Bello

          4ème de couv.

Le détective Achille Dunot souffre d'une étrange forme d'amnésie. Depuis un récent accident, sa mémoire ne forme plus de nouveaux souvenirs, si bien qu'il se réveille chaque matin en ayant tout oublié des événements de la veille. Quand le chef de la police lui demande d'enquêter sur la disparition d'Émilie Brunet, une des femmes les plus riches du pays, Achille décide de tenir un journal dans lequel il consignera le soir, avant d'aller se coucher, les enseignements de la journée. Lui qui ne jure que par Agatha Christie devient ainsi à son insu le héros et le lecteur d'un drôle de roman policier... dont il est aussi l'auteur. Très vite, tout accuse Claude Brunet, le mari de la disparue. Il a plusieurs mobiles et aucun alibi. Il se vante à demi-mot d'avoir commis le crime parfait. Mais surtout, il ose critiquer les méthodes d'Hercule Poirot...

          Première phrase.

"Reçu cet après-midi la visite d'Henri Gisquet."

          Citations.

"Dans mon monde, je la trompais. Dans le sien, je lui étais fidèle. Ce que nous appelons réalité n'est que l'intersection de nos mondes respectifs."

"Un philosophe a dit un jour que la conversation est une invention destinée à empêcher l'homme de penser."

"La piste de la perte de mémoire est la plus déconcertante car elle implique une absence totale de mobiles. Or sans mobile, pas d'indices: c'est la base de la détection. Ce la dit, une disparition volontaire peut également se révéler excessivement déroutante, surtout si l'on en doit le scénario à un auteur rompu à l'art de semer la confusion."

"Dickens (...) n'abandonne pas son public: il le libère au contraire de la tyrannie d'une vérité univoque en lui ouvrant les portes de la création littéraire. Le dernier signe de ponctuation de sont texte n'est pas un point final mais un point de départ, un appel à continuer son oeuvre."

"La vie d'un texte commence véritablement à sa parution. Il se nourrit des commentaires qu'il engendre, prospère des controverses qu'il suscite (...) Il devient peu à peu la somme de ses lecteurs, l'éventail de ses lectures."

          Lilly's feeling.

Je remercie Livraddict de m'avoir sélectionnée, et les Éditions Folio pour cette lecture qui restera pour moi un probème complexe.

C'est énorme, mais qu'est-ce que c'est frustrant! Ça commence comme une banale enquête et se transforme en quelque chose de... "déroutant".

Le roman est rédigé comme le journal d'enquête de l'ancien policier Achille Dunot. Pourquoi ce journal? Parce qu'Achille souffre d'une amnésie antérograde, c'est-à-dire qu'il ne peut se faire de nouveaux souvenirs. Lorsqu'il se couche le soir, il aura le lendemain matin de nouveau tout oublié de la veille. L'enquêteur devient à la fois, lecteur, enquêteur et auteur d'un roman policier. Assez "déroutant" quand on y pense.

Le principal suspect, Claude Brunet, est professeur de sciences cognitives et neurologue. A travers lui, l'auteur pose comme postulat de départ le fait que le cerveau humain est inaliénable. Chacun reste le seul propriétaire de ses pensées. Quoi que... Comme le disait aussi Agatha Christie par la bouche d'Hercule Poirot: "le détective est le spécialiste de l'âme humaine."

Les deux seuls personnages a avoir de l'épaisseur sont le détective Achille Dunot et le professeur Brunet. Les autres font pâles figures à côté, un peu comme des stéréotypes. Dunot pour se souvenir des gens physiquement les comparent à des personnages de romans d'Agatha Christie.

Le livre se structure en deux parties, la première concerne l'enquête, la seconde est davantage centrée sur l'amnésie et les problèmes de Dunot... Si l'auteur a lui-même respecté les principes de Van Dine, ça veut dire que le lecteur a tous les éléments en mains pour résoudre cette enquête, et que la solution se trouve dans les premières pages.

Un élément qui m'a particulièrement plu est qu'Achille Dunot est un admirateur incontesté d'Agatha Christie; Hercule Poirot est son modèle. Il y a donc de nombreuses références à la reine du crime dans ses pages. Et en tant que fan, j'adore. Attention par contre à ceux qui n'ont pas lu tous ses romans, les personnages révèlent à plusieurs reprises le nom du coupable dans les enquêtes d'Hercule Poirot.

Bonus: dans une interview de l'auteur, celui-ci signale qu'il y a autant d'allusion aux oeuvres d'Edgard Allan Poe qu'à celles d'Agatha Christie. Mais comme je connais beaucoup moins les romans de ce dernier, j'en ai sûrement loupé beaucoup.

          En bref.

Il ne me reste plus qu'à le relire (entre les lignes) pour comprendre ce que j'ai loupé. Ce livre est un éternel recommencement dirait-on.

          Note    étoileétoileétoileétoileétoileétoileétoile (Ma note est susceptible d'évoluer en fonction de ma relecture. ^^)

          Pour en savoir plus sur l'auteur et sur le livre.

          D'autres avis:

livraddictlogo  babelio Booknod  goodreads

 

 

63977422_p