Colfer

          4ème de couv.

Un nouveau héros est né. Il a douze ans, est le dernier rejeton d'une dynastie de voleurs irlandais. Il vit dans un château, auprès de sa mère dont l'esprit a flanché lors de la disparition de son mari. La fortune des Fowl est au plus mal. Mais Artémis est un petit génie escorté d'un serviteur tout dévoué et doté d'une force peu commune. Voilà des atouts de poids pour faire aboutir un projet fou, qui ne pouvait germer que dans la tête d'un enfant : s'emparer de l'or des fées…

          Première phrase.

"Comment pourrait-on décrire Artémis Fowl? "

          Citation.

"La confiance, c'est de l'ignorance, déclara le centaure d'un ton docte. Quand on se sent sûr de soir, c'est qu'il y a quelque chose qu'on ignore."

          Lilly's feeling.

Le postulat de départ avait tout pour me plaire. L'histoire se déroule en Irlande, et les aventure du personnage principal sont en rapport avec le Petit Peuple. Le petit bonus espionnage n'était pas mal non plus, le tout sous l'égide d'un sale gamin.

C'est gentil, plein de fraîcheur mais ce n'est pas le coup de coeur. Il n'y a pas suffisamment de consistance, trop peu de descriptions et de détails, pour permettre au lecteur (adulte?) de s'imerger davantage dans le récit. Ce dernier est raconté par un narrateur omniscient dans un style plutôt simple (normal étant donné sa classification jeunesse). Malgré quelques scènes piquantes, l'ennui a rapidement pointé son nez, peut-être à cause d'un manque de rythme ou d'autre chose. Mystère.

L'histoire en elle-même ne m'a pas du tout intéressée, à aucun moment je n'ai accroché. J'admets qu'en tant que premier opus d'une série, l'auteur est davantage occupé à mettre en place son univers et donné une présence à ses personnages. Chacun a un rôle bien précis, fonction peut-être renforcée par l'espèce à laquelle chacun appartient: centaure, nain, fée, lutin... Le seul personnage un tant soit peu attachant est le centaure Foaly. Son humour est assez décapant. Mulch le nain mangeur de terre est aussi amusant dans son genre. Mais ça reste très enfantin, à la limite du lourd. Le seul élément vraiment remarquable est le statut foncièrement anti-héros d'Artémis Fowl (ça se traduit par volaille. ^^), c'est un voleur peut-être avec de bonnes intentions, mais ça reste un voleur.  Ce concept est intéressant dans un livre jeunesse.

L'avis est un peu dur, mais un point positif ressort quand même, c'est la façon dont l'auteur utilise certaines légendes féerique et les adapte à son récit.

          En bref.

Désolée si la chronique pèche un peu, mais j'ai eu beaucoup de mal à la pondre, par manque flagrant d'inspiration. Il faut savoir (pour les lecteurs intéressés) qu'Artémis Fowl, est une série qui compte actuellement 7 tomes... que je ne lirai pas. Ma PAL couve quelques petites pépites qui font que je passe mon tour sur les aventures d'Artémis.

          C'est une série: tome suivant "Mission polaire".

          D'autres avis: Nanet, Petitenoisette, Reveline, Aiwë, Ananas, Lyra Sullivan.

          Pour en savoir plus sur l'auteur et sur sa série.

      Note          étoileétoile

Challenge fantasy

63977422_p