Wynd          4ème de couv.

En 1903, Mary Mackenzie embarque pour la Chine où elle doit épouser Richard Collinsgsworth, l'attaché militaire britannique auquel elle a été promise. Fascinée par la vie de Pékin au lendemain de la Révolte des Boxers, Mary affiche une curiosité d'esprit rapidement désapprouvée par la communauté des Européens. Une liaison avec un officier japonais dont elle attend un enfant la mettra définitivement au ban de la société. Rejetée par son mari, Mary fuira au Japon dans des conditions dramatiques. À travers son journal intime, entrecoupé des lettres qu'elle adresse à sa mère restée au pays ou à sa meilleure amie, l'on découvre le passionnant récit de sa survie dans une culture totalement étrangère, à laquelle elle réussira à s'intégrer grâce à son courage et à son intelligence. Par la richesse psychologique de son héroïne, l'originalité profonde de son intrigue, sa facture moderne et très maîtrisée, Une odeur de gingembre est un roman hors norme.

          Première phrase.

"J'ai été malade hier, pour mon anniversaire, alors que je n'avais pas eu le mal de mer pendant la traversée de la baie de Biscaye, ni même à Malte pendant cette tempête."

          Citations.

"Cela avait l'air plutôt terrifiant, et je lui ai demandé si les tremblements de terre étaient dus à une activité volcanique, mais il a dit que non, que le Japon chevauchait un gigantesque dragon qui faisait souvent des cauchemars."

"Je crois bien que ne réussissent vraiment dans la vie que les gens à qui il n'arrive rien, et qui planifient leurs jours comme la trajectoire d'un bateau sur une carte sans jamais quitter leur boussole des yeux."

          Lilly's feeling.

"Une odeur de gingembre" est écrit sous la forme d'un journal intime, agrémenté de quelques lettres à sa mère, et à des amis. Le roman se situe en Asie, juste après la révolte des Boxers à laquelle il fait référence. Mary Mackenzie quitte son Écosse natale et rejoint un mari anglais en Chine pour l'épouser. ce dernier est totalement indifférent, c'est un carriériste. Il n'est jamais là. Alors que c'est la guerre, il la laisse gérer seule sa sécurité alors qu'elle attend un enfant. Mary découvrira bien plus tard qu'il l'a épousé par intérêt financier.

C'est en Chine qu'elle rencontre un amour impossible avec un colonel de l'armée japonaise. Le lecteur ne sera rien de particulier sur leur relation intime. L'auteur reste très pudique de ce côté là, relation qui dure quelques jours mais qui les lient à jamais. Les amants se rencontrent très peu mais pensent beaucoup l'un à l'autre. Elle, le lecteur le sait à travers son journal. Lui parce qu'il sait toujours ou elle se trouve et l'aide s'il le peut - financièrement s'entend. Sa culture et son éducation traditionnelle lui interdisent de dire ce qu'il ressent mais il ne l'oublie pas. Je n'en dis pas plus pour ceux qui n'auraient  pas lu ce livre et passeraient par là, mais j'en ai eu la confirmation.

L'héroïne, qui a tout l'air d'une oie blanche, va au fur et à mesure se battre, et s'endurcir pour survivre seule. Rejetée par son pays, à travers l'ambassade et la société anglaises, elle n'est pas non plus acceptée par le peuple japonais.  Même alors qu'elle pourrait s'enfuir et rentrer en Écosse, elle ne le fait pas et reste en Asie. Ce n'est pas la voie la plus simple. Les droits de la femme au Japon sont inexistants ou presque, elle est totalement dominée et asservie par l'homme. Malgré le fait qu'elle pourrait haïr le Japon pour ce qu'il lui a fait - abandonnée par son mari, "asservie" par son amant dont elle est à la perpétuelle disponibilité, à son enfant (cet épisode m'a profondément pas "choquée" mais presque) - elle s'attache à ce pays.

Le seul point que je reproche à l'histoire. Mary Mackenzie aquière au fil des pages un caractère fort, et pouratn elle ne se bat pas pour ses enfants...

          En bref.

C'est aussi le récit d'un choc des cultures et des traditions. Le lecteur s'imprègne totalement de la vie à la japonaise. C'est un roman fort et dépaysant, comme le portrait de la femme dont il est question. Pourquoi ce titre, lisez le livre et vous comprendrez.

          D'autres avis : Plume, Alex-mot-a-mots.

          Pour en savoir plus sur l'auteur, sur le livre.

          Note      icon_faveicon_faveicon_faveicon_faveicon_faveicon_faveicon_fave

watermarkedDSC_0482_6