Lewis

          4ème de couv.

Shasta, maltraité par le pêcheur qui l'a recueilli et élevé, quitte le pays de Calormen en compagnie de Bree, un cheval doué de parole. Ils n'ont qu'un espoir : rejoindre le merveilleux royaume de Narnia... En chemin, ils rencontrent une jeune fille de noble naissance, gravis, qui fuit un mariage forcé. D'aventure en aventure, les deux héros perceront-ils le mystère qui entoure la naissance de Shasta ?

          Première phrase.

"Voici le récit d'une aventure qui s'est déroulée à Narnia, à Calormen et dans les contrées qui les séparent, durant l'Âge d'or où Peter était souverain suprême de Narnia, son frère et ses deux soeurs Roi et Reines en dessous de lui."

          Citations.

"Au centre, une fontaine se déversait dans l'eau claire d'un bassin de marbre, qu'elle faisait constamment frissonner."

"Comme la plupart des jours où l'on attend quelque chose, tout seul, ce jour-là parut durer cent heures."

"Finalement après des heures de chevauchée, il y eut, loin sur sa droite, comme un simple trait d'un gris plus pâle, allongé juste sur l'horizon. Puis une bande de rouge. Le matin arrivait enfin, mais sans faire chanter un seul oiseau."

          Lilly's feeling.

Nouveaux personnages, nouvelle aventure, même monde merveilleux : Narnia. D'abord il y a Shasta, le petit garçon pauvre et maltraité, mais physiquement très différent des autres. Aravis, la princesse Tarkheena qui fuit un mariage forcé avec un vieux bonhomme cupide et lâche. Et enfin Bree & Hwin deux chevaux parlant, enlevés alors qu'ils étaient poulains de Narnia. Tous fuient vers cette contrée promise. Le lecteur aperçoit avec plaisir au cours du récit quelques personnages du tome précédent : Edmond, Susan et Lucy.

Ce troisième opus ressemble beaucoup à un conte des milles et une nuits. Qui dit conte, dit une fois de plus personnages stéréotypés dans des rôles prédéfinis: le héros et tous les obstacles qu'il doit surmontés, ses amis qui l'aident à affronter ces épreuves. Le vilain méchant Rabadash-le-ridicule; et finalement le dénouement où tout est bien qui fini bien, même si ce n'est pas directement Shasta qui affronte directement cet ennemi. Puis vient le happy-end, car il ne faut pas oublié que les chroniques de Narnia sont écrites dans les années 1950, pour des enfants d'une dizaine d'années.

Contrairement aux tomes précédents, le lecteur ressent moins l'écriture un peu désuète de C.S. Lewis, et se laisse plus facilement porté par ce conte enfantin. Il y a un peu plus d'actions et de rebondissements dans cette histoire, voire davantage de maturité... Par contre un élément déstabilisant, est que dans le premier tome, les enfants assistent à la création de Narnia, hors, progressivement le lecteur se rend compte que Narnia n'est qu'un petit royaume dans un monde beaucoup plus vaste?!?

Une autre remarque que tout lecteur pourra se faire, est que les méchants de l'histoire sont les Tarkhans, des hommes d'un peuple à la peau sombre. A la fin de l'opus (du moins dans l'édition Folio Junior) l'éditeur a rajouté un mot à ce propos: "Il ne faudrait pas croire que, pour C.S. Lewis, les gens à peau claire soient meilleurs et plus valeureux que les gens à la peau sombre, ni que les pays situés au sud soient tyranniques et ceux situés au nord toujours démocratiques. Par exemple, Aravis, fille du sud, est noble, courageuse et fidèle tandis que Bree, le cheval parlant venu du nord, est tourné en dérision." Après cette remarque (de l'éditeur - que j'aurais insérer de façon plus visible) chacun pense ce qu'il veut.

Mon moment préféré a été la traversée du désert, dont j'ai beaucoup aimé la description. Le lecteur ressent bien la fatigue, la chaleur, la longueur de cette traversée, et l'espoir poind avec le lever du soleil.

A noter que C.S. Lewis n'a pas écrit les chroniques de Narnia dans l'ordre où elles sont annoncées. Ce troisième tome, a été en fait écrit en 1954, en cinquième place de la saga, après le 6ème tome et avant le premier. Le lecteur peut ainsi supposé que l'auteur connaît parfaitement l'univers qu'il a créé, même si chaque tome semble être une histoire indépendante.

          En bref.

Malgré une histoire très convenue voire manichéenne et stéréotypée, j'ai passé un bon moment en compagnie de ce quatuor improbable. Je pourrais même dire, que pour le moment c'est mon tome préféré. Le bémol, est quand même (mais peut-être que j'extrapôle trop ou que cela tient de l'époque où le récit a été écrit...) ce "racisme" latent qui me dérange, même s'il est peut-être involontaire il ne faut pas oublié que l'auteur s'adresse à des enfants.

          C'est une série: tome suivant "Le prince Caspian" - tome précédent "Le lion, la sorcière blanche et l'armoire magique".

          Mes compagnons de [LC] organisée par HarmonyPetiteSorcière : Bebere, Mandy, Frankie, Ptitelfe, Comicboy, Iluze, Kactusss, Luthien.

          Pour en savoir plus sur l'auteur et la saga.

     Note      étoileétoileétoileétoileétoileétoile

63977422_p