Lindsay

          4ème de couv.

Voici notre cher Dexter - expert judiciaire de la police de Miami le jour, tueur en série la nuit - doublement menacé. D'un côté le sergent Doakes, insensible à son apparence de gentleman, traque le "Passager Noir", l'autre moi sanguinaire et justicier de Dexter. De l'autre, un psychopathe particulièrement pervers laisse Dexter sans voix alors que son appétit meurtrier se réveille. Lequel de ces monstres rattrapera l'autre le premier?

          Première phrase.

"De nouveau la grosse lune ronde, posée sur l'horizon de la nuit tropicale, et le cri qu'elle jette dans les ténèbres parvient aux oreilles frémissantes de la chère voix tapie dans l'ombre, le Passager Noir blotti bien au chaud sur le siège arrière de l'âme hypothétique de Dexter."

          Citations.

" Il faisait une chaleur suffocante sur la bateau, et mon ciré incroyablement chic n'arrangeait rien. J'avais l'impression d'être un sachet de thé jaune vif dans une théière d'eau bouillonnante."

"Mon cerveau autrefois si fier, tel un chien stupide, courait après sa propre queue et n'attrappait que de l'air."

"Je ne sais comment, j'avais contracté toute une série de liens affectifs ces derniers temps. Comment faisais-je pour me retrouver toujours dans ces situations?"

          Lilly's feeling.

Voilà le deuxième tome de Dexter le tueur en série terminé, et je ne le différencie quasiment pas du premier. Sa soeur, Déborah me tape toujours autant sur les nerfs et Dexter est toujours d'une introspection  aussi indécise qu'auparavant, ce que je ne comprends pas. Un tueur en série, en tant qu'être froid et implacable, guidé par des réflexions toutes sauf sentimentales, n'arrête pas de se poser des questions et accessoirement, de "pleurer" sa mort. Quand à sa soeur, seul lien "affectif" selon la norme humaine, il la laisse le traiter comme un domestique, répondant à tous ses "caprices" docilement. Je sais, j'exagère, mais ça me crispe.

Sa relation avec Rita, est un échange de services (si je peux appelé ça comme ça). Il a besoin d'elle pour paraître humain, elle a besoin d'un homme dans sa vie. Bonus pour les deux, les enfants Astor et Cody. Mais je n'en dis pas davantage pour éviter tout spoiler.

Concernant l'histoire, la poursuite d'un nouveau tueur - encore plus sadique que tout ce que j'ai pu voir jusqu'à maintenant (même si mon expérience dans ce domaine est plus que limitée)- n'est pas une vraie enquête mais plutôt une suite de déductions logiques.

Le point que j'ai bien aimé, c'est la relation entre Dexter et Doakes. Ce dernier est un policier de l'équipe de Déb, qui ressent une forte antipathie vis à vis de Dexter. Puis la relation évolue en collaboration, mais ils ne se font pas de cadeaux. Tout se passe dans les "regards" qu'ils échangent. Jeff Lindsay a très bien développé cet échange.

          En bref.

Ce second opus est pour moi identique au premier, avec des meurtres beaucoup plus gore. L'auteur est passé au cran supérieur. Beurk. Je continue à lire la série, sachant qu'il ne reste plus qu'un tome. Ça serait dommage de s'arrêter en si bon chemin... Aaaaah! Je viens de voir que Jeff Lindsay avait écrit d'autres livres en plus de ceux que j'ai, deux pour être précise "Dexter dans de beaux draps" et "Ce délicieux Dexter". We will see.

           C'est une série: tome suivant "Les démons de Dexter" - tome précédent "Ce cher Dexter".

          Mes compagnons de [LC] organisée par Sofynet: Tigrouloup,

          Pour en savoir plus sur l'auteur et la saga.

          Note          étoileétoileétoileétoileétoile

 

63977422_p