Carriger

          4ème de couv.

Miss Alexia Tarabotti est devenue Lady Alexia Woolsey. Un jour qu'elle se réveille de sa sieste, s'attendant à trouver son époux gentiment endormi à ses côtés comme tout loup-garou qui se respecte, elle le découvre hurlant à s'en faire exploser les poumons. Puis il disparaît sans explication... laissant Alexia seule, aux prises avec un régiment de soldats non-humains, une pléthore de fantômes exorcisés, et une reine Victoria qui n'est point amusée du tout. Mais Alexia est toujours armée de sa fidèle ombrelle et des dernières tendances de la mode, sans oublier un arsenal de civilités cinglantes. Et même quand ses investigations pour retrouver son incontrôlable mari la conduisent en Écosse, le repère des gilets les plus laids du monde, elle est prête !

          Première phrase.

"Ils sont quoi? Lord Conall Maccon, comte de Woosley, criait."

          Lilly's feeling.

C'est avec plaisir que le lecteur retrouve Alexia et Lord Conall Maccon dans ces nouvelles aventures plutôt agitées voir trépidantes. Les couvertures de cette collection sont vraiment très réussies, associant avec efficacité une époque victorienne & steampunk, à des éléments donnant quelques indices sur l'histoire à venir.

C'est davantage pour l'atmosphère que pour la profondeur de l'intrigue que j'apprécie cette série. Son univers victorien steampunk, un brin différent du notre, est délectable, plein de vampires, de loups garous, de paranaturels et d'inventions plus étranges les unes que les autres, comme les verribles, l'éthérographe (qui remplace le télégraphe) et bien sûr l'invention la plus remarquable: l'indispensable ombrelle d'Alexia. 

L'intrigue est assez secondaire. Le récit quitte rapidement Londres pour se dérouler dans la froide et humide Écosse. Dans ce tome, on s'intéresse davantage à la vie des meutes qu'à celle des ruches de vampires. Mais le point fort de cette série est les personnages, tous hauts en couleur, auxquels le lecteur s'attache facilement car Gail Carriger se débrouille pour que chacun d'eux est un objectif ou un désir à atteindre. Le lecteur retrouve avec plaisir la plupart des protagonistes du premier tome. Il y a quelques nouvelles têtes: le Gamma du Comte de Woosley au nom à rallonge, la meute de Kingair en kilt (miam), etc. Mais le personnage qui m'a le plus intrigué est la mystérieuse Madame Lefoux, l'inventrice française, au style vestimentaire si particulier (mais de meilleur goût que celui de Mlle Hisselpenny). Le personnage de cette dernière s'épaissit, et malgré ses chapeaux immondes et son côté tête de linotte, elle est le centre d'une intrigue secondaire tout à fait "palpitante". ^^

Le coeur du roman reste néanmoins les relations volcaniques mais tendres entre Alexia et son musculeux mari, Conall. Les tirades de Lady Maccon (et sa langue bien pendue) sont toujours aussi savoureuses de même que les réparties piquantes qu'elle échange avec son mari. Le récit est parsemé des pointes d'humour caustiques qui feront sourire le lecteur. En ouvrant ce tome, j'ai eu peur que le couple soit moins souvent réuni, mais c'était sans compter sur le côté aventureux et curieux d'Alexia. ^^

La traduction par contre me déplaît toujours autant. D'après d'autres avis que j'ai lu sur la toile, cela vient vraiment de ça, car le style de l'auteur quant à lui paraît impeccable. Ce n'est pas parce que ce n'est pas du Shakespeare ou du Faulkner, qu'il faut que la traduction soit mauvaise. C'est vraiment frustrant. Je m'explique: en pleine bagarre par exemple, je bute sur un terme qui ne semble pas approprié au  contexte et qui change un peu le sens de la phrase. Je reprends la dite phrase pour mieux visualiser la scène que l'auteur a souhaité créer, résultat l'éffervescence du combat retombe. Bref je ne vais pas m'éterniser, vous avez compris mon sentiment je pense.

Je suis contente de savoir que le tome 3 sort très très bientôt, car la fin de "Sans forme" est.... je n'en dirai pas plus de peur de spoiler, mais vous devez juste savoir que je ne vais pas traîner pour lire ce troisième opus. En tout cas, ce cliffhanger est extrêmement frustrant.

         En bref.

Un nouveau tome à la hauteur du précédent, plein de poils et de dents, dans lequel on retrouve avec plaisir Alexia et son tempétueux mari. Chose sérieuse: je guette le troisième activement.

          C'est une série: tome suivant "Sans honte" - tome précédent "Sans âme".

          Mes compagnons de [LC] organisée par Frieda M.: Tousleslivres, Frankie, Morgaxia, Platinegirl, Iani,

          Pour en savoir plus sur l'auteur et sur le livre.

          Note          étoileétoileétoileétoileétoileétoileétoile

63977422_p