il n’en sera pas désolé. Ce don qu'il tient d’une lignée islandaise millénaire le grise. Même traqué comme une bête, il en veut toujours plus. Jusqu’au jour ou sa propre puissance le dépasse et ou tout bascule… Mais que peut-on contre le volcan qui vient de se réveiller?

          Première phrase.

"Un coup de poing dans l'oreiller."

          Lilly's feeling.

J'ai été très heureuse d'avoir été sélectionnée (^^) pour ce partenariat, et remercie chaleureusement les Éditions Robert Laffon et plus particulièrement Stéphane-Laure de la Collection "R".

"Kaleb" est un roman très à part dans la Collection R, il vise un public plus mature et porte une histoire très originale à travers ce concept d'anti-héros méchant. Ce n'est pas évident pour moi de mettre des mots sur mes sentiments vis à vis de ce roman, qui ne m'a pas laissée indifférente, mais auquel je n'ai pas adhérer, et ce pour plusieurs raisons.

Le début a été difficile, je n'ai pas particulièrement accrocher aux premiers chapitres. La quatrième de couverture donne une idée un peu réductrice du roman. L'histoire est trop centrée sur les ressentis de Kaleb et ses changements, qui sont du genre redondants. Le fait qu'il soit un anti-héros cherchant sa place est plutôt inédit, mais d'une part il découvre un peu trop vite la qualité de son don, et deuxième il est torturé par se qu'il ressent et beaucoup moins par les choix fondamentaux qu'il doit faire entre Bien et Mal. Je ne sais pas si c'est très clair...

J'ai été choquée/écoeurée/rebutée (et j'en passe) par l'image rétrograde que donne l'auteur de Lucille, surtout en tant que femme. Sachant que ce roman s'adresse à des adolescents, il n'était peut-être pas nécessaire de transformer le personnage de Lucille de façon aussi abjecte et soumise. Le lecteur est capable de réfléchir par lui-même et certains détails auraient pu être laissés à son imagination. Les sous-entendus sont parfois plus percutants que de tout décrire. (Une petite pause, je respire profondément.)

Les relations entre les protagonistes n'évoluent pas particulièrement, et dès les premiers chapitres, le lecteur se doute de leur développement. Le seul personnage dont l'évolution est intéressante, et que je n'ai pas vu venir est Vulcan. Tout le deuxième moitié du roman, ou ce personnage commence à prendre de l'ampleur, est prenant. Il permet à l'intrigue de rebondir, de même que la menace de l'organistation Sentinel, la découverte de l'existance d'autres EDV et l'introduction de l'histoire des jumeaux Armstrong donnent de l'épaisseur aux dilemmes que va devoir affronter le héros, ainsi qu'au récit.

Dans une bonne moitié du roman centrée principalement sur Kaleb, le style m'a semblé décousu, un peu télégraphique. Même si c'était pour mieux faire passer les flashes de sensations du héros, et ses errements,j'ai n'ai pas adhéré. Mais les chapitres courts, et les éléments dont je parle ci-dessus donne un second souffle à l'histoire, qui en devient prenante, avec quelles révélations que l'on voit venir, ou pas. J'ai lu la fin d'une traite.

          En bref.

Si le fond de ce thriller fantastique m'a plu, la forme et la manière dont l'auteur arrive à ses fins ne m'a pas accrochée. Affaire à suivre.

          Note         étoileétoileétoile

 

          C'est une trilogie: tome suivant "Kaleb - saison 2"

          Pour en savoir plus sur l'auteur et sur le livre.

          D'autres avis:

livraddictlogo babelio Libfly   goodreads

 

logo rderobertlaffont

63977422_p